De Part-Dieu à Villeurbanne, ce coup de "vert" sur les grands projets urbains

Un an après leur arrivée, les nouveaux exécutifs EELV commencent à imprimer leurs marques en matière d'urbanisme. Les grands projets de réaménagement urbains des quartiers de Part-Dieu à Lyon, ou du Gratte-Ciel à Villeurbanne, ne datent pas d'hier mais leur réorientation, qui vient d'être présentée en juin, confirme un marquage plus "vert" souhaité par les nouvelles équipes. Un choix qui n'est pas nécessairement du goût de l'ancien maire, Gérard Collomb. Mais à quoi ressembleront ces changements exactement ?

6 mn

Nous voulons construire un ville pour ceux qui sont en place, l'argent ne doit pas être la motivation de ce site, avait annoncé Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, lors de la visite du futur site du projet Gratte-Ciel.
"Nous voulons construire un ville pour ceux qui sont en place, l'argent ne doit pas être la motivation de ce site", avait annoncé Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, lors de la visite du futur site du projet Gratte-Ciel. (Crédits : DR Zoé Favre d'Anne)

A Horizon 2030, Lyon, Villeurbanne et plus largement le Grand Lyon dans son ensemble, devraient voir s'achever deux projets massifs de réaménagement : la transformation du quartier des affaires Part-Dieu ainsi que le projet Gratte-Ciel, qui a pour ambition de doubler la surface du centre de Villeurbanne.

Ces deux projets urbains ont en commun d'avoir été initiés sous de précédentes mandatures, puis récupérés par des équipes municipales et métropolitaines écologistes en 2020. Dévoilées en juin dernier dans les deux cas, les nouvelles orientations sont claires : ces quartiers vont prendre un tournant plus vert, plus social et moins tournés vers le commerce.

A Villeurbanne, le projet de la ZAC (zone d'aménagement concerté) Gratte-Ciel a commencé il y a dix ans. Aujourd'hui, "face aux enjeux environnementaux et de qualité de vie, la Métropole de Lyon et la Ville de Villeurbanne ont souhaité améliorer le projet initial afin de proposer des espaces publics plus généreux, des usages facilités et une densité d'habitations plus réduite", annonce la Métropole de Lyon.

L'esplanade Agnès Varda, prévue à l'origine au centre de ce grand projet urbain, est quant à elle élargie de 30 mètres tandis qu'une autre place de 372m2 a été ajoutée. Ainsi que des espace publics qui seront eux aussi végétalisés.

A Part-Dieu, le retour de la végétalisation

Même ambition côté Part-Dieu, actuel quartier d'affaire dont la Métropole veut faire une "locomotive de la transition écologique et solidaire". A ce jour, le quartier accueille déjà 2.500 établissements (entreprises, administrations, commerces...), représentant près de 60.000 emplois.

Et là ou l'ancien maire de Lyon, Gérard Collomb imaginait une skyline, le nouveau maire, Grégory Doucet envisage un tout autre projet : "La transformation de la Part-Dieu vise à réduire la minéralité, à créer de l'ombre et de la fraîcheur, par exemple par le boisement de la rue Bouchut, des cheminements arborés, des ambiances rafraîchissantes. La végétalisation sera généreuse, les parcours à vélo plus rassurants et les enfants pourront profiter des espaces publics conçus aussi pour eux".

Il est ainsi prévu par la nouvelle municipalité EELV que les voies piétonnes soient multipliées par 1,5 et les voies cyclables par deux. "La surface de la Canopée sera portée à près de 4.000 m² en 2025, et 9.600m² en 2030."

Les surfaces dites perméables passeront quant à elles de 37.200 m² à 67.200 m² tandis que les surfaces des trottoirs devraient augmenter de 79.350m2 à 120.000 m² .

"Construire une ville pour ceux qui sont en place"

"Nous voulons construire un ville pour ceux qui sont en place, l'argent ne doit pas être la motivation de ce site", avait annoncé Cédric Van Styvendael, maire PS de Villeurbanne, lors de la visite du futur site du projet Gratte-Ciel, en partenariat avec la métropole écologiste, conduite par Bruno Bernard.

