"Nous regardons tous les sujets pouvant aboutir à un futur Moderna français" (Bpifrance AuRA)

 |  | 1925 mots
Lecture 10 min.
Nos aides vis-à-vis de l’innovation seront plus que doublées en 2021, annonce le directeur régional de Bpifrance Auvergne Rhône-Alpes, Jean-Pierre Bes. Son enveloppe passera ainsi de 1,5 milliard d'euros accordés à l'innovation en 2020, à plus de 3,5 milliards cette année.
"Nos aides vis-à-vis de l’innovation seront plus que doublées en 2021", annonce le directeur régional de Bpifrance Auvergne Rhône-Alpes, Jean-Pierre Bes. Son enveloppe passera ainsi de 1,5 milliard d'euros accordés à l'innovation en 2020, à plus de 3,5 milliards cette année. (Crédits : DR)
LA RENTREE DE... Jean-Pierre Bes, directeur régional de Bpifrance Auvergne Rhône-Alpes. Même s’il considère que « le monde d’avant ne revient pas », ce dernier réaffirme sa détermination à continuer de financer différents secteurs, « même ceux qui connaissent une situation difficile ». Avec de bonnes nouvelles annoncées sur le terrain de l’investissement régional en 2021, puisque l’enveloppe dédiée à accompagner les entreprises innovantes sera même doublée en 2021.

En cette rentrée 2021, La Tribune Auvergne Rhône-Alpes donne rendez-vous aux représentants économiques de votre territoire, à travers plusieurs interviews pour faire le bilan de cette année inédite, et esquisser les tendances de l'année à venir.

Avec ses 220 collaborateurs répartis en sept sites, l'antenne régionale de Bpifrance ouvre cette série avec un premier état des lieux des enjeux de financement qu'ont connu les entreprises du territoire cette année.

LA TRIBUNE AUVERGNE RHONE-ALPES - La grande messe annuelle du CES de Las Vegas vient de se terminer, cette année en format digital : une occasion de se demander si l'année écoulée a été particulièrement compliquée pour le domaine de l'innovation et les jeunes pousses que vous suivez ?

JEAN-PIERRE BES - "Pour Bpifrance, l'innovation est un sujet essentiel au même titre que d'autres sujets comme le financement des remontées mécaniques, les usines, cliniques, transporteurs... La Deeptech est bien entendu un élément essentiel, mais nous agissons plus largement en vue d'accompagner les entreprises dans leur croissance, quelle que soit leur taille et leur secteur. De la même façon que l'on peut offrir des prêts ou des garanties à partir de 30.000 euros, on peut également investir jusqu'à plus d'un milliard d'euros dans le capital d'acteurs comme Peugeot, par exemple."

Justement, quel est le bilan que vous dressez, et notamment des dispositifs d'accompagnements mis en place ?

"Après la phase de sidération, Bpifrance a sorti en quelques jours son premier produit qui était le Prêt Atout destiné aux TPE, PME et ETI, avant que le PGE ne sorte.

Dans le cadre du Prêt rebond, des crédits de 10 000 à 300.000 euros, nous en avons tout de même souscrit 3.000 à 4.000 en un temps record, grâce à une mise à disposition de la Région. Ce dispositif a complété le PGE car ces solutions de financement se voulaient complémentaires, ce n'était pas l'un ou l'autre.

Les prêts Tourisme, lancé en partenariat avec la Banque des Territoires, début septembre ont rencontré un grand succès, avec plus d'une centaine de prêts signés. Il s'agit de dispositifs allant de 50.000 à 2 millions d'euros, avec une durée longue allant de 2 à 10 ans et un différé de deux ans, et surtout une assiette assez large.

Cela couvre les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :