Carte de déconfinement à la française : un modèle co-développé par un économiste grenoblois

 |  | 1437 mots
Lecture 7 min.
La carte de déconfinement, mise à jour par le Ministère de la Santé le 7 mai dernier s'inspire des travaux réalisés par le grenoblois Bary Pradelski, et son homologue Miquel Oliu-Barton.
La carte de déconfinement, mise à jour par le Ministère de la Santé le 7 mai dernier s'inspire des travaux réalisés par le grenoblois Bary Pradelski, et son homologue Miquel Oliu-Barton. (Crédits : DR)
Bary Pradelski, chargé de recherche en économie au CNRS basé à Grenoble, est l’un des deux chercheurs français à l’origine du modèle mathématiques de distinction des zones vertes et rouges, adopté par le gouvernement français dans sa stratégie de déconfinement. Un principe qui intéresse d’ores et déjà d’autres pays comme l’Espagne et l’Allemagne, mais qui a fait également chemin vers Commission Européenne alors que l'institution doit annoncer ce jeudi de premières esquisses de sa stratégie à l’égard du tourisme au sein de l’UE.

L'aventure a démarré il y a deux mois, au jour 1 du confinement.

"Le confinement était nécessaire mais l'on s'est très vite aperçu qu'après quelques semaines, il aurait été intéressant de pouvoir connecter des zones vertes afin de pouvoir interagir avec les villages ou les villes voisines. Avec, toujours, la possibilité de pouvoir revenir en arrière et de réagir vite en cas de besoin", explique Bary Pradelski, chargé de recherche en économie au CNRS à Grenoble.

Associé à Miquel Oliu-Barton, maître de conférences en mathématiques à l'Université Paris-Dauphine, les deux chercheurs ont regroupé leurs idées pour se pencher sur la création d'un modèle mathématique, alliant probabilité, économie et données de santé.

"Nous avons montré comment, en appliquant cette stratégie de définir des zones vertes et rouges, puis de regrouper ensuite plusieurs zones vertes ensemble, on parvenait à favoriser un retour à une situation normale de manière rapide, et surtout sans attendre que l'ensemble du pays ne soit en vert", résume Bary Pradelski.

Avec la collaboration d'un autre mathématicien à l'école Polytechnique, Luc Attia, ils ont d'abord publié un premier article à ce sujet le 8 avril dernier, à travers la revue de l'école Esade Business School de Madrid. Un exemplaire de leurs travaux a également été envoyé à Vox EU, plate-forme politique du centre de recherche en économie basé à Londres, attirant l'attention du gouvernement français.

"Il existait déjà un certain nombre de modèles mathématiques sur les pandémies, avec des modélisations détaillées, qui reprennent généralement la théorie des probabilités. Notre objectif était d'utiliser notre capacité à modéliser pour contrôler au mieux la situation face à la propagation du virus, et éviter une crise économique et sociale plus importante", dévoile Bary Pradelski.

Son homologue Miquel Oliu-Barton cite en exemple la théorie des jeux, utilisée pendant la guerre froide, ou la machine de Turing, employée pour accélérer la fin de la Seconde Guerre Mondiale et reprise dans le film Imitation game.

"Nous avons beaucoup échangé avec des médecins et des épidémiologistes pour bâtir un modèle qui se base sur une série de données dont on dispose déjà et qui nécessite ensuite de mettre en place une série de mesures d'un point de vue politique".

Une approche pédagogique et agile

Leur modèle distingue des zones vertes et rouges. Et propose un marquage vert, basé sur le nombre de nouveaux cas, la disponibilité de tests et le taux de saturation des hôpitaux, notamment au sein des services de réanimation et de prise en charge Covid.

"On ne parle toutefois pas du nombre total de cas, qui ne veut rien dire si l'on ne prend pas en compte la question de la temporalité", précise Bary Pradelski.

Avec, au menu, une définition qui se veut avant tout pédagogique, sous la forme de zones de couleur, qui permettant ensuite de pouvoir mettre en place une politique de déplacements différenciée à l'échelle des territoires. L'objectif ? Etre en capacité de reprendre rapidement une amorce d'activité économique, tout en continuant de limiter la propagation du virus.

"On a vu lors de cette crise que même dans des pays fortement touchés comme l'Italie, certaines zones situées au sud étaient davantage épargnées. L'idéal étant pour cela de partir avec un confinement de l'ensemble des territoires en zone rouge, puis de rouvrir progressivement des zones comme l'ont fait l'Espagne ou la France", souligne Miquel Oliu-Barton.

