Quartier Confluence : ce que contient la feuille de route des Ecologistes pour la phase 2 de l'aménagement

Alors que l'aménagement du quartier de Confluence entre dans sa deuxième phase, la Métropole et la Ville de Lyon pointent les changements qu'ils ont impulsés pour remodeler le quartier. Une deuxième phase dont le budget s'élève à 384 millions d'euros et dont les travaux vont s'étaler jusqu'en 2030. Au cœur de ce projet, se retrouvent les enjeux du mandat : mobilité apaisée, logement abordable, Ville aux enfants et verdissement.

3 mn

Le schéma de circulation prévu pour 2030 inclut des super-ilôts, réservant des axes aux voitures et d'autres à la cohabitation des modes de transport. Et  l'offre de stationnement automobile de 250 places sur l'espace public, prévue dans le dossier de réalisation de la ZAC 2 est supprimée.
Le schéma de circulation prévu pour 2030 inclut des "super-ilôts", réservant des axes aux voitures et d'autres à la cohabitation des modes de transport. Et "l'offre de stationnement automobile de 250 places sur l'espace public, prévue dans le dossier de réalisation de la ZAC 2 est supprimée." (Crédits : DR ZFA)

A l'image des quartiers Part-Dieu, à Lyon, et Gratte-Ciel, à Villeurbanne, les écologistes ambitionnent de reverdir le projet d'aménagement de Confluence.

En tout, ce sont 150 hectares qui ont été aménagés dans ce quartier, dont 35 pour la phase 2. Le budget total du réaménagement s'élève à 642 millions d'euros, dont 384 pour la phase 2 et 258 millions pour la phase 1.

"Nous avons la volonté de transformer le quartier et d'en faire un quartier inspirant. Dès le début, il avait un urbanisme vertueux et c'est un quartier qui est regardé avec beaucoup d'attention", a déclaré Grégory Doucet, maire de Lyon, lors de la visite de presse du quartier ce 10 mai. Rappelant que la ville a aussi un "rôle de référence sur la neutralité climatique", de par sa récente nomination au sein du programme européen "100 villes climatiquement neutres d'ici 2030."

Quatre grands axes ont ainsi été retenus pour cette "inflexion" du programme d'aménagement : la mobilité apaisée, le logement inclusif, la prise en compte des enfants, et la connexion aux cours d'eau.

Augmenter la part de logements sociaux

Actuellement, 14.000 habitants vivent dans le quartier, qui devrait en compter 17.000 d'ici 2020. Un quartier ou la part de logement social va être à 60% dont 20% accessibles en bail réel solidaire. "Dans la première phase, côté Saône, la mixité sociale s'élevait à 25%" note la Métropole, sachant qu'il reste 1.200 logements à produire dans ce quartier.

Comme le soulignait Fabien Bagnon dans un entretien à La Tribune, le quartier a déjà été pensé pour réduire la place de la voiture. Un parti-pris de l'ancienne mandature que les Écologistes au pouvoir souhaitent prolonger dans cette seconde phase, notamment en étoffant les transports en commun, comme l'extension du tram 2 et le doublement du cadencement du T1.

"A plus long terme, la voûte Est et le passage piéton-cyclistes sous M6 et M7 seront réhabilités", en grands boulevards urbains. Le tronçon d'autoroute passant dans le quartier ayant déjà été déclassé. "Il y a toujours la fracture de l'autoroute, erreur manifeste de nos prédécesseurs que nous essayons de gommer", avait commenté Bruno Bernard lors de la visite du quartier.

Le schéma de circulation prévu pour 2030 inclut des "super-ilôts", réservant des axes aux voitures et d'autres à la cohabitation des modes de transport. Et  "l'offre de stationnement automobile de 250 places sur l'espace public, prévue dans le dossier de réalisation de la ZAC 2 est supprimée."

Comme à Part-Dieu, une part est aussi accordée à la végétalisation, avec notamment plus de 2.000 arbres plantés d'ici 2030 ainsi que la création d'une "artère arborée" pour les piétons et les modes doux. Enfin, le lien avec le Rhône devrait être retrouvé, car l'aménagement prévoit 8.000 m2 d'espaces publics à côté du fleuve.

 1.800 m2 dédiés à l'ESS et l'artisanat

Confluence compte à ce jour quelque 16.000 salariés. D'ici 2030, ils seront 25.000. La SPL Lyon Confluence va "favoriser plus particulièrement l'implantation de structures du secteur de l'ESS, de l'artisanat et du commerce local de proximité tout en continuant  de conforter un pôle culturel et créatif reconnu autour du Musée des confluences, d'Arty Farty, du Marché gare, du Périscope, du Sucre et de la Sucrière." Marché gare qui ouvrira d'ailleurs ses portes en septembre 2022.

Sur les dix derniers lots restant à commercialiser d'ici 2020, 1.800 m2 seront dédiés à l'ESS et à l'artisanat. Quant aux bâtiments en eux même, les Écologistes renforcent les exigences en matière de matériaux bio-sourcés et de consommation. Avec notamment en tête de pont, le bâtiment Essentiel qui permet de réguler la température été comme hiver, sans système de chauffage et de climatisation.

Le quartier est déjà pourvu de 13.000 m2 de panneaux solaires qui produisent de quoi alimenter 500 logements classiques (2,3MWc). D'autres panneaux vont être installés permettant de produire 1,2MWc.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.