Mermoz Nouvel Horizon, ce nouveau fonds lancé par des industriels lyonnais

[La relance vue d'ici] Des industriels, au secours d'autres industriels. C'est la philosophie du nouveau fonds de retournement lyonnais, Mermoz Nouvel Horizon, fondé par des professionnels du financement et l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) Lyon.

3 mn

(Crédits : DR)

Objectif : 2 millions d'euros pour soutenir une dizaine de PME de la région AuRA dans les trois ans à venir. Les créateurs du nouveau fonds d'investissement Mermoz Nouvel Horizon, - Pierre Jourdain, David Jomain et Olivier Duranton -, en sont aujourd'hui à la moitié du chemin avec près d'un million d'euros collecté auprès d'industriels lyonnais et de l'UIMM Lyon. Cinq dossiers sont d'ores et déjà à l'étude.

Entre les business angels et les gros fonds d'investissement

"Les fonds d'investissement ont levé beaucoup d'argent, de façon générale, ces huit dernières années. C'est une bonne nouvelle en soi, sauf que cette tendance a généré une augmentation des tickets moyens d'investissement. Résultat : beaucoup de fonds "trop riches" se déconnectent progressivement de la réalité et ne savent plus investir moins d'un million d'euros", explique Olivier Duranton, cofondateur de Mermoz Nouvel horizon, professionnel du financement des entreprises et créateur en janvier 2018 du cabinet Leviganta (financement et accompagnement à la croissance). "Or, les PME qui réalisent un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros ont rarement besoin de réaliser des levées de fonds d'un montant très important".

De l'autre côté du spectre des investisseurs : les business angels mais avec des tickets individuels généralement peu élevés. "Entre les deux, il y avait un espace à combler", poursuit Olivier Duranton, précisant que la création de Mermoz Nouvel Horizon était en gestation depuis quelques mois. La crise du Covid-19 est venue accélérer le projet, tout en l'orientant précisément vers les entreprises temporairement en difficulté.

Passer un cap difficile

L'idée : aider les PME locales à traverser une mauvaise passe. "Il ne s'agit pas d'offrir une perfusion à celles qui ne survivront pas quoi qu'il arrive mais bien de donner un coup de pouce à celles qui veulent faire évoluer leur modèle, se préserver à court terme avant de décoller fortement dès la reprise", précise encore le dirigeant de Leviganta."Or, les entreprises qui auront eu un exercice difficile en raison de la crise risquent de se voir refuser l'accès aux fonds d'investissement traditionnels".

Présenté comme un fonds de retournement, Mermoz Nouvel Horizon vise donc les PME industrielles de la région (ainsi que les services à l'industrie) réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros, en recherche de financement haut de bilan, ou encore des repreneurs desdites entreprises en phase d'acquisition, pour des tickets moyens de 200 à 300.000 euros.

Particularité de Mermoz Nouvel Horizon : pas de prise de participation majoritaire. L'investissement se fait sous forme d'obligations convertibles. Ces prises de participations sont doublées d'un accompagnement renforcé. "Nous allons soutenir les dirigeants avec un diagnostic, un plan d'action pour redresser l'entreprise et une mission de management de transition". Avec l'ambition de mettre en œuvre l'ensemble des outils nécessaires pour les sortir d'un cap difficile. "Hors de question que les dirigeants des entreprises dans lesquelles nous investirons se contentent du cash injecté pour survivre quelques mois, en attendant passivement que la crise soit terminée".

Avec ces modalités et ces tickets d'intervention, Mermoz Nouvel Horizon veut donc se positionner sur un créneau différent de celui du FRI (montants plus élevés en général) ou d'autres fonds de retournement régionaux tels Seconde Chance ou Aryes (entrée au capital).

Pierre Jourdain et David Jomain, tous deux issus de Somudimec, une structure de financement bas et haut de bilan à destination des entreprises industrielles, sont par ailleurs à la tête du fonds Mermoz Participations depuis cinq ans.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 10/11/2020 à 20:59
Signaler
Il existe déjà un fonds d'industriels ou d'entrepreneurs sur Lyon qui se consacre à des accompagnements très ciblés d'entreprises, via le capital mais aussi via l'appui de ses membres d'expérience. Il s'agit de Capelia.

le 18/12/2020 à 8:29
Signaler
Certes mais la thèse d'investissement CAPELIA, les tickets proposés et la sélectivité sont très différents de ceux de MERMOZ (tickets de 100 à 200 K€ pour des TPE et des PMI). Et je ne crois pas que CAPELIA opère dans le retournement.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.