Stéphane Siebert (CEA) : "La maîtrise de la technologie est un enjeu de souveraineté nationale"

À la tête de la direction de la recherche technologique du CEA depuis deux ans, Stéphane Siebert œuvre pour un partenariat fort avec les acteurs industriels. Il prédit un grand retour de la technologie.

4 mn

(Crédits : Et Hop ! Studio)

Pour consulter cet entretien en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

ACTEURS DE L'ECONOMIE-LA TRIBUNE - Quel est l'enjeu actuel en matière d'innovation ?

STÉPHANE SIEBERT - L'innovation est le critère numéro 1 de la compétitivité. Je m'appuie souvent sur une courbe parlante, réalisée par Edmund Phelps, Prix Nobel d'économie, qui montre une corrélation limpide entre innovation et croissance économique. Un produit est plus compétitif s'il a des fonctionnalités nouvelles, s'il est différenciant, s'il apporte à l'usager quelque chose de plus. Si on veut faire monter en gamme notre industrie, gagner des parts de marché, il faut absolument miser sur l'innovation.

Dans ce contexte, vous prédisez également un grand retour de la technologie. Sur quels critères d'analyse ?

C'est simplement l'observation de ce qui se passe dans le monde. On constate aujourd'hui des investissements massifs des grandes entreprises internationales : on les voit racheter des startups, on les voit établir des partenariats très importants avec des centres de recherche. Par exemple, IBM vient d'annoncer un énorme partenariat avec le MIT. Nous venons d'en signer un avec HP. On remarque également que les pays eux-mêmes prennent des initiatives : le programme industrie 4.0 en Allemagne les grands plans de déploiements de la micro-électronique en Chine, des investissements dans les technologies sensibles... Il y a un ensemble de technologies clé dans le domaine du numérique, de l'énergie, de la santé, des matières, de la cybersécurité qui sont aux cœurs des grands enjeux mondiaux.

Lire aussi : Startups et grands comptes : enquête sur un mariage de raison

Ce n'est pas seulement un enjeu économique. Il est aussi question de démographie, de sécurité ou de changement climatique. En conséquence, la maîtrise de la technologie est plus qu'un enjeu économique. C'est un enjeu de souveraineté nationale.

Qui fabrique cette innovation technologique ?

Ce sont les entreprises et les centres de recherche. Le mieux, c'est quand ils collaborent. Le CEA est le plus grand organisme de technologie en France, nous avons des homologues dans tous les pays d'Europe. Nous développons d'abord la technologie, nous la brevetons - nous déposons près de 600 brevets par an pour maîtriser la propriété intellectuelle -, ensuite nous organisons son transfert vers les industriels.

Nous avons plus de 600 partenaires industriels à qui nous apportons des solutions pour différencier leurs produits, pour monter en gamme, voire même pour se transformer dans la chaîne de valeurs en incorporant des fonctionnalités numériques, d'économie d'énergie ou d'optimisation de la matière dans leurs produits.

Quels sont les contours de ce partenariat avec HP ?

Cela concerne l'Industrie du Futur. Une des voies importantes de développement est la fabrication additive. Dans ce domaine, il y a plusieurs segments de marché en fonction des produits en matière plastique, céramique, etc. HP a développé un équipement assez révolutionnaire dans l'impression pour les polyamides. Il ouvre un grand champ d'application pour les marchés, ces derniers étaient jusqu'alors limités à des petites séries de pièces.

Lire aussi : Industrie du futur : pourquoi Visiativ se lance dans l'impression 3D

Ce nouvel équipement permet d'envisager une production en série. Pour cela, il faut développer pour chaque produit des poudres de base, des matériaux spéciaux de traitements de surface, des protections pour que la pièce soit ignifugée. Il faut également comprendre comment ces nouveaux équipements vont permettre de nouvelles conceptions de pièces. Il se trouve que cela rentre dans nos champs de compétences. Il y a une grande complémentarité entre nous. Ce qui, ensemble, nous permettra d'apporter une solution globale à de nombreuses entreprises et de leur en faciliter l'accès pour les implémenter dans leur chaîne de production.

Etes-vous limités aux grandes entreprises ?

Nous sommes absolument agnostiques vis-à-vis de la taille ! Nous servons les grands groupes comme les PME et startups. Notre objectif est de garder un bon équilibre en lien avec le tissu industriel.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.