Agro-alimentaire : Solexia s'offre Allier Volailles

Le groupe Lyonnais Solexia structure son pôle Volailles et s'ancre franchement en Auvergne avec Allier volailles, sa dernière acquisition.

2 mn

(Crédits : DR)

Solexia s'est offert mi-janvier 2020 la société familiale Allier Volailles à Escurolles (03). Un an après avoir acquis Sédivol (63), ce fonds lyonnais d'investissement structure ainsi un pôle volailles au coeur de son pôle agroalimentaire. C'est la troisième acquisition dans la filière volailles d'Auvergne, aux côtés de Vey (43) racheté en 2008. Grâce à cette nouvelle acquisition, Solexia atteint les 87,7 millions d'euros de chiffre d'affaires.

"Nous avons été véritablement impressionnés par la qualité et la performance de l'atelier d'élaboration des produits à base de volailles d'Allier volailles et nous allons profiter de ce savoir-faire pour toujours améliorer et optimiser nos méthodes de production dans les autres filiales du groupe. Cette acquisition va permettre naturellement des synergies métiers : élargissements des gammes de produits, cross-selling... Allier Volailles permettra d'offrir de nouveaux produits aux clients Vey et Sedivol," remarque Hervé Kratiroff, président d'Allier volailles.

Avec cette acquisition, le "pôle volailles" représente le tiers du chiffre d'affaires du groupe, à 27 millions d'euros.

Développement durable

Créée en 1961 sous sa forme actuelle, l'activité d'Allier volailles trouve ses origines en 1894. La société abat, découpe et élabore des produits à base de volailles (quenelles, terrines, saucisses...). La société emploie 78 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 14,2 millions d'euros en 2019. La totalité des volailles abattues (4 300 tonnes/an) est issue d'éleveurs de l'Allier et du Puy-de-Dôme. Alliers Volailles travaille pour une large clientèle de professionnels, majoritairement en Auvergne-Rhône-Alpes, et pour la restauration collective.

Le premier investissement qui sera entrepris est l'agrandissement de l'atelier de transformation. Ensuite, le groupe investira, dans les deux ans à venir, dans des machines de refroidissement permettant de recycler l'énergie en chaleur, l'activité volaille consommant aussi bien du froid que du chaud.

"Nous avons déjà investi dans de nouvelles machines de refroidissement chez Vey et Sedivol et nous constatons une réelle économie d'énergie. Cela s'inscrit dans notre logique de développement durable", conclut Eric Versini, le directeur général de Solexia.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.