Caroline Sasia, la nouvelle courroie de transmission de Soitec dans sa course vers le marché de l'automobile

C'est un nouveau profil qui fait son entrée au sein du leader mondial des substrats semi-conducteurs, Soitec. L'isérois vient d'annoncer l'arrivée d'une nouvelle directrice pour son service communication, Caroline Sasia. Outre son rôle stratégique en interne, puisque celle-ci sera missionnée directement auprès de Pierre Barnabé - le nouveau directeur général entré en fonctions à la mi-juillet pour remplacer Paul Boudre -, cette nomination illustre également le coup d'accélérateur porté par Soitec vers le secteur de l'automobile.
Tout juste nommée, Caroline Sasia occupera un rôle clé en interne pour le fabricant de substrats semi-conducteurs isérois, puisqu'elle sera membre du comité exécutif (Comex) de Soitec tout en dépendant directement au nouveau pdg Pierre Barnabé. A l'externe également, elle pourrait constituer un pont avec les acteurs de l'automobile, directement visés sur le marché des véhicules électriques.
Tout juste nommée, Caroline Sasia occupera un rôle clé en interne pour le fabricant de substrats semi-conducteurs isérois, puisqu'elle sera membre du comité exécutif (Comex) de Soitec tout en dépendant directement au nouveau pdg Pierre Barnabé. A l'externe également, elle pourrait constituer un pont avec les acteurs de l'automobile, directement visés sur le marché des véhicules électriques. (Crédits : DR)

L'arrivée d'une nouvelle page à écrire se confirme pour l'isérois Soitec : après le passage de relai du directeur général Paul Boudre à son successeur Pierre Barnabé, intervenu en juillet dernier, c'est désormais une nouvelle patronne des communications qui vient d'être recrutée par le groupe isérois.

Tout juste nommée, Caroline Sasia occupera en effet un rôle clé en interne, pour le fabricant de substrats semi-conducteurs isérois, puisqu'elle sera à la fois directrice de la communication, chef de cabinet mais également membre du comité exécutif (Comex) de Soitec.

Unifier la communication du groupe

Une nomination qui intervient tout d'abord dans le cadre du renforcement de l'organisation de Soitec, initié en début d'année, et qui avait en premier lieu suscité des remous au sein même de son Comex, avec l'annonce de l'arrivée d'un nouveau directeur général, Pierre Barnabé, choisi par le conseil d'administration.

"Articulée autour de trois divisions, cette nouvelle organisation vise à accompagner les ambitions de croissance de Soitec, conformément aux attentes de ses différentes parties prenantes", assure le groupe.

Après une première crise de gouvernance intervenue en début d'année, nul doute que la création de ce nouveau poste stratégique offre à l'isérois une strate de plus, qui lui permettra d'unifier et de mieux coordonner sa communication à l'externe.

Un plan renforcé pour l'automobile

Mais elle aura également un autre rôle, plus stratégique cette fois, pour sa roadmap. Car en regardant le profil de la nouvelle patronne des communications de Soitec, on distingue surtout une spécialisation forte : celle de l'automobile, un marché qui s'avère justement clé dans le plan stratégique de Soitec pour atteindre le doublement de son chiffre d'affaires d'ici à 2026.

Lire aussiA Bernin 4, Soitec pose la première pierre de ses grandes ambitions vers l'automobile (et de sa réunification)

C'est notamment avec son nouveau substrat, le carbure de silicium, pour lequel il avait recruté un directeur du programme de haut vol, en la personne d'Emmanuel Sabonnadière -l'ancien Dg du CEA Leti-, mais aussi annoncé la création d'une nouvelle unité de production dédiée, Bernin 4 (pour 400 millions d'euros et 450 emplois à la clé), que le groupe isérois veut désormais adresser le marché des composants pour l'automobile.

A compter de la mise en production, escomptée pour début 2024, Soitec vise en effet une production de près de 500.000 wafers par an, pour franchir, à terme, le cap du million d'unités.

Un volume conséquent qui lui permettra directement d'adresser un marché mondial puisque, selon les calculs communiqués par le groupe, un seul wafer produit par Soitec peut lui-même servir à équiper 10 voitures électriques, en composants clés tels que les onduleurs, que l'on retrouve dans les batteries.

Faire la différence auprès des acteurs automobiles

Un virage qui se veut stratégique pour le fabricant de substrats semiconducteurs, jusqu'ici principalement tourné vers le marché des smartphones :  car selon les prévisions du marché, ce sont près de 40 millions de voitures électriques neuves qui devraient être commercialisées d'ici à 2030, et c'est bien là que la spin-off du CEA Leti entend faire la différence auprès des industriels de l'automobile.

Lire aussiMicroélectronique : le grand coup d'accélérateur de Soitec pour répondre aux besoins des véhicules électriques

Et à ce titre, Caroline Sasia, se pose comme un profil senior déjà expérimenté sur ce marché clé : car avant de rejoindre Soitec, cette diplômée de Sciences Po Paris avait passé une grande partie de sa carrière au sein du groupe Renault et de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, où elle a occupé différentes fonctions dans les domaines de la communication, de la stratégie et des affaires publiques.

"Caroline Sasia bénéficie d'une expertise en matière d'élaboration et de mise en œuvre de stratégies de communication dans des environnements internationaux, extrêmement complexes et dynamiques. La technologie, l'innovation, la mobilité et le développement durable sont ses domaines de prédilection", affirme le groupe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 18/09/2022 à 11:51
Signaler
A un moment faut dormir !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.