Doublement des investissements, nouvelle croissance : STMicroelectronics surfe (toujours) sur la demande en composants

Une année de croissance pour les semi-conducteurs, qui ne faiblit pas. Pour le franco-italien STMicroelectronics, dont l'un des épincentres en France est basé à Crolles (Isère), le dernier exercice confirme une croissance de près de 25%, mais aussi des prévisions qui poursuivent le même chemin ou presque : ce sont entre 16 à 25% de croissance qui sont attendus au cours des prochains mois, mais aussi un doublement des investissements du groupe, pour faire face à l'augmentation de la demande en composants électroniques et à une situation toujours tendue en matière d'approvisionnement.

4 mn

Selon Jean-Marc Chéry, près d'un milliard de dollars bénéficieront d'ailleurs cette année directement à son berceau de Crolles, à la fois pour développer ses technologies existantes, mais également les complexifier en vue d'adresser notamment le marché des véhicules autonomes.
Selon Jean-Marc Chéry, près d'un milliard de dollars bénéficieront d'ailleurs cette année directement à son berceau de Crolles, à la fois pour développer ses technologies existantes, mais également les complexifier en vue d'adresser notamment le marché des véhicules autonomes. (Crédits : DR/STMicroelectronics)

Avec 48.000 salariés dont 11.300 en France, STMicroelectronics portait déjà l'ambition de doubler son chiffre d'affaires en cinq ans, et même de le quadrupler à l'échelle de, la décennie.

Et le dernier exercice a une fois de plus conforté les prévisions du groupe franco-italien, qui surfe depuis plusieurs mois, comme ses homologues, sur la forte demande en composants électroniques de différentes industries (smartphones, objects connectés, 5G, industrie, automobile, etc).

Des prévisions encore fortes

A l'issue d'un quatrième trimestre de son exercice 2021, qui marque une nouvelle hausse de +9,9% en variation annuelle (et une marge d'exploitation passant de 20,3 % à 24,9 %, assortie d'une hausse de son résultat net de 28,9 %), STMicroelectronics a délivré en bout de ligne un exercice 2021 affichant une croissance de +24,9%, avec un chiffre d'affaires de 12,76  milliards de dollars.

De quoi refléter, selon le groupe,"une solide performance dans tous les marchés finaux que nous servons et les programmes engagés auprès de nos clients tout au long de l'année". Sa marge d'exploitation annuelle a elle aussi bondi, passant ainsi de 12,9% à 19% en l'espace d'une année, tandis que son résultat net aura même explosé à 80% !

Résultat ? Sur un marché des composants électroniques dont la croissance est à nouveau évaluée à +11 à 12% en 2022, STMicroelectronics s'est fixé une cible plus ambitieuse, avec +16 à 20% de croissance projetée en 2022. Il s'attend ainsi à un chiffre d'affaires composé entre 14,8 milliards et 15,3 milliards de dollars, contre 12,76 milliards réalisés en 2021.

Le doublement des investissements

Cette année, porté par une demande qui ne faiblit pas, STMicroelectronics mettra aussi les bouchées doubles. Finies les années de prudences en matière d'investissements, que reprochaient à l'époque les syndicats : le géant des semi-conducteurs franco-italien prévoit, sur son nouvel exercice, de doubler ses investissements annuels, passant ainsi  à une fourchette de 3,4 à 3,6 milliards annoncée en 2022.

Un chiffre exponentiel puisque STMicroelectronics avait projeté 2,1 milliards de dollars en 2021, mais finalement dépensé 1,8 milliards compte-tenu des difficultés d'approvisionnements en équipements de production, tandis qu'en 2020, le montant total de ses investissements n'avait atteint "que" 1,28 milliard de dollars.

Lire aussi 3 mnLe cap des 12 milliards de dollars arrivera plus vite que prévu pour STMicroelectronics, qui relève ses objectifs

Au sein de cette nouvelle enveloppe prévue pour 2022, 2 milliards seront consacrés à l'accroissement des capacités pour supporter la demande immédiate et 1 milliard pour "préparer ses usines à la croissance attendue d'ici 2025", dont une usine de production de plaquettes de 300 mm semblable à celle de Crolles (Isère) prévue à Agrate, dans la région de Milan (Italie).

Selon Jean-Marc Chéry, près d'un milliard de dollars bénéficieront d'ailleurs cette année directement à son berceau de Crolles, à la fois pour développer ses technologies existantes, mais également les complexifier en vue d'adresser notamment le marché des véhicules autonomes.

"On a une visibilité de 18 mois quasiment et aujourd'hui, on a la confiance d'investir aujourd'hui car les deux secteurs, l'automobile et le secteur industriel, sont en transformation systémique. Ce n'est pas qu'une question d'offre et de demande", a déclaré à la presse le président du directoire et directeur général de STMicroelectronics.

La sortie du phénomène de la "pénurie" de composants, c'est pour quand ?

Invité sur le plateau de BFM Business ce vendredi matin, Jean-Marc Chéry estime qu'au vu le niveau d'investissements annoncés par les grands fondeurs du secteur comme Intel, TMSC ou Samsung sur les mémoires, les premiers volumes devraient être de retour sur la deuxième partie de l'année 2022 sur le marché.

Lire aussi 13 mn« STMicroelectronics va doubler ses moyens de production en Europe d'ici 2025 » (Jean-Marc Chéry, p-dg)

"Pour les composants que l'on fabrique, ce ne sera donc pas avant 2023", a-t-il ajouté. Avec 85 millions de véhicules à produire annoncés en 2022, le patron de STMicroelectronics estime que les composants nécessaires "devraient pouvoir être fournis", mais en flux tendus. "Nous faisons ça depuis cinq trimestres déjà".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.