Grenoble Alpexpo : vers une entrée au capital de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Alors que le centre de congrès grenoblois Alpexpo amorce un redressement attendu depuis plusieurs années, l’équipement grenoblois vient d’être transféré à la métropole de Grenoble. Il pourrait bientôt voir l’entrée à son capital de la région Auvergne Rhône-Alpes, qui n’avait pas caché son intérêt pour ce centre de congrès au printemps dernier. Une occasion, pour les partenaires grenoblois, de trouver un nouvel élan pour ce centre.

5 mn

(Crédits : DR)

Le message n'est pas passé inaperçu, et même depuis généré un grand pas en avant. Lors de la dernière édition du salon Mountain Planet en avril dernier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait tendu la main à la ville de Grenoble, concernant l'avenir de son parc de congrès.

"Alpexpo est l'un de nos fleurons, c'est un bijou. J'ai proposé à Piolle et à Ferrari que l'on travaille pour moderniser de fond en comble la structure. (...) On peut l'assumer nous, je suis prêt à ce qu'on mette le paquet, parce qu'un outil comme ça, si on veut être à la hauteur de nos concurrents italiens ou suisses, il faut le moderniser".

Résultat : quelques mois plus tard, ses deux actionnaires principaux, la Ville de Grenoble et Grenoble Alpes Métropole, ne cachent plus leur nouvelle ambition : accueillir la Région au sein du capital de cet équipement, voire le Département de l'Isère.

"Christophe Ferrari a confirmé, lors du Conseil Métropolitain de décembre dernier, la proposition de la Région d'entrer à la gouvernance d'Alpexpo de participer au développement du site", résume Claus Habfast, président de l'équipement.

Les modalités de cette arrivée sont cependant toujours en discussions entre les partenaires.

"La question est de savoir comment on partage la stratégie et comment on se répartit les tâches. Nous espérons que les choses que se conclurons assez rapidement car la proposition de participation de la Région est très favorable pour l'avenir de cet équipement", estime Claus Habfast.

Une annonce devrait intervenir au cours des prochains mois.

"Nous allons faire entrer la Région ainsi que le Département au capital afin de faire d'Alpexpo le centre de congrès des Alpes", ambitionne le président de la métropole, Christophe Ferrari.

Vers un transfert de compétences

En parallèle, la responsabilité du site vient d'être officiellement transférée, au 1er janvier 2019, de la Ville de Grenoble à la métropole. Un transfert attendu depuis deux ans, mais qui ne signifie pas pour autant le désengagement total de la Ville de Grenoble, qui devrait demeurer au capital.

"La Ville n'avait ni les compétences ni les moyens d'investir lourdement dans Alpexpo et était donc dans une logique prudente, se basant sur la poursuite de l'existant, qui ne nécessitait pas de nouvelles subventions, mais un équilibre global", explique Claus Habfast, qui estime que le transfert à la métropole ainsi que l'intérêt affiché par la Région "vont tous deux contribuer au développement du site, afin de se donner des objectifs plus ambitieux".

Une marque d'intérêt, devenue également possible par l'amélioration des finances de la structure, à en croire son dirigeant.

"Aujourd'hui, Alpexpo n'est plus une machine à pertes ni à risques. Nous avons reconstruit le capital de confiance nécessaire pour que des collectivités comme la métropole et la Région s'y intéressent", note Claus Habfast.

Le Département de l'Isère a également été sollicité pour faire partie de ce tour de table.

"Ce site est très polyvalent et accueille notamment des spectacles de culture, mais aussi du tourisme d'affaires, une compétence qui est aujourd'hui partagée entre plusieurs collectivités dont le Département de l'Isère", met en avant Claus Habfast.

Un redressement amorcé

Cette nouvelle étape signera-t-elle un tournant décisif pour Alpexpo ? Depuis plusieurs années, le centre de congrès avait amorcé une stratégie de redressement, comprenant plusieurs tentatives de changement de son modèle.

"La Ville, qui était aux manettes de la SPL qui détient le site avec la métropole, avait lancé un appel à candidatures afin qu'une DSP soit confiée à un acteur privée, mais la seule proposition reçue était insatisfaisante. Le modèle de la SPL n'est donc pas remis en cause", rappelle Claus Habfast. Cette DSP, octroyée à la SPL fin 2016, courre actuellement sur une période de cinq ans. "Il n'existe pas de volonté de changement en ce qui concerne le statut de SPL : l'équipement reste uniquement public", confirme à son tour Christophe Ferrari.

En octobre dernier, la structure a annoncé un nouvel investissement de 500 000 euros dans la rénovation de son grand hall.

Avec 37 salariés, "le site génère un chiffre d'affaires annuel compris entre 7 et 8 millions d'euros", d'après Claus Habfast, "en fonction de la tenue de certains événements phares comme le Salon Mountain Planet, qui se déroulent tous les deux ans".

En 2016, Alpexpo avait ainsi affiché 9,3 millions d'euros, en partie grâce à la tenue du Salon Semicon Europa - parti depuis à Dresde -, contre 5,9 millions d'euros en 2017. Depuis, ses actionnaires tablaient sur une moyenne de 8 millions d'euros, avec le retour d'événement phares, mais aussi le développement d'événements en propre.

"Nous allons bientôt annoncer les résultats 2018, et ils sont conformes aux prévisions et bénéficiaire", glisse Claus Habfast.

Une occasion d'afficher, une fois de plus, des ambitions régionales, voire nationales.

Nous avons déjà des événements comme Moutain Planet mais il existe également d'autres filières économiques régionales qui sont très présentes à Grenoble, comme les semiconducteurs, les logiciels, l'intelligence artificielle, ou l'énergie. Nous avons donc clairement l'ambition de nous inscrire dans un réseau de sites ayant un rayonnement régional", admet-t-il.

Contactée, la Région ne souhaite pas s'exprimer pour l'instant. Tout comme le Département de l'Isère, qui n'a pas répondu à nos sollicitations.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.