Sanofi : pourquoi les syndicats appellent à la grève ce mardi en France

 |  | 1806 mots
Lecture 10 min.
Les élus CGT lancent un appel à la grève pour ce mardi. Objectif : Se mobiliser sur la question des salaires, mais également sur le terrain de la R&D, qu'ils estiment fortement fragilisée par les coupes réalisées au cours des 10 dernières années.
Les élus CGT lancent un appel à la grève pour ce mardi. Objectif : Se mobiliser sur la question des salaires, mais également sur le terrain de la R&D, qu'ils estiment fortement fragilisée par les coupes réalisées au cours des 10 dernières années. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Les salariés des sites français de Sanofi sont appelés à participer à un mouvement de grève lancé ce mardi 19 janvier. A l’appel de la CGT, rejoint par d’autres syndicats en fonction des sites, ce mouvement veut alerter sur la question des conditions salariales, ainsi que sur la dégradation des investissements en matière de R&D, responsable selon eux des problématiques rencontrées sur les travaux du vaccin Covid-19. Près de 400 emplois de R&D seraient menacés dans le cadre d’un plan de restructuration annoncé l’été dernier.

Un bras de fer semble s'amorcer sur le front de la R&D chez Sanofi, sur fond d'une course au vaccin qui demeure un marathon pour ses équipes. Alors que le laboratoire lyonnais a annoncé, il y a quelques semaines, que son candidat-vaccin contre le Covid ne serait finalement pas prêt avant la fin de l'année 2021, les représentants du personnel veulent s'appuyer sur ces retards de développement pour alerter l'opinion publique sur la stratégie du fleuron hexagonal.

Lire aussi : Sanofi veut supprimer un millier d'emplois en France, 1.700 en Europe

La branche CGT vient de lancer un appel à la grève qui doit débuter ce mardi 19 janvier et qui pourrait s'avérer reconductible. Ses représentants craignent de nouvelles suppressions d'emplois à venir, alors que Sanofi avait annoncé à l'été dernier un nouveau plan de 1.700 postes, dont 1.000 en France, sur un total de 10.000 collaborateurs à travers le monde dont 4.100 au sein de l'Hexagone. Selon les syndicats, jusqu'à 400 salariés du département de R&D seraient concernés par cette réorganisation, une branche qu'ils estiment pourtant déjà fortement fragilisée.

« On nous a dit officiellement que les sites lyonnais ne seraient pas impactés par ces nouvelles suppressions, mais cela est d'autant plus facile à dire que nous avons déjà fait face à plusieurs plans au cours des années précédentes, les effectifs ont déjà été coupés », résume Fabien Mallet, élu CGT.

Et ce n'est pas la création d'une nouvelle usine de production de vaccins sur le site de Neuville-sur-Saône (490 millions d'euros d'investissements) prévue d'ici 2025, ou les 120 millions d'euros affectés à un nouveau centre de R&D pour lutter contre les maladies émergentes à Marcy-l'Etoile d'ici fin 2024, qui calme les représentants du personnel. « Il est bien d'investir sur la création d'un nouveau bâtiment, mais nous avons beaucoup de retard à rattraper au cours des dernières années. Il ne faut pas oublier que si la recherche se casse la figure, la production sera nécessairement impactée quelques années plus tard », ajoute Jean-Louis Peyren, coordinateur CGT-Sanofi.

Lire aussi : « Sanofi est résolu à développer un...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2021 à 13:05 :
11 janvier :


Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé avoir signé un accord pour l'acquisition de la société britannique spécialisée en immunologie Kymab. Sanofi procédera à un paiement initial d'environ 1,1 milliard de dollars, qui sera "assorti de paiements d'étape pouvant atteindre 350 millions de dollars en fonction de la réalisation de différentes phases de développement", selon le communiqué du laboratoire français.
a écrit le 19/01/2021 à 13:03 :
Plus d’un milliard d’euros d’aides publiques en dix ans. Voilà une évaluation de ce que le groupe Sanofi a engrangé ces dernières années via le crédit d’impôt recherche (CIR), un dispositif d’aides publiques qui vise à soutenir et encourager les efforts de recherche des entreprises (130 millions d’euros par an environ selon les syndicats).
a écrit le 19/01/2021 à 11:39 :
Les groupes pharmaceutique investissent en effet de moins en moins dans la R&D et préférent racheter des startups qui se sont spéciliser sur une maladie/molécule. Ces startups sont financées par des Buisness Angels qui revendent ses Startups avec de très gros profits. Ces reventes sont plus ou moins organisées lors de conférences où les startups présentent leur travaux (USA, Suisse...) A ceux qui pensent que c'est pas juste, je vous rappelle qu'il y a plus de risque que ces startups faissent faillite. Mais il vrai que lorsque elles réussissent leur prix peuvent largement dépasser le milliard d'euro (ce qui fait aussi grimper le prix des médicaments). Pour les groupes pharmaceutique externaliser la R&D permet de réduir les couts fixe et le risque de développement d'un médicament ou d'une molécule...
a écrit le 19/01/2021 à 11:12 :
Les groupes pharmaceutique investissent en effet de moins en moins dans la R&D et préférent racheter des startups qui se sont spéciliser sur une maladie/molécule. Ces startups sont financées par des Buisness Angels qui revendent ses Startups avec de très gros profits. Ces reventes sont plus ou moins organisées lors de conférences où les startups présentent leur travaux (USA, Suisse...) A ceux qui pensent que c'est pas juste, je vous rappelle qu'il y a plus de risque que ces startups faissent faillite. Mais il vrai que lorsque elles réussissent leur prix peuvent largement dépasser le milliard d'euro (ce qui fait aussi grimper le prix des médicaments). Pour les groupes pharmaceutique externaliser la R&D permet de réduir les couts fixe et le risque de développement d'un médicament ou d'une molécule...
a écrit le 19/01/2021 à 8:02 :
De la grandeur à la décadence..
Sanofi préfère jouer en Bourse et engraisser ses actionnaires plutôt que de se concentrer sur son cœur de metier..
Mais est ce que tout cela n'est pas voulu ??
Vivre sur ses acquis n'est pas eternel
a écrit le 19/01/2021 à 5:04 :
SANOFI se gave sur la vente de vieilles molécules au détriment de la recherche. Tant que les financiers dirigeront la France on ira dans le mur.
a écrit le 18/01/2021 à 20:08 :
Que sanofi remplace ses chercheurs par des trouveurs , ça ira mieux ensuite .
a écrit le 18/01/2021 à 18:58 :
Encore une journée d'action de cégétistes bourgeois de Sanofric vivant sur le trou de la sécurité sociale tandis que les cadres font partie de la catégorie sociale la moins touchée par le chômage de longue durée tout en bénéficiant des ARE et du régime retraite les plus favorable du privé (subventionné)...
Réponse de le 18/01/2021 à 19:16 :
?? Par le passé, je vous ai trouvé plus pertinent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :