SCOP  : France Equipement Grande Cuisine reprend Bourgeois et Cometto

Les deux fabricants d'équipements de cuisson pour les secteurs de la restauration commerciale et collective ne pouvaient plus survivre chacun de son côté. Cette double acquisition a été validée par les tribunaux de commerce d'Annecy et de Bourg-en-Bresse dans le cadre de plans de cession des actifs.
(Crédits : DR)

La reprise des deux sociétés Bourgeois et Cometto par la Scop (société coopérative et participative) France Equipement Grande Cuisine a été respectivement validée par les tribunaux de commerce d'Annecy et de Bourg-en-Bresse, les 13 et 14 avril dernier. Le plan de cession de ces deux fabricants d'équipements de cuisson professionnels, pour les secteurs de la restauration commerciale et collective, s'est conclu dans le cadre d'une procédure judiciaire dite "pré pack", faisant l'objet d'une préparation confidentielle.

Le nouvel ensemble dont le siège est basé à Faverges, en Haute-Savoie, sauvegarde 60 emplois (sur 77) maintenus sur deux sites : Faverges et Jassans-Riottier, dans l'Ain. Et table sur 7 millions d'euros de ventes la première année complète.

Renforcer l'offre et les volumes

"Depuis que Bourgeois est sorti du redressement judiciaire en 2010, je savais qu'il fallait trouver des solutions pour renforcer notre offre et nos volumes", témoigne Guy Babolat, désormais président de France Equipement Grande Cuisine et précédemment président de Bourgeois. En 2013, cette dernière avait acquis les actifs de Metal Industrie.

"En 2014, j'ai cherché une autre entreprise du secteur avec laquelle il était possible de créer des synergies. Nous aurions voulu conclure le rapprochement avec Cometto  sans passer par le tribunal. Mais nous n'avons pas réussi à lever les fonds propres et les concours bancaires nécessaires pour éviter les liquidations judiciaires des deux sociétés".

Les deux PME ne pouvaient plus survivre chacune de leur côté.

35 associés

France Equipement Grande Cuisine (FEGC) a été constituée avec un capital initial de 50 000 euros apportés par les 35 collaborateurs actionnaires. Ils se sont engagés à autoriser un prélèvement de 1 % sur leur rémunération et ces sommes seront remontées au capital à la fin des exercices tout comme 75 % des bénéfices attendus dès le premier exercice. Par ailleurs, cette opération a bénéficié d'un accompagnement de 600 000 euros, sous forme d'un prêt ou de titres participatifs, de Socodem et de Tansmea, deux sociétés financières du mouvement coopératif. Les actifs des sociétés Bourgeois et Cometto ont été achetés 200 000 euros pour la première et 50 000 pour la seconde. Un investissement de 200 000 euros est programmé au cours de cet exercice.

Fédérer d'autres équipementiers

Guy Babolat, également président des SCOP de Rhône-Alpes, fait valoir la complémentarité des deux entreprises initiales :

"Notre offre est désormais la plus complète du marché de la cuisson. Cometto est plutôt positionné sur le moyen et haut de gamme pour la restauration collective, notamment".

Bourgeois garantit une production "Origine France" et la norme éco-conception. Le nouveau groupe à la tête de six marques* est déterminé à réunir d'autres équipementiers (dans les secteurs du froid, matériel de boulangerie) sous sa bannière. Avec les revendeurs-installateurs spécialisés assurant la distribution des équipements, FEGC souhaite nouer un véritable partenariat.

"Nos principaux concurrents sont encore allemands et italiens. Et nous sommes compétitifs", assure le président.

 *Bourgeois, Cometto, Solymac, Helios Regethermic et Delaubrac

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 21/04/2016 à 19:10
Signaler
Madame, Monsieur, Après 15 ans dans la grande cuisine sur l'IDF , je suis à la recherche d'un poste de Chargé d'affaires ou de Technico-commercial chez un fabricant . Je suis disponible et mobile. Dans l'attente de vous lire . Cordialement. Mons...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.