Régionales 2021 : en pleine envolée, ce que veut l’écosystème du vélo "made in AURA"

Depuis 2019, l’industrie du vélo en Auvergne Rhône-Alpes à son propre Cluster : MAD, pour Mobilités actives et durables. Depuis, il accélère fortement dans sa stratégie d’unifier l’ensemble de la filière pour composer un vélo « made in AURA ». Une occasion de soumettre aux candidats aux Régionales leurs priorités, alors que le Cluster MAD pourrait bientôt fusionner avec un plus gros joueur, le pôle de Compétitivité dédié à la mobilité, CARA, afin de peser encore davantage.

7 mn

La force de notre région est aussi d'avoir un tissu d'acteurs industriels qui ne sont pas nécessairement fléchés vélo, mais que l'on aurait toute intérêt à orienter dans cette direction, affirme le Cluster MAD. Car parmi ses 10 propositions, figure la  construction d'un plan de réindustrialisation du cycle cohérent ambitieux à cinq ans pour la Région.
"La force de notre région est aussi d'avoir un tissu d'acteurs industriels qui ne sont pas nécessairement fléchés vélo, mais que l'on aurait toute intérêt à orienter dans cette direction", affirme le Cluster MAD. Car parmi ses 10 propositions, figure "la construction d'un plan de réindustrialisation du cycle cohérent ambitieux à cinq ans" pour la Région. (Crédits : DR)

« L'idée de départ était de rassembler les acteurs d'une filière qui se croisaient plutôt jusqu'alors sur des salons en dehors de la région, ou dans le même espace de travail, comme c'était le cas des deux sociétés fondatrices, AddBike et Doctibike », explique Geoffroy Bing, chargé de développement au Cluster Mobilité Active et Durable (MAD).

À ce jour, ce réseau compte 70 entreprises adhérentes à l'échelle de la région. Et il n'est pas exclu que d'ici septembre prochain, cette branche ne fusionne avec une plus grande : celle du pôle de Compétitivité dédié à la mobilité en Auvergne Rhône-Alpes, le CARA, qui compte elle même 230 membres au sein de bientôt 6 filières dédiées à la mobilité.

En attendant qu'une telle fusion, qui vise à favoriser l'intermodalité et à créer de nouvelles opportunités d'innovation, ne soit approuvée à l'automne prochain par les conseils d'administration, le Cluster MAD avait déjà engagé la marche au niveau régional.

Car la région Auvergne Rhône-Alpes possédait déjà une histoire et surtout des savoir-faire dans le domaine du cycle, avec également, des problématiques communes :

« Nous sommes aujourd'hui sur un marché du vélo qui explose, et qui est composé d'une multitude de petits acteurs qui ont besoin d'appui », explique Geoffroy Bing. Et pour cause : aujourd'hui, près de47 % des entreprises de la filière ont moins de cinq ans et 71 % sont des microentreprises, selon l'étude de l'Agence Auvergne Rhône-Alpes Entreprises, réalisée fin 2020.

Actuellement, ces acteurs partagent par exemple les mêmes enjeux en matière d'approvisionnement, puisque la hausse des cours des matières premières a engendré de fortes augmentations des prix, que la filière anticipe jusqu'à 2023-2024.

« La situation est très délicate notamment pour les jeunes pousses qui n'ont pas beaucoup de trésorerie pour faire face à la hausse du prix de l'acier et des autres métaux », souligne le chef de projet.

Mais selon lui, c'est surtout la logistique et notamment les retards d'approvisionnement qui posent actuellement le plus de problèmes aux jeunes pousses locales : "les délais d'approvisionnement sont passés de 3 mois en temps normal à 18 voire 24 mois actuellement du fait d'une forte croissance de la demande, pas seulement chez nous en Europe, mais aussi en Asie, couplé au contexte Covid qui a mis à mal les usines de fabrication", note Geoffroy Bing.

La pénurie concerne essentiellement les périphériques vélo tels que les freins, les pneus ou des composants électroniques et d'une manière générale, tous les composants provenant d'Asie.

L'appel aux politiques régionales

Si le Cluster MAD permet à ces acteurs de se réunir et d'échanger face à un marché en plein boom, mais aussi de développer des synergies en matière d'achats, de formation, de forces commerciales ou de R&D, il souhaite aussi désormais peser auprès de son écosystème, et notamment au sein des politiques publiques locales.

La Région leur semble plus particulièrement le bon échelon, géographique en premier lieu, pour une filière répartie entre différents territoires (et notamment le Rhône, la Loire, la Haute-Loire, l'Isère et la Savoie). Mais aussi parce qu'il s'agit de la collectivité qui se pose comme la chef de file en matière de développement économique, et de la structuration des différentes filières encore en pleine émergence.

« Les enjeux de la mobilité durable concernent tous les territoires : les grands centres urbains comme les zones périurbaines et rurales », affichent en coeur les acteurs du vélo.

Car là où le Covid a bousculé de nombreux secteurs, il aura également constitué, pour la filière de vélo, un accélérateur de plusieurs tendances de fond : « Le vélo existe depuis longtemps, mais il est en train de renaître sous d'autres formes avec une bascule sociétale, des attentes et comportements qui évoluent. Le vélo à assistance électrique est par exemple un signal fort de ce renouvellement, sur un objet traditionnel qu'est le vélo et qui embarque ensuite des enjeux climatiques », poursuit Geoffroy Bing.

Selon l'Union Cycles&Sports, les ventes de Vélo à assistance électrique (VAE) ont augmenté de 29 % en volume en France en 2020. Et ce, en raison d'un « alignement historique » de plusieurs facteurs favorables, liste à son tour le cluster MAD : « sensibilité écologique et sanitaire accrue, dispositifs d'incitation publics sans précédents, loi antidumping sur les importations asiatiques ou encore maturité technologique ».

10 propositions pour trois candidats encore en lice

C'est pourquoi les représentants du Cluster se sont lancés, à leur façon, dans la bataille des Régionales, en listant 10 propositions aux candidats dès le premier tour.

Avec plusieurs objectifs en ligne de mire : supporter le développement de l'usage du vélo, la réindustrialisation de la filière à l'échelle du territoire, mais aussi œuvrer à la revalorisation des métiers du cycle ou à la formation et l'insertion.

« L'un des enjeux centraux à venir sera celui de la formation car derrière le sujet de la production, se cache celui des compétences, sur un objet comme le vélo qui a évolué au fil des ans. Nous avons donc besoin de redonner de l'attractivité à ces métiers et de former les gens sur de nouvelles techniques », expose Geoffroy Bing.

Car on le sait peu, mais Auvergne Rhône-Alpes se positionne comme la première région française en nombre d'emplois salariés pour la fabrication de vélos (soir environ 400 salariés).

Même si cela reste encore anecdotique, et pèse encore peu dans le PIB régional, cela traduit une tradition auralpine et notamment stéphanoise, avec un bassin industriel orienté dans la fabrication des vélos Mercier notamment, ou encore des constructeurs de Haute-Savoie Mavic ou Mach1.

D'ailleurs, la volonté du Cluster MAD est bien celle de tendre vers la conception de vélos « Made in AURA » même si pour cela, il demeure plusieurs enjeux à relever :

« Nous pourrions commencer par faire valoir nos spécificités sur certaines filières comme celle des vélos cargos, qui sont montés par de nouveaux acteurs émergeants, celle de pédaliers, où nous avons des acteurs clés comme Stronglight, ou encore celle de la roue. Ce sont des marchés de niche qui peuvent nous permettre de lutter contre la concurrence asiatique ».

Pour se démarquer, les fabricants de vélos savent qu'il leur faudra compter également avec le développement de technologiques numériques innovantes, et notamment d'intelligence embarquée, afin de proposer des produits à valeur ajoutée.

La Région, le bon échelon pour agir

Les adhérents du Cluster MAD espèrent ainsi que ce coup de projecteur sur la filière, qui demeure apolitique, leur permettra de tisser des liens plus étroits avec l'exécutif régional.

Car s'ils concèdent que des relations étaient déjà entamées, ils espèrent encore un renforcement de la politique en la matière, à travers notamment « la construction d'un plan de réindustrialisation du cycle cohérent ambitieux à cinq ans » qui fait partie de leurs propositions. Ou encore l'encouragement aux pratiques de ces nouvelles formes de mobilités, à travers notamment un soutien plus équilibré à l'échelle de l'ensemble des territoires, urbains comme ruraux.

« La force de notre région est aussi d'avoir un tissu d'acteurs industriels qui ne sont pas nécessairement fléchés vélo, mais que l'on aurait tout intérêt à orienter dans cette direction, avec des acteurs emblématiques comme Saint-Jean industrie, ou encore Seb qui y voient désormais des débouchés », justifie le chargé de développement au Cluster MAD.

Des doléances qui passent également par une autre compétence régionale : celle du développement de l'intermodalité.

Car même si la ville et la métropole de Lyon, désormais passées dans le camp écologiste, multiplient les initiatives en faveur du vélo (stationnements, autoroutes à vélos, etc), le Cluster MAD et bien conscient que le volet économique se joue sur le terrain de la Région.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.