Green computing : comment le lyonnais Rzilient veut démocratiser le reconditionné au sein des entreprises

Et si, au lieu de se doter d'un parc informatique neuf, les entreprises achetaient elles aussi des produits reconditionnés ? C'est le pari de la jeune pousse lyonnaise Rzilient, qui vient de lever 1,3 millions d'euros. Son objectif ? Accompagner les entreprises vers le green computing, à travers notamment le développement de solutions plus vertes, dont celle du reconditionné des appareils high-tech. Un développement bienvenu, à l'heure où le législateur accélère justement sur la baisse de l'empreinte carbone au sein de l'industrie du numérique.

3 mn

Alors que la fabrication des terminaux numériques (smartphones, tablettes, ordinateurs ...) représente 70% de l'empreinte carbone du numérique en France, Rzilient intervient pour implanter du matériel reconditionné dans le parc informatique des entreprises.
Alors que la fabrication des terminaux numériques (smartphones, tablettes, ordinateurs ...) représente 70% de l'empreinte carbone du numérique en France, Rzilient intervient pour implanter du matériel reconditionné dans le parc informatique des entreprises. (Crédits : DR Rzilient)

En octobre dernier, la startup lyonnaise Rzilient, spécialisée dans la "gestion informatique verte" pour les entreprises a bouclé sa première levée de fonds de 1,3 million d'euros. Une première étape, pour une jeune pousse créée tout juste un an plus tôt, en octobre 2020 en pleine crise sanitaire, et qui s'est donnée un objectif : démocratiser l'usage du green-computing, incluant par exemple le recours à des appareils déconditionnés dans le monde du high-tech.

La startup, fondée par par Alexis Valero et Quentin de Lambert, issus tous deux du monde du consulting et marketing, compte déjà 150 clients séduits en l'espace de quelques mois. Et cette première levée de fonds de 1,3 million d'euros, que vient de compléter la jeune pousse, va ainsi lui permettre d'élargir son offre, son portefeuille de clients et son équipe, qui emploie déjà aujourd'hui une vingtaine de salariés, avec des bureaux déjà installés à Lyon, Paris et Barcelone.

Car selon eux, il y a urgence à se positionner sur le sujet :

A l'heure ou une proposition de loi visant à réduire l'empreinte environnementale du numérique en France a été faite le mois dernier, les deux co-fondateurs s'inscrivent dans la tendance nationale. "Le sujet du parc informatique est un levier très pragmatique. [...] Nous avions un désir d'impact direct, du jour au lendemain, pour aider les entreprises", note Alexis Valero.

Instaurer le reconditionné en entreprise

Selon un rapport d'information sur l'empreinte environnementale du numérique rendu par le Sénat en 2020, "si rien n'est fait, le numérique serait à l'horizon 2040 à l'origine de 24 millions de tonnes équivalent carbone, soit environ 7% des émissions de la France, contre 2% en 2019."

Et d'ajouter "la fabrication des terminaux numériques (smartphones, tablettes, ordinateurs ...) représente 70% de l'empreinte carbone du numérique en France."

Ce texte comporte d'ailleurs un volet sur le réemploi et la réparation des terminaux numériques. Une des propositions phares de Rzilient. "Nous nous sommes rendus compte que les entreprises géraient leur parc informatique de façon empirique", commente Alexis Valero.

Et à ce sujet, la startup veut donc, entre autres, leur proposer un nouveau levier : celui de l'implantation de matériel reconditionné, au lieu d'opter systématiquement pour du neuf, tout en proposant également des solutions de "green computing" concernant notamment la gestion des parcs et réseaux informatiques.

"Selon la manière dont on tire des câbles, tout peut être plus green"

Car bien qu'elle puisse sembler simple, la question du reconditionné se pose en réalité à plusieurs niveaux : il ne s'agit pas uniquement d'acheter le matériel sur le marché, encore faut-il pouvoir le configurer et l'adapter aux réseaux des entreprises qui acquièrent ce type de matériel.

"Intégrer un ordinateur neuf dans un système de gestion c'est facile, avec le reconditionné, nonNous venons donc éliminer les frictions qui existent encore sur le reconditionné, pour l'intégrer à nos solutions", ajoute Alexis Valero. C'est pourquoi Rzilient propose notamment un service de reconfiguration de ces appareils.

Et au delà de l'aspect matériel, Rzilient souhaite se positionner en bout de ligne comme un acteur qui "maîtrise l'ensemble de la chaîne de valeur informatique", avec la commercialisation à la fois de services de cloud "durables", de licences de logiciels d'occasion, l'utilisation de serveurs locaux, de solutions pour le Wifi... "Selon la manière dont on tire des câbles, tout peut être plus green", estime-t-il.

Quant à l'utilisation de logiciels libres en entreprise, il s'agirait d'une étape à venir : "on voudrait s'y inscrire, car cela fait écho à nos valeurs et à ce qu'on a envie de faire." Un travail avec l'Ademe est également en cours afin de calculer l'empreinte carbone des services proposés par l'entreprise. Aujourd'hui, la startup dispose déjà de près de 10.000 postes de travail sous gestion.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.