Selon leurs modèles, ils estiment que 2 à 5 mois seraient nécessaires en vue de pouvoir réunifier "en vert" l'ensemble d'un pays de la taille de la France, si des mesures adaptées étaient en parallèles mises en place.

La France, comme l'un des chefs de file

Une théorie qui ouvrirait ainsi la voie à une reprise progressive de l'activité et des déplacements, à une échelle toutefois maîtrisée au niveau des départements, et non des régions pour l'instant.

"Plus la division du territoire est petite, mieux on peut contrôler la progression du virus. Pour autant, il devient plus compliqué d'en contrôler les sorties lorsqu'on se place à l'échelle d'un village par exemple : c'est pourquoi le département semble être un bon échelon", résume Miquel Oliu-Barton.

Les deux chercheurs se disent eux-mêmes surpris qu'un gouvernement "aussi centralisé" que la France ait finalement opté pour ce découpage territorial et y voient là un bon signe pour la suite.

"Nous ne pensions pas que l'exécutif français aille jusqu'à mettre en place un système aussi décentralisé, mais c'est finalement cette idée de partage par département qui a été retenue et qui était très proche de notre modèle de base", indique Bary Pradelski.

Un système similaire a déjà été mis en place récemment en Espagne. Basé sur la définition de trois phases (1,2 et 3), correspondant au code couleur (vert, orange, rouge), toutes les régions ont démarré sur la même phase et devraient ensuite connaître, au cours des prochaines semaines, des évolutions en fonction de la situation régionale.

Vers un passeport à l'échelle de l'Europe ?

Maintenant que des pays comme la France ou l'Espagne ont adopté ce principe de fonctionnement par zones de risques, Bary Pradelski et Miquel Oliu-Barton pensent qu'il est possible de songer à un système similaire à l'échelle européenne, que les autres pays pourraient rejoindre.

"Nous espérons début juillet, au vu de la situation actuelle. On pourrait imaginer l'émergence de quelques zones vertes telles que le sud de l'Italie, le nord de l'Allemagne, les îles Baléares et le sud-est de l'Espagne, qui, si on arrivait à les connecter, pourraient déjà améliorer la situation", estime Miquel Oliu-Barton.

Car les deux chercheurs l'affirment : avec un tel système, il deviendrait ainsi possible de relancer progressivement des pans de l'économie, tels que les transports, le commerce ou encore le secteur de l'hôtellerie restauration. Et pourquoi pas de songer à une nouvelle définition de la saison estivale, en intégrant ces critères sanitaires. Car toute leur idée repose sur le fait d'éviter un brassage des populations entre les zones vertes et rouges.

 "Lorsqu'on dispose de plusieurs zones vertes à l'échelle française voire européenne, on peut ensuite imaginer de les connecter ensemble, par le biais de trains directs sans arrêt par exemple, ou de réseaux autoroutiers bien contrôlés. Le tout en restant flexible. On peut ainsi imaginer plusieurs règles, mais ce n'est pas notre rôle de les déterminer", expose Miquel Oliu-Barton.

Les deux chercheurs ont déjà communiqué leurs travaux à la Commission Européenne, qui serait actuellement en cours de préparation d'une stratégie globale destinée à l'industrie touristique, fortement touchée par cette crise, et dont les premiers contours devraient être officialisés d'ici la fin de la semaine. Ils rappellent que leurs travaux permettraient "d'accompagner la reprise au sein des pays du sud de l'Europe fortement touchés par cette crise, et de garantir un meilleur équilibre au sein de l'UE".

Des enjeux de structuration à relever

"Même si l'on assistait uniquement à l'essor de 6 ou 7 zones vertes en Europe, cela aurait déjà un impact majeur en matière d'emplois, avec des millions de personnes qui pourraient retrouver un revenu", avance Miquel Oliu-Barton.

Avec toutefois, plusieurs impératifs : un tel plan nécessiterait de réduire au maximum les connexions entre zones vertes et rouges, mais aussi imaginer des systèmes de répartition ou de redistribution au bénéfice des zones à circulation réduite.

"Nous croyons au fait de pouvoir recommencer à produire de l'activité économique dans certaines zones, pour pouvoir ensuite les redistribuer ailleurs, plutôt que de garder tout le monde en confinement", ajoute Bary Pradelski.

