Téléradiologie : le lyonnais Imadis fait le pari de l'IA pour améliorer l'efficacité de l'offre de soins

Comment l'intelligence artificielle pourrait-elle venir en soutien de la performance des soins d'urgence ? L'entreprise lyonnaise de radiologie à distance, Imadis, a fait le pari que l'IA pourrait mener à améliorer la détection d'anomalie au sein des examens médicaux. Elle vient d'ailleurs d'ajouter une corde à son arc à travers un partenariat avec la medtech française Gleamer pour la détection de fractures, d'épanchements et luxations. Objectif affiché : épauler ainsi les centres hospitaliers, dans un contexte de pénurie d'expertise médicale et de problématiques d'attractivité au sein des professions de la santé.

4 mn

Les radiologues d'Imadis ont déjà interprété plus d'un million d'examens depuis la création de l'entreprise, et utilisent l'IA pour accélérer et fiabiliser les diagnostics.
Les radiologues d'Imadis ont déjà interprété plus d'un million d'examens depuis la création de l'entreprise, et utilisent l'IA pour accélérer et fiabiliser les diagnostics. (Crédits : Imadis)

"Nous avons rapidement compris l'intérêt de l'intelligence artificielle pour améliorer notre service. Dès que des solutions matures technologiquement ont été proposées, nous avons lancé les expérimentations. Résultat ? Aujourd'hui, l'IA est devenue un de nos points forts de différenciation", affiche Alexandre Ben Cheikh, co-fondateur de la medtech lyonnaise Imadis.

Créée en 2008 par cinq jeunes radiologues diplômés des Hospices Civils de Lyon (HCL), Imadis a développé une offre innovante de radiologie d'urgence à distance. Son modèle repose sur une organisation inspirée du SAMU avec des centres de garde, maillant le territoire français et dans lesquels viennent travailler en équipe, des médecins radiologues (par ailleurs médecins libéraux ou hospitaliers).

Avec un constat :

"Les établissements partenaires, les services d'urgence des centres hospitaliers, n'ont pas toujours les ressources, en particulier la nuit, pour proposer aux patients une interprétation des examens par un radiologue. Ils peuvent alors faire appel à la télé-radiologie. Nous recevons les examens et pouvons en assurer rapidement une lecture professionnelle, en 16 minutes en moyenne, afin que le patient puisse être soigné au plus vite", explique Alexandre Ben Cheikh.

Une offre s'inscrivant dans la tendance forte en France du déploiement de la télémédecine, permettant d'assurer à tous les patients une permanence des soins, quel que soit leur lieu de résidence.

Avec une différence notable toutefois par rapport à de nombreux acteurs du secteur : les radiologues de garde pour Imadis n'assurent pas leur mission depuis leur domicile, comme cela se pratique couramment, mais au sein de plusieurs centres spécifiquement aménagés pour cette activité et au sein desquels ils travaillent en équipe (Lyon, Bordeaux, Marseille et, depuis quelques mois, Rennes et Saint-Etienne).

Cinq algorithmes d'IA pour détecter les anomalies

Cette organisation en centres de garde facilite ainsi le déploiement d'outils de pointe, et notamment de l'intelligence artificielle (IA). "Une grande partie de l'activité de la radiologie concerne la détection d'anomalies. L'IA permet de sécuriser et fiabiliser ces détections", observe Alexandre Ben Cheikh.

Imadis s'appuie désormais sur cinq algorithmes. Elle travaille depuis 2019 avec l'Israélien Aidoc pour les détections d'hémorragies intracrâniennes, d'embolies pulmonaires, de fractures de côtes et de fractures du rachis cervical lors d'interprétations de scanners et IRM (90% de l'activité d'Imadis) et, depuis quelques mois, avec la MedTech française Gleamer pour la détection de fractures, d'épanchements et luxations sur les radiographies ."La solution de Gleamer était en test depuis 2020. Nous la déployons désormais plus largement".

Alexandre Ben Cheikh insiste néanmoins : "Il y a toujours une analyse humaine, rien n'est sous-traité entièrement à l'IA. L'intelligence artificielle ne remplace pas le radiologue, soyons bien clairs sur ce point. En revanche, elle peut mettre en exergue des points qui avaient pu échapper aux professionnels. Je compare l'IA à l'interne dans les hôpitaux, à qui le chef de service a confié une pile de dossiers à vérifier. Il peut arriver qu'il détecte une nouvelle anomalie".

Selon une étude interne d'Aidoc, ses algorithmes permettraient ainsi de redresser le diagnostic dans 0,5% des cas pour l'hémorragie interne et 1% pour l'embolie pulmonaire. "Cela peut paraître faible en valeur relative mais avec près de 800 patients pris en charge tous les jours par Imadis, le gain pour le patient est important", note la PME lyonnaise.

"Nous gagnons aussi en rapidité, car la valeur prédictive négative de l'IA est très forte", poursuit Alexandre Ben Cheikh, notant au passage que la performance des algorithmes s'est beaucoup améliorée depuis ses débuts en la matière en 2018. "Le spectre de détection a été élargi et les faux positifs se sont considérablement réduits".

80 recrutements au programme de 2022

Imadis s'appuie sur une équipe de 90 salariés (équipe support) et plus de 300 médecins radiologues dont une centaine est associée au capital. 114 ont rejoint les équipes d'Imadis en 2021 et 80 devraient le faire courant 2022. Les centres de garde d'Imadis ont interprété plus d'un million d'examen depuis la création de l'entreprise, pour le compte d'une centaine d'établissements hospitaliers clients (dont 40 nouveaux depuis la crise sanitaire).

L'entreprise a réalisé en 2021 un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros et table sur une croissance importante en 2022, avec l'ouverture de deux nouveaux centres déjà validée (Dijon et Clermont-Ferrand). Le plan de match 2022 vise ainsi un chiffre d'affaires de 23 millions d'euros.

Sur son marché, Imadis se frotte à des concurrents comme Télédiag, Nehs Digital ou encore Medin +, mais s'affiche déjà comme le leader français de la radiologie d'urgence à distance.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.