Ainsi, tous les commerces situés en rez-de-chaussée des immeubles vont appartenir à la SVU (Société Villeurbannaise d'Urbanisme). Une façon pour la ville de "maîtriser la progression commerciale au rez-de-chaussée et de permettre aux commerçants locaux de s'implanter dans un local appartenant à un propriétaire, dont la priorité n'est pas financière", souligne Agnès Thouevnot, première adjointe de Villeurbanne déléguée à la transition écologique, la ville durable, l'urbanisme et l'habitat et présidente de la SVU.

Comprendre : la ZAC ne devrait pas être un nouveau terrain de jeux pour le développement des grandes enseignes. "Ce projet arrive après 100 ans de socialisme municipal. Doubler l'hypercentre de la ville, c'est très ambitieux, mais il y a aussi une pression et l'angoisse du mauvais geste", souligne le maire de la commune.

"La ZAC de Villeurbanne est un projet ancien, mais retouché. Il est important pour la Métropole, au même titre que le projet de Part-Dieu", ajoutait Bruno Bernard, président de la Métropole, lors de la même visite. La Métropole participant aussi financièrement à ce projet majeur pour la seconde ville de son territoire.

Part-Dieu ou Villeurbanne : un même combat pour "équilibrer" les activités

A propos du quartier Part-Dieu et de sa transformation, Bruno Bernard n'hésitait d'ailleurs pas à fustiger "la course au toujours plus gros, toujours plus grand, tout en oubliant les Lyonnaises et les Lyonnais qui y vivent". Et d'ajouter : "L'humain a été finalement oublié dans ce quartier symbole de l'attractivité économique. Un quartier trop minéral, aux usages complexes, aux déséquilibres exacerbés, qu'ils soient sociaux ou territoriaux."

Comprendre : désormais, il ne sera donc plus uniquement question de tertiaire dans ce quartier, mais aussi désormais d'amélioration de l'environnement, mais aussi de la qualité de vie au sens large. A Part-Dieu, les commerces de rez-de-chaussée devront donc à l'avenir disposer d'"espaces généreux qui doivent permettre de valoriser les activités commerciales et accroître l'animation en lien avec les espaces publics."

Aussi, les tours Silex et To Lyon, en cours de construction, seront certainement les dernières à sortir de terre.

Remettre du logement près des tours

Pour autant, les nouveaux exécutifs devront faire face à un autre défi en parallèle : celui de loger les quelques 15.000 nouveaux arrivants par année sur le territoire de la Métropole de Lyon.

Et c'est aussi sur les quartiers d'affaires que les nouveaux élus veulent y apporter une réponse.

Sur le plan du logement, le quartier Part-Dieu devrait ainsi compter près de 4.000 habitants supplémentaires en 2030. La Métropole mise quant à elle sur une nouvelle offre de 2.200 logements diversifiés, avec une volonté affichée est aussi de "rééquilibrer la production bureaux/logements". Ce qui se manifestera par la réduction "d'un quart de la surface de bureaux à construire. Soit 85.000 m2 environ", rapportait Rue89Lyon.

Des orientations que l'ancien maire Gérard Collomb n'a pas manqué de critiquer, par voie de communiqué : « On aurait pu penser qu'une logique écologique tendrait à développer l'urbanisation de ce secteur, puisque les déplacements domicile-travail peuvent se faire en transports en commun et éviter les déplacements en véhicules individuels (88% des salariés de la Part-Dieu viennent en modes doux).

L'ancien maire de Lyon note que "par ailleurs, le nouveau PLU-H prévoit de densifier autour des gares. Il est donc contradictoire de ne plus vouloir le faire autour de la Part-Dieu. [...] La nouvelle majorité, si l'on excepte la suppression des tours qui vont hélas porter un coup très dur à l'économie lyonnaise, s'est finalement très largement inspirée de notre projet », estime-t-il.

Du côté de Villeurbanne, la nouvelle mouture du Gratte-Ciel comprendra quant à elle un peu plus de 800 logements, dont 54 % de logements abordables. Cela représente toutefois une baisse de -5 % des logements par rapport au programme initial.

Car en choisissant de diminuer la part des logements libres mais de maintenir celle des logements sociaux, l'objectif affiché ici est là aussi de réduire la densité urbaine. Avec, d'ici 2030, l'ambition d'y accueillir près de 1.750 habitants.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.