A Lyon, les écologistes se lancent dans la bataille des régionales

Après l’annonce de la candidature du secrétaire national EELV, Julien Bayou, à la tête de la région Ile-de-France, les Verts se sont réunis ce jeudi à Lyon pour présenter à la presse leur "Appel aux écologistes". A sept mois des élections régionales, ils entendent bien reproduire la recette gagnante des élections municipales et métropolitaines en appelant tous les sympathisants écologistes à participer au choix de leur future tête de liste.

4 mn

Il est important pour nous de montrer que nous sommes une vraie alternative aux politiques menées en France, a rappelé le nouveau président EELV de la métropole lyonnaise, Bruno Bernard.
"Il est important pour nous de montrer que nous sommes une vraie alternative aux politiques menées en France", a rappelé le nouveau président EELV de la métropole lyonnaise, Bruno Bernard. (Crédits : DR/EELV)

Ils comptent bien capitaliser sur leurs bons scores des élections municipales et métropolitaines pour prendre désormais la tête de la Région. Et s'opposer à l'actuel président (LR) de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, en impulsant une nouvelle "vague verte" dès le premier tour de scrutin, qui doit se tenir en mars 2021.

Alors que le secrétaire national EELV, Julien Bayou, avait déjà annoncé le matin même sa candidature pour la région Ile-de-France, l'antenne régionale d'Europe Ecologie Les Verts a lancé ce jeudi son "Appel aux écologistes pour une région résiliente et solidaire".

A sept mois des élections régionales, les Verts ne veulent pas laisser retomber la vague, et souhaitent réunir plus largement autour de leur parti, en appelant directement l'ensemble des signataires de leur appel, à prendre part à la désignation de leur future tête de liste EELV, qu'ils soient membres du parti ou non.

"On veut d'abord présenter un projet avant de parler de notre tête de liste. C'est ce qui nous a fait gagner lors des municipales dans de nombreuses villes", a rappelé le nouveau président EELV de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, signataire de cet appel.

Ce document prévoit notamment des engagements autours d'une région "au service d'une mobilité décarbonée", "autonome sur son alimentation et qui soutient les producteurs locaux", "une réorientation des activités économiques grâce à la transition écologique", misant sur "l'égalité des territoires qui repense l'aménagement en stoppant l'artificialisation des sols".

Rassembler autour d'un projet

Un vote devrait ensuite se tenir dès le 26 septembre prochain, en vue de désigner deux candidats, un homme et une femme, qui seront ensuite départagés à la mi-octobre par les instances nationales d'EELV pour prendre ensuite la tête de la liste écologiste en Auvergne Rhône-Alpes.

Ce mode de désignation devrait permettre, selon le président EELV de la métropole, Bruno Bernard, "d'avoir autant d'hommes que de femmes, têtes de liste, au plan national". Il a cependant annoncé qu'il ne serait pas lui-même candidat.

"Nous voulons un candidat qui porte notre projet, pas forcément quelqu'un de connu", a souligné la conseillère municipale écologiste de Bellerive-sur-Allier (03) et secrétaire régionale EELV Auvergne, Anne Babian-Lhermet. Et Bruno Bernard d'ajouter : "On n'a aucun candidat aussi connu que Laurent Wauquiez de toute façon".

Une stratégie qui prend le même chemin que la campagne amorcée l'an dernier lors des élections municipales et métropolitaines, où les Verts avaient déjà appelé à un grand rassemblement collectif à Lyon autour des enjeux environnementaux, en se voulant au-dessus de toute appartenance partisane.

Avec, pour l'heure, aucune alliance proposée encore avec les blocs de la gauche, contrairement à d'autres villes comme Grenoble, qui s'étaient alliées dès le premier tour avec France Insoumise, le PCF ou encore Génération.s.

Le regard tourné vers 2022

"Nous voulons d'abord être une alternative crédible avant de s'allier avec ceux qui sont le plus proche de nous", a justifié Bruno Bernard. "C'est par notre projet et grâce à notre détermination que nous ferons face aux climato-obscurantistes", a abondé le conseiller métropolitain Génération Ecologie, Hugo Dalby, également signataire de l'Appel.

D'autant plus que EELV a désormais le nez rivé sur les prochaines échéances avec la volonté de transformer l'essai jusqu'aux présidentielles, comme en témoignent les premières passes d'armes entre les figures du parti, l'eurodéputé Yannick Jadot, déjà candidat en 2017, et le maire de Grenoble, Eric Piolle, qui a appelé la création d'un "arc humaniste" en vue de fédérer "la gauche sociale".

"L'élection municipale a déjà crédibilisé les écologistes dans notre capacité à gouverner. Aujourd'hui, il est important pour nous de montrer que nous sommes une vraie alternative aux politiques menées en France, et notamment ici par Laurent Wauquiez. C'est une étape importante avant 2022 », a estimé Bruno Bernard.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.