France atelier : le pure-player qui veut révolutionner la distribution automobile

FranceAtelier.fr repense le modèle de la distribution automobile. Destinée aux garagistes, concessionnaires et responsables d’ateliers automobile, cette jeune pousse grenobloise propose une plateforme en ligne permettant à ces derniers de piloter leur atelier, mais aussi de s’équiper, financer et maintenir leurs parcs d’équipements, souvent onéreux.

4 mn

Mickael Perrin a voulu répondre aux évolutions présentes sur le marché de l'après-vente automobile en lançant FranceAtelier.fr.
Mickael Perrin a voulu répondre aux évolutions présentes sur le marché de l'après-vente automobile en lançant FranceAtelier.fr. (Crédits : DR/So Dupontrenoux)

Une solution de pilotage d'atelier, couplée à un e-shop spécialisé où les garagistes et concessionnaires pourraient commander des consommables ou louer les équipements onéreux. Tel est le principe que propose la jeune pousse grenobloise, fondée officiellement ce mois-ci à Seyssinet-Pariset.

Après un parcours au sein de la distribution automobile depuis près de 20 ans, son fondateur, Mickael Perrin, a constaté les évolutions présentes sur le marché de l'après-vente automobile.

"Avec la nouvelle tendance liée à l'hybridation et à l'électrification des véhicules, j'ai tout de suite pensé aux personnes qui travaillent dans les ateliers et pour lesquels les équipements (ponts, machines à pneus, etc) pèsent lourd en matière d'investissement. Or, il faudra demain des appareils de diagnostic encore plus performants, avec des mises à jour moins espacées, ainsi que des matériaux plus techniques pour effectuer certaines prestations plus rapidement dans la journée", indique le fondateur.

Il rappelle, à titre d'exemple, que le prix d'achat d'un pont élévateur peut rapidement grimper de 3 000 jusqu'à 20 000€.

"Avec nos solutions de financement, allant de 36 à 120 mois, cela permettra de proposer des mensualités comprises entre 150 et 400€, ce qui est beaucoup plus accessibles pour les garages", concède-t-il.

Des services pour les ateliers

De l'autre côté, le marché de l'après-vente automobile et des pièces de rechange, partagé entre concessionnaires, garagistes et revendeurs, demeure très dynamique : estimé à 6,5 milliards d'euros avec près de 40 millions de véhicules en circulation en France, sa croissance devrait atteindre les 30% d'ici 2030.

C'est donc pour proposer un nouveau modèle à cette industrie que FranceAtelier.fr a vu le jour début novembre, avec 10 salariés.

"La plateforme phygitale que nous avons imaginée propose à la fois une solution de pilotage des équipements, qui comprend l'entretien, les aspects réglementaires, un e-shop mais aussi une solution financière, développée avec une dizaine de partenaires ainsi qu'un after-market qui donnera une seconde vie aux produits utilisés".

Pour se différencier, France Atelier compte proposer des nouveaux types de services à la fois aux garagistes, et à leurs fournisseurs. En visant, en premier lieu, à permettre une meilleure gestion des garages : "Un atelier consomme aujourd'hui jusqu'à 15% de consommables, et près de 5% pour ceux qui sont les mieux gérés. Notre système permettra d'améliorer ce chiffre, et de fournir une facture unique pour l'ensemble des éléments ayant trait aux équipements".

De leur côté, les fabricants, qui ne sont pas des spécialistes des métiers du financement, pourront s'appuyer sur la market place qui traduira leurs prix en loyers et organisera l'ensemble du financement, de l'installation, du pilotage et de l'entretien des machines.

Avec une offre distinctive :

"Nous proposerons une garantie sur les équipements durant l'ensemble de la durée du contrat, et pas uniquement la première année", affiche Mickaël Perron.

Pour cela, la jeune pousse a pris un atelier dans la banlieue de Lyon pour réceptionner les produits commandés et se prépare à les équiper de puces RFID, en vue de faire le suivi des pannes et de pouvoir réagir plus rapidement.

Un business model ambitieux

Gratuit pour les garages et les concessionnaires qui deviendront les clients de la market place, les fabricants d'équipements auront quant à eux à s'acquitter d'une marge de distribution auprès du site sur les produits vendus, tandis que France Atelier prélèvera également une commission sur les offres de financement proposées par ses partenaires financiers.

Avec près de 89 000 garages dont 9 000 carrossiers installés au sein de l'Hexagone, la jeune pousse vise très haut dès le démarrage : capter jusqu'à 20 % du marché national, pour atteindre d'ici 3 à 4 ans les 30 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Si le montant de l'investissement de départ n'a pas été communiqué, le fondateur affirme qu'il a d'abord pioché sur ses fonds propres, mais anticipe déjà la possibilité de réaliser une levée de fonds de 3 millions d'euros pour lui permettre, à compter de 2021, de s'étendre en Europe.

"Il n'existe aucun business model similaire sur le continent. La principale concurrence provient des fabricants qui produisent des consommables ou qui vendent des ponts mais sans proposer des solutions financières, ainsi que des courtiers qui ont leur propre métier", affiche Mickaël Perrin.

En attendant, la jeune pousse affirme qu'elle vient de signer un premier contrat avec un leader du top 3 de la distribution automobile français, sans donner plus de précisions à ce stade.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.