Une semaine de grève chez Soitec : un accord trouvé pour traverser la "crise de croissance"

Fin du mouvement de grève chez Soitec, ce spécialiste et leader des semi-conducteurs, basé en Isère. Les salariés ont spontanément arrêté la production entre le 10 et le 17 juin dernier, un an après un autre mouvement de grève. Ils dénonçaient les conditions de travail à la production, dans un contexte ou l'entreprise a annoncé la semaine dernière une croissance record : son chiffre d'affaires a bondi de 50 % en un an, passant ainsi le cap du milliard de dollars. Une "crise de croissance" à traverser et la CGT attend des changements concrets.

5 mn

(Crédits : DR)

[Article mis à jour le 21/06/2022 à 18:20]

"Nous avons bénéficié de l'engagement indéfectible de nos équipes pour réaliser une très bonne performance industrielle" se réjouissait Paul Boudre directeur général de Soitec, le 9 juin lors de l'annonce des résultats 2021-2022.

L'entreprise iséroise spécialisée dans la production de semi conducteurs a en effet réalisé 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires (863 millions d'euros), soit une croissance de 50%, à taux de change constants par rapport à 2020-2021. Le résultat net passé 202 millions d'euros a quant a lui augmenté de 178% par rapport au dernier exercice. Une année record que la direction souhaite pérenniser.

Mais qui dit année record, dit production record. Et les salariés ne peuvent plus suivre cette cadence. Un jour après l'annonce des résultats, le 10 juin, les salariés de l'équipe de nuit de l'entreprise iséroise se sont mis en grève spontanée. Un mouvement qui fait écho à leur mobilisation un an plus tôt. "Les revendications concernent les conditions de travail, la reconnaissance et la rémunération", selon la CGT qui s'est jointe à la grève spontanée.

La production est donc restée à l'arrêt une semaine, jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé vendredi 17 juin. En tout, 350 grévistes ont suivi le mouvement de grève, principalement à la production, en salle blanche. Le 17 juin, 271 d'entre eux ont voté pour poursuivre ou non la grève.  52% étaient favorables à un accord de sortie de crise et s'en est suivi l'arrêt de la grève, suivie par les équipes de nuit.

"Il faut revoir les objectifs de production avec ce que l'on peut faire"

Pendant cette semaine de grève, "l'impact sur la production est énorme, il n'y a rien qui sort depuis vendredi. Et toute heure perdue est une heure pas rattrapée car on travaille à flux tendu", souligne Fabrice Lallement, délégué CGT.

L'industrie des semi-conducteurs est en effet portée par des marchés prometteurs comme la 5G, les véhicules électriques ou encore l'intelligence artificielle. Lors de la présentation de ses résultats, Soitec notait d'ailleurs "une demande sans précédent pour les semi-conducteurs".

"Les résultats poussent à être revendicatifs, mais il s'agit surtout des conditions de travail", poursuit Fabrice Lallement. Depuis la dernière grève il y a un an, "la direction n'a pas fait le travail", selon lui. "Il y a eu 50% de croissance en plus. Les gens sont en surchauffe physique et mentale." Un passage qu'il qualifie de "crise de croissance."

"Certains services sont à 50% d'absentéisme. Il faut revoir les objectifs de production avec ce que l'on peut faire", poursuit-il.

Avec l'accord, des cellule d'échange et d'écoute, vont être créée, remplaçant les "groupes de travail" créé lors de la dernière grève. Un changement sémantique que la CGT espère aussi voir évoluer dans la réalité. En plus de ces cellules d'échanges requises par l'accord, le délégué CGT espère aussi un changement du côté managérial, ou les derniers recrutés ne sont pas forcément en phase avec les anciennes équipes. "C'est très bien que des jeunes arrivent, mais ça doit être géré."

Un mouvement de grève qui intervient peu après une crise de gouvernance. Ou l'actuel DG Paul Boudre, a été évincé par l'AG au profit de Pierre Barnabé qui devrait prendre ses fonctions en juillet. "Le nouveau DG a conscience des choses. Il a aussi un rôle à jouer. Il va falloir que ça change." Et d'ajouter : "Paul Boudre a touché 100% de ses objectifs de qualité de vie au travail. On est complètement à côté de la plaque."

"La société a apporté des réponses sur l'ensemble des sujets de revendications des grévistes, qu'il s'agisse du traitement des conditions de travail dans certains services du fait de la croissance très soutenue depuis plusieurs années ou d'éléments de rémunérations", affirme de son côté Soitec.

Augmentation des actions

Autre point de revendication, lui plus en lien avec les résultats record : le nombre d'actions.

"Alors que Soitec vient d'annoncer des résultats historiques [...], il est urgent que la direction entende les demandes légitimes des salariés. Ces derniers réclament que les récentes négociations et « discussions » ayant débuté entre les organisations syndicales et la direction au sujet de l'intéressement et des actions gratuites intègrent mieux la situation économique exceptionnelle de l'entreprise ainsi que le contexte inflationniste qui rogne leur pouvoir d'achat", soulignait la CGT dans un tract.

 "Entre le moment ou on a commencé la grève et ou on l'a terminé, nous avons multiplié par trois le nombre d'actions." Passant ainsi "de 10 (début de discussion avec les OS) à 30 actions pour un salaire à 1800 euros brut."L'intéressement a aussi augmenté de 20%. " Nous volons un plan d'action commun et équilibré", conclut Fabrice Lallement.

Concernant les intéressements, la direction de Soitec affirme que "la participation et l'intéressement correspondent cette année à plus de 3 mois de salaire pour un opérateur" et que l'entreprise "a choisi de s'engager cette année dans une approche pionnière d'attribution d'actions de performance à tous ses salariés dans le monde, selon les mêmes modalités que ce qui est ailleurs accordé aux seuls dirigeants. Cette attribution correspondra en moyenne à 2 mois de rémunération."

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.