Nouveau chapitre pour Symbio, qui accélère et change de président

Un an après la création de la coentreprise avec Faurecia-Michelin, et quelques mois après l’annonce de son implantation à venir en région lyonnaise, le spécialiste isérois des technologies hydrogène, Symbio, accélère en renouvelant sa gouvernance. Une occasion, pour le concepteur de kits de piles à hydrogène, de réaffirmer ses ambitions sur un marché en pleine effervescence, porté par le plan de relance du gouvernement français.

5 mn

Philippe Rosier, un ancien de Solvay Energy et Orbeo, prend la tête de Symbio, en remplacement de son président historique, Fabio Ferrari, qui intègre quant à lui le groupe Michelin.
Philippe Rosier, un ancien de Solvay Energy et Orbeo, prend la tête de Symbio, en remplacement de son président historique, Fabio Ferrari, qui intègre quant à lui le groupe Michelin. (Crédits : DR)

La co-entreprise Michelin et Faurecia, Symbio, passe à la vitesse supérieure, en renouvelant sa gouvernance. Depuis le 1er septembre, le fondateur historique de la société iséroise, Fabio Ferrari, a quitté la direction de l'entreprise pour rejoindre les rangs de Michelin. Son futur objectif ? Capitaliser sur son expérience acquise à la tête de la deeptech depuis 2010, pour accélérer le développement de l'activité hydrogène au sein du groupe. Il sera remplacé par Philippe Rosier, qui vient d'être nommé au poste de président-directeur général de Symbio.

Un mouvement qui vise, selon ses actionnaires, à "accompagner la croissance de l'entreprise et construire un leader mondial des systèmes hydrogène pour la mobilité", souligne la société, désormais détenue sous forme de joint-venture, depuis l'an dernier, à 50/50 entre Michelin et Faurecia.

Ancien dirigeant de deux entreprises pionnières de la transition énergétique (Solvay Energy et Orbeo) entre 2002 et 2015, Philippe Rozier, 55 ans, possède au total plus de 30 ans d'expérience dans le secteur de la chimie et de l'énergie, ainsi que l'accompagnement d'entreprises en croissance. Il est notamment diplômé de l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie de Paris et d'un MBA de l'INSEAD.

"Je suis très heureux de rejoindre les équipes de Symbio et de mettre toute mon expérience au service de l'ambition de la société, devenue un acteur de référence dans les systèmes à hydrogène. Tous les talents de l'entreprise et ses actionnaires sont mobilisés pour en faire un leader mondial et promouvoir l'hydrogène comme technologie clé de la mobilité zéro émission", a indiqué le nouveau pdg.

Le défi de la production à venir

Et il aura fort à faire puisque Symbio, qui développe des systèmes hydrogène destinés aux nouvelles mobilités, se situe en pleine phase d'accélération, et devrait bientôt se frotter au stade de l'industrialisation de masse. Avec sa pile à combustible alimentée en hydrogène, l'isérois espère bien concurrencer les batteries des véhicules électriques, en intégrant ses kits pré-conçus au sein des moteurs de demain. Tout en s'appuyant sur les différents plans de déploiement imaginés par les gouvernements à l'échelle mondiale : Californie, Chine, Japon, Corée...

Tous ces pays se massent en effet sur la ligne de départ en vue de produire des millions de véhicules électriques à hydrogène d'ici 2030, afin d'accélérer les mobilités douces.

Même la France a d'ores et déjà annoncé que l'hydrogène ferait partie de son plan de sortie de crise. Son plan France Relance, annoncé ce jeudi, prévoit en effet 2 milliards d'euros d'investissements dans la filière hydrogène. Mais il ne s'agit que du premier volet d'un programme plus ambitieux de 7,2 milliards d'euros sur dix ans, qui sera présenté la semaine prochaine par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Symbio

Reste que Symbio se prépare depuis plusieurs mois pour être prêt à adresser ce marché. L'isérois Symbio compte bien capitaliser sur sa technologie, qui s'appuie sur 10 brevets français et européens, pour se faire une place sur ce marché. Avec l'ambition devenir l'un des leaders mondiaux de la mobilité hydrogène.

Pour cela, ses deux actionnaires, Michelin et Faurecia, viennent d'annoncer, en début d'année, leur projet d'implanter la première usine de production de Symbio sur le bassin lyonnais, au cœur de la Vallée de la chimie. Leur objectif ? Produire près de 200 000 systèmes hydrogène pré-validés et pré-intégrés par an à compter de 2030, à destination des constructeurs du monde entier, après avoir commencé par équiper près de 300 Renault Kangoo, avec ses systèmes à hydrogène.

Une course contre la montre

Au total, Symbio devrait bénéficier, pour se tailler une place à la hauteur de ses ambitions, d'une enveloppe de 140 millions d'euros d'investissements, annoncée l'an dernier par ses actionnaires. Sans toutefois que les détails n'en soient divulgués. Tout juste sait-on qu'elle vise à "d'accélérer le développement de piles à combustible de nouvelles générations, lancer la production en série et accroître l'activité en Europe, en Chine et aux États-Unis".

Un investissement particulièrement massif, pour une technologie qui se situe encore en amont de sa phase d'industrialisation. Pour autant, dans l'un de ses derniers rapports, publié cet été, l'Afhypac -l'association qui fédère les acteurs de la filière hydrogène-, estimait que la somme à investir par les acteurs industriels français du secteur pourrait atteindre les 24 milliards d'euros d'ici 2030. Cette somme permettrait de produire jusqu'à 700.000 tonnes d'hydrogène renouvelable par an, et de réduire ainsi de 4 millions de tonnes les émissions de CO2 par an, toujours à l'horizon 2030.

C'est donc dans cette course contre la montre que Symbio s'inscrit désormais, aux côtés de ses deux actionnaires. Avec une ambition commune : capter, ensemble, jusqu'à 25% du marché de l'hydrogène, pour un chiffre d'affaires projeté à 1,5 milliard d'euros en 2030.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.