Soitec : ce message de sortie de crise qui veut rassurer les investisseurs

Ce jeudi matin, c'est un exécutif bicéphale "réunifié" qui s'est présenté devant les investisseurs pour commenter les (très bons) résultats du 3e trimestre décalé de Soitec. Pour la première fois depuis une semaine, l'heure semblait à l'apaisement entre directeur général actuel, Paul Boudre, et le président du conseil d'administration, Eric Meurice. Même si, pour l'essentiel, l'ensemble des questions ont porté sur la crise de gouvernance qui tente désormais de se refermer.

5 mn

(Crédits : DR)

Durant une heure, le tandem Paul Boudre et Eric Meurice ont tenté de rassurer, mais aussi de refermer l'épisode douloureux des sept derniers jours, qui avait mené l'un des leaders mondiaux des semi-conducteurs à vivre une crise de gouvernance inédite.

Terminée donc, la scission consommée entre conseil d'administration présidé par Eric Meurice depuis trois ans, et de l'autre, comité exécutif conduit par l'emblématique pdg Paul Boudre, artisan du redressement de l'entreprise depuis sa quasi-faillite en 2015.

Ce mercredi, Soitec avait annoncé, pour son sixième exercice trimestriel consécutif, une forte croissance de près de 40%, pour le 3e trimestre de son exercice décalé. Avec une nouvelle confirmation à nouveau de son objectif réhaussé de 975 millions de dollars.

Mais alors que l'action de l'entreprise, cotée à la Bourse de Paris, avait dégringolé de 185,70 euros le 20 janvier dernier jusqu'à 153,90 le mercredi 26 janvier, à l'ouverture de la séance, on savait que le prochain défi serait de convaincre les investisseurs. Et c'est précisément ce qu'ont tenté de faire les deux dirigeants, réunis pour la première fois depuis une semaine à l'occasion de leur conférence de résultats trimestriels.

Un exercice traditionnel et particulièrement cadré, qui s'est déroulé en deux phases : avec, pour commencer, le cadre (particulièrement favorable de la croissance), puis un premier point officiel et conjoint sur la gouvernance, et enfin, la période des questions-réponses.

Acte 1 : rassurer sur le processus

Taxé, la semaine dernière, par le Comex d'avoir mené un processus "opaque" et "illégitime", le conseil d'administration représenté par son président, Eric Meurice, a tenu, ce jeudi matin, à démontrer le contraire aux côtés de Paul Boudre, en donnant cette fois quelques précisions sur la nature des discussions engagées.

Il a d'abord reprécisé que le processus de succession en question avait démarré "depuis deux ans", et était connu de tous. A ce titre, Paul Boudre a confirmé qu'il avait soumis sa candidature à un renouvellement de mandat au poste de directeur général, de même qu'une personne en interne au sein du Comex. Eric Meurice a quant à lui confirmé que "4 personnes, dont 2 issues de l'industrie des semi-conducteurs, et 2 d'un autre secteur", avaient candidaté.

Le président du conseil d'administration a commencé par s'excuser de "l'incompréhension", les "émotions", et les "sur-réactions" qui ont pu être générées par cet épisode, affirmant qu'un travail interne avait été ouvert afin d'étudier chacune des remarques ayant été faites en matière de gouvernance. Selon lui, il était naturel de ne pas communiquer sur le processus tant que le choix n'avait pas été arrêté, "d'autant plus qu'il nous semblait que l'échéance du mandat de Paul était connue de tous".

Cependant, Eric Meurice a présenté ses excuses pour ne pas avoir clarifié ce point plus tôt, tout en rappelant sa conviction ferme que Pierre Barnabé, en provenance du leader des technologies Atos, était le "bon profil" pour amener Soitec à une nouvelle étape de sa croissance.

Pour rappel, Pierre Barnabé sera le premier dirigeant de Soitec à être nommé à l'externe, mais également à provenir d'une autre industrie que celle des semi-conducteurs. Il occupait notamment le poste de Senior Executive Vice-President of Big Data and Cybersecurity chez le leader mondial des technologies de l'information Atos. Il avait aussi été, aux côtés d'Adrian Gregory, l'un des deux co-directeurs généraux par intérim du groupe Atos, suite à l'éviction de son directeur général Elie Girard, en novembre 2021.

Acte 2 : répondre aux questions, principalement sur la gouvernance

Outre l'effet de "surprise" du plan de succession, mentionné par certains investisseurs et qui a contribué selon eux à plomber le cours de l'action, l'essentiel des questions posées par les des investisseurs présents (Bank Of America, BNP Paribas, etc) ont porté sur le choix du nouveau profil propulsé à la tête de Soitec, avec une double interrogation : pourquoi avoir choisi un profil à l'externe, et pourquoi l'avoir choisi justement en dehors des semi-conducteurs ?

A cet exercice, c'est surtout le président du conseil, Eric Meurice, qui a tenté de démontrer que le choix de l'externe serait notamment, pour un fabricant comme Soitec, un gage "d'ouverture" vers ses futurs marchés, appelés à s'étendre en dehors des frontières des smartphones désormais pour aller tutoyer de nouvelles applications comme l'automobile.

Il a également appuyé à plusieurs reprises le fait que Pierre Barnabé apporterait son expertise, jugée précieuse, dans le management et la gestion des équipes d'une société désormais amenée à atteindre un périmètre de plusieurs milliards de dollars, comme envisagé à horizon 2026.

Questionné également à plusieurs reprises sur un possible changement de stratégie qui pourrait être mené par le futur Ceo, Eric Meurice a tenu à rassurer : "nous maintiendrons les grandes lignes du plan stratégique d'ici 2026 qui vous ont été présentées, et c'est dans cette perspective que s'inscrira le nouveau directeur général".

Assurant également que Paul Boudre ainsi que l'ensemble du Comex avaient commencé à "rencontrer" et "travailler" avec Pierre Barnabé, l'exercice tel que présenté par la gouvernance de Soitec a-t-il convaincu en premier lieu les actionnaires concernés ? Le cours de la Bourse pourrait donner un premier élément de réponse : à l'ouverture de la Bourse ce jeudi matin, la valeur de l'action, qui avait plongé à 157,40 euros, avait déjà entrepris une légère remontée de quelques points (à 161,70 euros). A suivre.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.