Cafés Gonéo : « Les prix d’achat du café ont bondi de 40 à 50% en 2021» (Hugues Chazotte)

L'INVITE ECO. Avec ses 30 salariés, 600 clients jusqu’ici principalement sur le marché BtoB, et désormais deux boutiques à Lyon, la crise sanitaire a à la fois touché frontalement le torréfacteur lyonnais, mais l’a aussi contraint à innover, en se tournant vers les particuliers. Touché lui aussi par la hausse des prix du cours du café, Gonéo s’attend encore à un marché tendu en 2022, même si les segments du café en grains, mais aussi des dosettes, tirent encore la demande.

4 mn

(Crédits : DR)

Cinq ans après sa création, la crise sanitaire qui a frappé le torréfacteur lyonnais Gonéo, installé à Vénissieux, aurait pu avoir raison de lui. Mais après une activité qui s'est inscrite en chute libre, en raison du premier confinement, la marque lyonnaise en profité pour effectuer un nouveau virage.

L'ambition : développer désormais le segment des particuliers, qu'elle n'avait jusqu'ici pas eu l'occasion d'adresser. Depuis, Gonéo a ouvert deux boutiques à Lyon, et réalise jusqu'à 25% de son chiffre d'affaires auprès du grand public.

Une tendance qui n'est pas prête de se dissoudre, puisqu'en parallèle à une reprise encore incomplète du secteur de l'hôtellerie-restauration (où les commandes n'ont toujours pas retrouvé leur niveau de 2019), le marché du café est aussi alimenté par l'essor du travail à la maison et la vente de machines destinées aux particuliers.

Avec, à la fois les best-sellers qui vont moudre le grain de manière automatique, mais aussi de nouvelles machines manuelles, avec un retour du café filtre et une tendance au « slow » qui réémerge, note sur le plateau de Lyon Business (BFM Lyon / La Tribune AURA) le président fondateur de Gonéo, Hugues Chazotte.

La renaissance du café à travers les grains

A tel point que les ventes de café en grain représentent aujourd'hui près de 80% des mélanges commercialisés par le torréfacteur.

Et si, du côté de la dosette, popularisée par la marque employant Georges Clooney, l'engouement n'est plus le même notamment sur le terrain des entreprises, « il reste des afficionados de la dosette, qui souhaitent par exemple avoir plusieurs saveurs dans la journée, ou encore des salariés qui se cotisent pour acheter une machine, lorsqu'ils ne sont pas satisfaits de leurs distributeurs automatiques », reprend Hugues Chazotte.

Côté prix, les coûts du transport et des contenaires maritimes, mais également les épisodes de gel inédits enregistrés au Brésil l'an dernier ont amorcé une montée des prix, qui est encore loin d'être terminée : « Cela s'est traduit par une spéculation sur les cours de l'arabica, qui ont explosé, en s'associant également à la flambée des prix des emballages ».

Résultat ? Gonéo estime que les prix d'achat du café en matière brute ont bondi, en 2021, de 40 à 50% et ne se dirigent pas encore vers une baisse en 2022 : « On peut plutôt s'attendre à de nouvelles hausses cette année, mais il faut se rappeler qu'une partie de celle-ci est clairement dû aux spéculations qui ont lieu sur le cours des matières premières », note Hugues Chazotte.

Une situation qui n'empêche pas la filière de continuer de se pencher vers des critères d'écoresponsabilité : « La première étape pour nous a été de passer tous nos emballages professionnels en matières recyclables et compostables, et de mettre en place des tournées pour récupérer les capsules des professionnels. Nous avons aussi choisi de nous tourner vers des boîtes en acier pour nos cafés en grain, au lieu des paquets de 250 grammes en kraft, qui sont plus mal recyclés ».

A travers l'un de ses importateurs, Gonéo nourrirait même désormais le projet de passer à un acheminement de 50% des cafés par... un voilier. Avec des impératifs en matière de délais, mais aussi de durée de conservation et de stockage, que la jeune marque veut désormais attaquer.

Retrouvez l'intégralité de l'interview en replay ici.

Un décideur chaque semaine

Pour rappel, le groupe La Tribune et BFM Lyon s'unissent depuis cette rentrée pour vous proposer, à travers l'émission Lyon Business (tous les mardis à 17h45), l'interview d'un décideur de l'économie lyonnaise au coeur de l'actualité.

Une occasion de décrypter ensemble les enjeux des dossiers et tendances de l'économie locale, animée par Elodie Poyade pour BFM Lyon et Marie Lyan pour le bureau Auvergne Rhône-Alpes du journal La Tribune.

Une émission à retrouver en direct et en replay sur la chaîne BFM Lyon, disponible sur le canal 30 de la TNT et sur les chaines 479 (box SFR), 360 (Orange), 315 (Bouygues) et 915 (Free), ainsi que sur le bureau Auvergne Rhône-Alpes de La Tribune.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.