Industrie : Michelin pourrait installer sa production de piles à hydrogène dans la région lyonnaise

L'Usine du futur sera vertueuse pour l'environnement et malgré les annonces de fermeture de site à la Roche-sur-Yon, Florent Menegaux reste optimiste sur la compétitivité des sites Michelin en Auvergne-Rhône-Alpes. Il mise, entre autres, sur la production de piles à hydrogène et sur des sites zéro émission de CO2.

3 mn

Florent Menegaux en visite sur le site des Gravanches, à Clermont-Ferrand en novembre 2019
Florent Menegaux en visite sur le site des Gravanches, à Clermont-Ferrand en novembre 2019 (Crédits : DR)

Michelin a créé avec Faurecia, entreprise technologique leader de l'industrie automobile, Symbio, une co-entreprise regroupant l'ensemble de leurs activités dédiées à la pile à hydrogène. Leur ambition : devenir un leader mondial de la mobilité hydrogène tandis que la demande pour la mobilité électrique devrait considérablement augmenter d'ici 2030. La part de l'hydrogène devrait alors atteindre 2 millions de véhicules, dont 350 000 camions.

Construite autour d'un écosystème unique, cette co-entreprise est chargée de développer, produire et commercialiser des systèmes de piles à hydrogène pour les véhicules légers, utilitaires et les poids lourds ainsi que pour d'autres domaines d'électromobilité. Faurecia apporte son savoir-faire technologique sur la mobilité à hydrogène et le fruit des travaux de R&D réalisés avec le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

De son côté, Michelin apporte le savoir faire de sa filiale Symbio, équipementier fournissant des kits de piles à hydrogène associés à une offre de services et des activités de conception et de production.

"Le développement de la mobilité hydrogène illustre parfaitement les ambitions de croissance du groupe Michelin, notamment dans le domaine des matériaux de haute technologie. Cette stratégie s'inscrit elle-même dans une vision plus large, d'une mobilité plus durable et rendue accessible au plus grand nombre. Le partenariat avec un acteur de premier ordre comme Faurecia concrétise pleinement cette double ambition" commente Florent Menegaux.

Ambition mondiale, production régionale

Michelin et Faurecia engagent un premier investissement de 140 millions d'euros dans la co-entreprise afin d'accélérer le développement de piles à combustible de nouvelles générations, lancer la production en série et accroître l'activité en Europe, en Chine et aux Etats Unis.

Symbio ambitionne de capter 25% de parts de marché et de réaliser un chiffre d'affaires d'environ 1,5 milliards d'euros en 2030. La co-entreprise disposera à terme de trois sites industriels afin d'alimenter les principaux marchés automobiles mondiaux : l'Europe, l'Asie et les Etats-Unis.

Parmi les projets qu'il a abordés lors d'une visite sur le site des Gravanches à Clermont-Ferrand, Florent Menegaux a annoncé qu'un site était identifié dans la région Lyonnaise pour installer une usine de production de piles à hydrogène.

Des usines 100 % énergie renouvelable

A Clermont-Ferrand, le site de Ladoux est déjà engagé dans la production d'imprimantes 3D (Adupp) et celui des Gravanches est la première usine 100 % énergie renouvelable. Depuis novembre, ce site n'émet plus de CO2. Florent Menegaux a rencontré les équipes d'Etienne de Roffignac, directeur du site des Gravanches qui se sont mobilisées pour cette transition.

"Michelin s'est fixé pour ambition zéro émission de CO2 dans tous ses sites en 2050. Le digital est aussi un des axes de l'industrie du futur," précise Florent Menegaux, optimiste pour l'avenir des sites en Auvergne-Rhône-Alpes et plus largement de la compétitivité de Michelin, malgré la fermeture annoncée du site de La Roche-sur-Yon (Vendée).

"Comment incarner l'entreprise performante ? En s'appuyant sur des leviers de compétitivité, pour et par les personnes et pour l'environnement. L'industrie du futur c'est une communauté humaine, des personnes avant des machines" promet le président de Michelin.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/12/2019 à 7:55
Signaler
Très intéressé et très admiratif par les entreprises innoventes. En France il y a toujours trop de lourdeurs et d'inerties

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.