CES 2022 : les startups, grandes gagnantes de l'absence des géants de la Tech

REPORTAGE. Pour ce premier CES post-Covid, plusieurs grands groupes avaient annoncé qu’ils renonçaient à participer à l’ouverture de la grande messe de l’électronique. Résultat ? Comme on pouvait l’anticiper, les rangs clairsemés du Las Vegas Convention Center (LVCC) semblent avoir convaincu les visiteurs de s’attarder plus longuement à l’Eureka Park, niché au cœur du Venetian Hôtel. A une journée de la clôture de l’événement, retour sur une édition particulière, qui a tout de même voulu briller par quelques grandes premières, dans le domaine de l'automobile notamment.

8 mn

(Crédits : DR/ML)

Après une année 2019 à 170.000 visiteurs et 4.500 exposants, on savait déjà que l'édition 2022 du Consumer Electronic Show serait beaucoup plus modeste, pour ne pas dire résolument revue à la baisse. Après avoir perdu la moitié de ses exposants en raison de la flambée du variant Omicron, le grand rendez-vous de la tech mondiale avait serré les dents, mais choisi de maintenir son premier salon en présentiel après 20 mois de crise sanitaire. Tout en décidant de fermer une journée plus tôt, le vendredi 7 janvier au soir.

Lors de sa seconde journée d'ouverture au public ce jeudi (les 3 et 4 janvier étant consacrés uniquement aux médias, ndlr), force était de constater que les allées et les accès du salon étaient beaucoup moins bondés qu'habituellement.

Du côté des startups, qui constituent l'un des deux piliers de ce événement aux côtés des grands groupes, on estimait déjà que la fréquentation rencontrée cette année équivalait à peine à 40 à 50% de celle des années précédentes. Certaines évoquaient même un chiffre beaucoup plus bas, descendant jusqu'à 20%...

CES 2022 logo

Pour sa part, Allie Fried, porte-parole officielle du CES, a confirmé sur place à La Tribune que l'Eureka Park a toujours été un lieu clé du salon, même si cette année, il « représente nécessairement une opportunité pour les startups, dont la fréquentation à première vue a été renforcée ».

Bien que l'on ne connaisse pas encore les chiffres officiels, qui seront publiés à la fin janvier, l'organisation du CES (incarnée par la CTA) confirme déjà qu'elle compte 2.300 exposants (contre plus de 4.000 initialement prévus) et « plusieurs dizaines de milliers de visiteurs », sans pour autant s'avancer sur un chiffre précis (contre 180.000 en 2019)...

Elle reconnaît aussi que compte-tenu du contexte sanitaire, certaines compagnies ont annulé leur présence, notamment au LDCC, alors que les stands étaient parfois en cours de montage.

Une organisation nécessairement repensée

Une chose est certaine : le CES de cette année n'est pas celui d'il y a deux ans. Depuis, les tests Covid ont nécessairement fleuri (lors de la réception du badge et à l'entrée de l'événement pour les tests antigéniques, que chaque participant est invité à faire à au moins deux reprises lors de l'événement, mais aussi en étage, où une salle est même réservée aux tests PCR).

Dans une édition mixant présentiel et digital (mais où le présentiel semble demeurer la principale préoccupation et attention de tous, bien que quelques visioconférences occupent ponctuellement certains stands), on ne connaît pas encore le nombre de visiteurs qui ont fait le choix du digital... Mais ils seront, de fait, nombreux.

CES 2022 tests covid

Sans oublier, et c'est aussi une tendance qui semble se confirmer depuis ce jeudi, un visitorat qui bien aura reporté son attention sur l'Eureka Park, l'un des deux espaces d'exposition principaux de ce salon, réservé aux jeunes pousses et ses innovations tournées vers l'intelligence artificielle et les objets connectés, la mobilité, la santé digitale, ou encore la food tech.

Car il semble que la défection des grands groupes au sein du Las Vegas Convention Center ait contribué cette année à rabattre les visiteurs (ainsi qu'une grande partie de l'intérêt des médias) vers les jeunes pousses, pour lesquelles le CES représente encore, cette année malgré tout, « the place to be ».

« Beaucoup de rencontres fortuites ne peuvent pas se faire ailleurs que sur le salon », appuie Allie Fried. « Cette année, plusieurs visiteurs nous ont dit que le Las Vegas Convention Center se fait très facilement en une journée. Les voyageurs, notamment internationaux, qui n'ont pour la plupart pas modifié leur vol, ont donc plus de temps pour venir voir les startups et leurs innovations », rapporte Damien Cohen, responsable animation du réseau de Minalogic.

Des grands groupes parfois visiteurs, seule la Chine annule complètement

Et même si les constats en matière de fréquentation et de retombées à date se révèlent encore très disparates d'une startup à l'autre -celles qui ont été mises en lumière par un Award ou une reconnaissance comme le CES Unveiled pouvant dépasser la centaine de contacts par jour, même en période "post-covid"...-, l'une des spécificités de cette édition réside aussi dans le choix de certains grands groupes : certains ont en effet opté pour ne pas garnir les rangs des exposants, mais sont présents en tant que visiteurs, en quête de pépites, au sein de l'Eureka Park.

CES 2022

C'est par exemple le cas d'Amazon, dont des cadres ont eu l'occasion de prendre contact avec plusieurs entreprises françaises notamment.

« La France représente en effet la première délégation étrangère, avec près de 211 exposants tout confondus, ce qui représente tout de même 10 % du nombre total d'exposants, ce qui est énorme. Figurent ensuite dans le top 3 l'Italie et la Nouvelle-Zélande », confirme Allie Fried. Seule la Chine a complètement annulé sa venue, tandis que les autres pays ont plutôt joué le jeu du cas par cas.

D'ailleurs, la liste des présents et des absents s'en ressent, car elle s'apparente quelque peu à un jeu de piste : certains piliers comme Google, Microsoft, GM, Lenovo, Walmart, Nikon, ou encore Mercedes ayant finalement choisi d'annuler leur présence, mais ce n'est pas le cas de plusieurs grands de la Tech (Samsung, Sony, LG, Panasonic, Canon, Intel...), mais également de l'automobile (Hyundai, BMW, Stellantis, etc), ainsi que d'autres grands industriels (Abbott, Bosch, Nvidia, etc).

Une édition encore marquée par les nouveautés

Quid des retombées économiques d'un tel salon à taille réduite ? Il est encore trop tôt pour juger puisque, comme le rappelle un entrepreneur originaire d'Auvergne Rhône-Alpes rencontré sur Eureka Park et habitué du salon, les résultats du CES se mesurent surtout par la suite, au vu des contacts qualifiés qui seront transformés au cours des semaines et des mois suivants...

CES 2022 ambiance

Pour autant, cette édition un peu particulière du CES ne signe pas la fin des grandes annonces et nouveautés, qui demeurent chaque année un élément particulièrement attendu, notamment du côté des grandes marques : et c'était encore le cas cette année, avec Samsung qui en a profité pour présente sa nouvelle génération d'écrans OLEDS, mais également BMW, qui a dévoilé sa voiture capable de changer de couleur, sur la demande d'une simple pression sur un bouton.

Et ce vendredi, c'est un autre événement qui devrait faire vibrer la Sin City : dans une ville où Tesla et son bras armé, The Boring Compagny, a déjà creusé un tunnel très étroit, dédié à l'expérimentation de la circulation de voitures autonomes sans chauffeurs près du LDCC, le CES sera également le théâtre de la seconde manche d'une compétition mondiale de voitures autonomes sur un circuit automobile.

Organisée par Energy Systems Network, cette course (the Indy Autonomous Challenge), qui se tiendra sur le circuit de Las Vegas, mettra en scène des voitures de courses sans pilote, pouvant grimper jusqu'à près 260 km/heure.

Ces voitures qui concourront ce vendredi matin ont été développées par neuf équipes représentant 19 universités, elles-mêmes issues de huit pays et sponsorisées par des grands groupes. Avec l'objectif de mettre en commun leurs expertises en génie informatique, ainsi que dans le développement de logiciels d'automatisation, qui représente aujourd'hui le nerf de la guerre pour la certification et le déploiement de ce marché.

D'ailleurs, le Nevada se positionne parmi les premiers états américains à avoir autorisé des tests plus poussés sur le sujet des véhicules autonomes, aux côtés de la Californie. Une première manche de ce challenge a eu lieu à Indianapolis le 23 octobre dernier et avait déjà permis à une équipe allemande de remporter un million de dollars, la conduisant ainsi à lancer sa propre société visant à concevoir un véhicule autonome. A Las Vegas, tout semble donc une question de pari, encore plus lorsqu'il s'agit de la Tech.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.