Montagne : plus que quelques jours pour "sauver" les vacances de février

 |  | 878 mots
Lecture 5 min.
Pour les acteurs de la montagne, une fermeture lors des vacances de février entraînerait une nouvelle perte de 40 % de leur chiffre d'affaires, contre près de 25% pour le mois de décembre déjà perdu.
Pour les acteurs de la montagne, une fermeture lors des vacances de février entraînerait une nouvelle perte de 40 % de leur chiffre d'affaires, contre près de 25% pour le mois de décembre déjà perdu. (Crédits : Adbar ((CC BY-SA 3.0))
Le premier ministre Jean Castex a donné rendez-vous aux acteurs de la montagne à nouveau ce mercredi 20 janvier pour faire part de sa décision concernant la réouverture des stations, en fonction des indicateurs sanitaires. Ce week-end, c’est le pdg des établissements Club Med qui est monté au créneau à travers une lettre ouverte en rappelant l’importance d’ouvrir avant les vacances de février pour la survie des acteurs de la filière.

Les montagnards ne lâchent rien, mais attendent à nouveau avec inquiétude la date du 20 janvier. Il s'agit du nouveau rendez-vous qu'a fixé Jean Castex aux acteurs de la montagne pour revenir sur les indicateurs sanitaires permettant d'envisager une réouverture des remontées mécaniques et leur "donner de la visibilité en travaillant avec eux à l'élaboration d'une méthode d'ouverture encadrée et progressive".

Dans une lettre ouverte, le PDG du Club Med Henri Giscard d'Estaing a demandé ce week-end au Premier ministre de "sauver la montagne française".

"Le 20 janvier, vous déciderez de la survie de la montagne française. C'est le destin de l'un des rares leaders mondiaux français, et de ses acteurs, qui est entre vos mains", écrivait ainsi Henri Giscard d'Estaing, rappelant que "les sports d'hiver représentent 50% du PIB de la Savoie, et un peu moins en Haute-Savoie".

Celui qui gère 14 clubs situés en altitude qui emploient près de 4.200 salariés, "dont la plupart sont actuellement chez eux en activité partielle" est très...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 17:25 :
Faut pas rêver avec ce gouvernement ce sera sûrement confinement de février.
a écrit le 18/01/2021 à 12:57 :
"pour la survie des acteurs de la filière"

Oui mais ceux que disent aussi les marchands d'armes, de traite des femmes, d'enfants, d'ados, de drogues, d'organes humain, les agro-industriels également, le secteur aéronautique aussi...

Bref ce n'est pas un argument et on aimerait un peu plus de sémantique, de profondeur, de la part d'un haut dirigeant, sinon pas la paine qu'il la ramène si c'est pour parler comme le présentateur ou expert télé, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :