Auvergne-Rhône-Alpes : Un cluster "vélo" émerge en pleine explosion de la filière

En genèse depuis deux ans, le cluster Mobilité Active et Durable (MAD) sera lancé officiellement ce mercredi 10 juin. Il émerge à un moment plus que favorable : les Français se ruent sur les vélos et le secteur connait un bond extraordinaire depuis le déconfinement. Du jamais vu selon les acteurs de la filière régionale.

8 mn

(Crédits : Cyclable)

Entrainés par Anne-Sophie Caistiker (Doctibike) et Renaud Collin (Addbike), une dizaine d'acteurs de la "mobilité active" se mobilise depuis 2017 pour fédérer la filière régionale : Benur, Lyon Parc Auto, B2eBike, Kleuster, Tutovelo, Velogik et Labex IMU. Ensemble, ils créent le tout nouveau cluster "Mobilité Active et Durable" (MAD). Créé administrativement en septembre dernier et associé au cluster CARA (European Cluster for Mobility Solutions), il sera lancé officiellement ce mercredi 10 juin.

"Notre ambition est d'organiser cette filière afin de la rendre plus visible, plus innovante et plus efficace. Le sujet de la mobilité active n'était pas encore représenté en Auvergne-Rhône-Alpes", explique Anne-Sophie Caistiker, présidente de MAD.

Au cœur de ce cluster, dans un premier temps, les acteurs du vélo et de la trottinette électrique. Il devrait progressivement s'ouvrir à toutes les mobilités actives.

Une région très active sur le vélo

"Auvergne Rhône-Alpes est extrêmement présente sur le sujet du vélo", pointe Anne-Sophie Caistiker.

Selon une étude réalisée en 2019 par OPALE (Observatoire partenarial en Economie) pour le compte de l'Agence d'Urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise, Auvergne Rhône-Alpes est la première région française sur le sujet de la fabrication de vélos avec 411 emplois et des leaders tels que Mach 1, Time Sport (cédé récemment à WhaTTfornow par Rossignol), Cycles France Loire, Stronglight, Corima ou encore Olympique. Une forte spécialisation dans la roue de vélo est à noter.

L'étude dénombrait également l'année dernière quelque 220 enseignes multisports et 90 détaillants spécialisés (franchisés ou indépendants), avec une concentration d'acteurs du VAE dans la métropole lyonnaise (Doctibike, Be2ebike, Kleuster, Yokler, Vepli Cyclik etc).

Un cluster qui arrive à point nommé

"Nous aurions dû faire le lancement officiel de MAD bien plus tôt mais le confinement nous en a empêchés. C'est finalement une bonne chose, la crise nous ouvre un boulevard. C'est vraiment le bon moment ! Nous étions déjà sur une tendance positive avec une hausse générale de la pratique du vélo, encouragée par le Plan Vélo de 2018, le forfait mobilité et l'augmentation du nombre d'infrastructures cyclables. La crise du Covid-19 a accéléré cette tendance de manière extraordinaire. La filière régionale est assez dense, et diversifiée", analyse encore la présidente du nouveau cluster.

Les Français, en quête d'évasion pour les uns ou de solutions pour éviter à tout prix les transports en commun, se sont massivement mis au vélo. Selon l'association Vélo et Territoires, coordinatrice du réseau national cyclable, ses compteurs répartis sur toute la France ont enregistré la première semaine du déconfinement 44% de passages de vélos de plus qu'avant le confinement et 11% de plus que la même semaine l'année dernière. En milieu urbain, la progression est de 27%. Elle grimpe à 138% dans les milieux périurbains et 197% dans les secteurs ruraux. Dans la métropole lyonnaise, le trafic quotidien est de 300 000 vélos, soit 140% de plus qu'habituellement.

Cette tendance est dopée par le volontarisme de nombreuses collectivités locales en la matière : déploiement rapide d'infrastructures temporaires dans toutes les métropoles de la région (30 kilomètres à Lyon) ainsi que par les aides financières de l'Etat et de certaines communes, notamment le chèque réparation de 50 euros ou encore la prime de 500 euros de la Métropole de Lyon pour l'achat d'un vélo à assistance électrique, 200 euros sur le territoire de Saint-Etienne Métropole.

D'autres initiatives ont fleuri un peu partout pour pallier la crise du coronavirus : à Saint-Etienne, par exemple, l'accès au réseau de vélos en libre-service est désormais gratuit jusqu'à la fin de l'année. Des initiatives tellement volontaires qu'elles peuvent parfois créer des distorsions de concurrence avec les acteurs situés en dehors des zones soutenues. Loisirs VTT, à Pollionay en périphérie lyonnaise, par exemple, a ainsi saisi la DGCCRF pour non-respect des règles de concurrence. L'enseigne se dit en effet pénalisée par cette prime de la Métropole valable uniquement sur le territoire métropolitain, alors même que 50% de ses clients habituels sont Lyonnais.

Un impact économique fort sur les réseaux de distribution et de réparation

"Jusqu'ici les acteurs du vélo étaient écoutés mais pas toujours entendus. Nous étions souvent associés à une niche de bobos, avec une cible trop étroite. Aujourd'hui, le vélo est devenu une évidence. La plupart des entreprises réfléchissent au sujet. Elles ont compris que le vélo n'avait que des avantages : il permet à leurs salariés de se déplacer plus vite, en faisant du sport et en évitant le contact du coronavirus. Cet engouement général se traduit dans les chiffres. Avec des conséquences immédiates sur les réseaux de distribution et les ateliers de réparation. L'impact se fera sentir probablement à partir de septembre pour les fabricants et les équipementiers, au moment des réassorts", poursuit Anne-Sophie Castaiker.

Aurélie Riocreux confirme. Elle est membre fondatrice du cluster et co-dirigeante de la startup Tuto Velo à Saint-Etienne, positionnée sur les tutoriels vidéo de réparation de vélo à destination des particuliers et des professionnels (pour la formation de leurs salariés notamment).

"Nous travaillons depuis huit ans sur notre concept. Jusqu'ici, il fallait déplacer des montagnes pour faire comprendre l'intérêt de former des techniciens vélos. Aujourd'hui, notre utilité ne peut plus être remise en cause. Les collectivités, les entreprises, nous appellent et le nombre de vues de nos vidéos explose", indique-t-elle.

Le positionnement de la startup est d'ailleurs renforcé par l'annonce de la création d'une académie du vélo par Elisabeth Borne pour pallier le déficit de professionnels formés.

"Tout se vend, c'est incroyable", commente, de son côté, Olivier Rochon, dirigeant du groupe stéphano-lyonnais Probikeshop, leader français de la vente en ligne de vélos et d'articles de cyclisme (CA 2019 : 100 millions d'euros, 250 salariés).

"Peu importe la couleur, la marque et presque le prix, les Français veulent un vélo et tout de suite. J'ai l'impression que le vélo est devenu un peu le papier toilettes du déconfinement. La frénésie d'achat est remarquable, sur tous les segments : vélos de ville comme vélos de sport, avec une forte présence du vélo électrique. Nous enregistrons plus de 25 000 commandes par semaine. C'est le double du rythme habituel. Nous avons des délais de livraison de plus d'une semaine alors qu'habituellement nous livrons en une journée. Nous n'arrivons plus à suivre la demande, les fournisseurs ne peuvent pas produire en conséquence", précise Olivier Rochon

A tel point que face à la situation, Probikeshop indique essayer de freiner les commandes pour maintenir ses standards de qualité.

"Heureusement, nous avons toujours maintenu une stratégie de stock, contrairement à beaucoup de nos concurrents, sinon nous n'aurions pas pu profiter de cet élan", souligne le dirigeant.

Un élan qu'il constate sur l'ensemble des pays où il est présent (Italie, Suisse, Espagne, Belgique, Portugal et Allemagne) et pour lequel il a fallu adapter l'organisation de l'entreprise. Une cinquantaine de personnes ont ainsi été recrutées en urgence sur sa plateforme logistique de Chaponnay.

Même écho du côté du réseau Cyclable dont le siège social est à Lyon (53 magasins en France dont 11 en Rhône-Alpes, 40 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019). Spécialiste du vélo comme mode de déplacement, il a assisté à un envol inédit de ses ventes.

"Nous constatons un engouement pour tous les vélos mais encore plus pour le vélo à assistance électrique et le vélo pliant. Nous pressentons pour ce mois de juin une explosion des vélos de randonnées puisque les Français semblent opter pour des vacances au vert, près de chez eux. Nous étions déjà sur une bonne tendance avec une transformation durable des espaces urbains, la crise sanitaire accélère de manière très importante ce phénomène», signale Céline Forestier, responsable marketing de l'entreprise.

La croissance semble encore plus vraie dans les métropoles ayant opté pour des aides directes à l'équipement. Ainsi, Cyclable a constaté une hausse de 81% de ses ventes en mai 2020 par rapport à 2019, de 68% en Auvergne-Rhône-Alpes mais de 110% sur Lyon et 133% en Ile-de-France !

Mêmes signaux pour l'activité réparation du réseau Cyclable.

"Très vite, nos ateliers ont été saturés. Les délais dépassent désormais les deux mois", confie la responsable marketing de l'enseigne.

La filiale de Cyclable dédiée aux services aux entreprises est également prise d'assaut.

Saisir l'opportunité

Consciente de cet enthousiasme généralisé, la startup lyonnaise IDMoving créée il y a deux ans profite de cette période favorable pour annoncer le lancement de sa nouvelle offre : le vélo électrique de fonction, imaginé sur le même modèle que le véhicule de fonction, mais uniquement avec des marques françaises. Objectif : 300 vélos de fonction à Lyon d'ici à la fin de l'année, le double en 2021, le triple en 2022.

Elle avait déjà installé les flottes de Sanofi, Hexcel Composites, Kem One etc. L'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 400 000 euros en 2019 et vise les 4 millions d'euros en 2024.

Pour assumer ses ambitions, l'entreprise annonce un projet de levée de fonds d'un million d'euros avant la fin de l'année.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.