Une politique de tests devrait également être déployée à l'échelle européenne, avec comme condition sine qua none la mise en place d'un processus de marquage des régions vertes selon des critères partagés, orchestré par l'UE. Un schéma dont le maître mot demeurera la prudence.

"Avant de connecter des zones vertes ensemble, il faudra disposer de garanties. Car plus une zone verte est grande, plus les risques de résurgence quelque part sont élevés. La clé sera d'avancer à petit pas, en faisant évoluer les zones toutes les deux ou trois semaines", conclut Miquel Oliu-Barton.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2020 à 20:39 :
Pas étonnant que cette carte ait été élaborée par un économiste, elle est tout simplement insensée.

Basée sur 3 critères qui n'ont pas grand chose à voir entre eux et dont deux sont invariables, que nous donne t'elle à voir en réalité?
Elle nous indique les zones où l'état n'est pas capable de mettre en face des malades, suffisamment de lits de réanimation, donc est totalement et gravement défaillant.

Ce qui ne nous dit rien sur l'état sanitaire de la population et de la propagation du virus.

Et quelles conclusions passionnantes sont tirées de cette carte? L'ouverture des parcs et jardins et la réouvertures de classes. Sachant que de toutes manières celles ci seront amendées très largement dans les deux zones.

Cette carte c'est un gros panneau pour que les français puissent constater en rouge sang, que dans le 1/3 du pays, des malades continuent à être privés de soins. Ce qui m'étonne c'est qu'elle n'ait pas encore disparu de la communication gouvernementale.
a écrit le 13/05/2020 à 17:39 :
En GB y a 5 critères concernant covid, mais c'est compliqué de sortir 5 cartes, il faut à un moment "synthétiser" tout ça, même si un endroit avec 3 cas est rouge, vu qu'il n'y a que 4 lits de réanimation (statistiquement 4 c'était déjà "luxueux", raté !).
a écrit le 13/05/2020 à 15:39 :
Difficile de réagir à un article partiellement masqué !

Si un grand nombre de départements sont en zone rouge c'est surtout à cause du manque de lits dans les hôpitaux. Mais qui ferme les hôpitaux publics depuis des années, le personnel hospitalier ou les personnalités au pouvoir ?
Qui répond favorablement aux demandes des électeurs dans la rue les maires, les députés, les sénateurs, les membres du gouvernement ?
Quand j'étais jeune il y avait un slogan qui a eu son heure de gloire "élections : pièges à c…". Gauche, droite, gauche, droite, il est à craindre que bon nombre d'électeurs ne marchent plus au pas électoral.
a écrit le 13/05/2020 à 15:38 :
Faut il des modèles mathématiques poussés pour en arriver à la conclusion que l'on ouvre les parcs et jardins ou que l'on retarde l'ouverture de certains établissements scolaires? D'autant que, comme dans toute décision gouvernementale française, il va y avoir des exceptions: c'est d'ailleurs le cas pour un parc dans le 93, situé en zone rouge, d'autres réouvertures sont prévues, demandées par des maires à leur préfecture de rattachement.
a écrit le 13/05/2020 à 14:54 :
honte au 1er ministre qui ce jette des fleurs un divulguant qu'il a épargne 60000 vie
mais ce qu'il omet de dire c'est combien son mort a cause de son obstination
pour l'élection municipal
combien de vie aurait été épargné par un confinement huit jour plus tôt 15000 peut 20000
Réponse de le 13/05/2020 à 17:37 :
en se confinant le 1er janvier on aurait peut-être sauvé 160 000 vies ? Il parait qu'il circulait avant 2020, le virus. Pour être efficace on devrait rester chez soi jusqu'à Noël, pour épuiser toute source.
a écrit le 13/05/2020 à 13:27 :
je réclame le classement en vert du département de l'aube
car après consultation certain classé en vert ont d'avantage de malade et de lit occupe
et avec une capacités de lits en zone 3
c'est a dire 1 lit pour 23400 ou 32600 habitant alors que d'autre sont 1 pour 11000 habitants
ou est l'Egalite et la fraternité entre région bafoue ignoré la carte doit être mise a jour au quotidien est non quand cela fait plaisir au ministre
chaque Français doit et la droit de savoir chaque jour l'information
et non le bon vouloir d'un ministre
c'est lui qui est aux services des Français et non l'inverse comme il le pense
a écrit le 13/05/2020 à 11:55 :
les parisiens ont bien montré l exemple a suivre en fuyant la capitale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :