Data : Dawex intègre le cercle très fermé des Tech Pioneer du Forum Economique Mondial

 |  | 604 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Dawex entend mener la danse sur le marché de l’échange de données. La startup lyonnaise intègre le club très fermé des "pionniers technologiques" choisis par le Forum Economique Mondial.

Elle est la huitième entreprise française, depuis 2007, à être nommée "Tech Pioneer" par le Forum Economique Mondial. Avec cette reconnaissance prestigieuse, la startup lyonnaise rejoint les rangs de Google, Kickstarter, Mozilla ou encore Spotify.

"Nous allons participer au nouveau groupe de travail "Data Policy" qui mène la réflexion sur la politique et la gouvernance des données", explique Fabrice Tocco, co-fondateur de l'entreprise.

L'enjeu : accélérer le développement de l'économie de la donnée.

"Cette reconnaissance met l'accent sur l'importance des échanges de données dans l'économie mondiale. Le data exchange est un puissant moteur d'innovation qui libère la valeur des données, transformant ainsi la manière dont les organisation publiques et privées collaborent. Il s'imposera rapidement comme un des piliers de l'économie".

Plus basiquement, cette sélection tombe à pic pour la startup, dans un contexte de crise. Car au-delà de l'enjeu international de défrichage et de pédagogie sur ce sujet de l'échange de données, elle est très sollicitée par de nombreux nouveaux clients potentiels depuis cette annonce,.

Market place de la donnée

Créée en 2015 à Lyon par Fabrice Tocco et Laurent Lafaye, Dawex emploie une cinquantaine de salariés (dont 75% d'ingénieurs) et dispose de plusieurs bureaux à travers le monde. Elle a déjà réalisé deux levées de fonds, dont une de 5 millions d'euros en 2019, auprès notamment d'Amadeus, Itochu Corporation, Bouygues Construction et la Banque des Territoires.

Dawex a développé une technologie d'échange de données qu'elle exploite à la fois pour son propre compte sur une market place et pour des organisations privées (Api-Agro dernièrement pour le développement d'une plateforme centrée sur le monde agricole) ou à des acteurs territoriaux (par exemple pour la création prochaine de la Japan Data Exchange) en marque blanche. Elle a également mis à disposition, gratuitement, la plateforme Covid-19 Data Exchange afin de permettre l'échange rapide de données non personnelles à travers le monde entre des organisations et entreprises autorisées.

Son business model s'appuie uniquement, pour le moment, sur la vente en marque blanche. La market place, par le biais de laquelle elle gère et sécurise les flux de données entre donneurs et offreurs/vendeurs, lui permettra de développer de nouveaux business ultérieurement mais assure, aujourd'hui, sa notoriété sur le marché de l'échange de données.

Via Dawex, qui se positionne comme tiers de confiance, il est ainsi possible de vendre ou acheter tous types de données.

"Elles sont très variées : personnelles, industrielles, issues de l'IoT, des parcs industriels ou du secteur logistique par exemple. Nous comptons plus de 10 000 organisations présentes sur notre Global Data market place, issues d'une vingtaine de secteurs d'activité (tourisme, aéronautique, automobile, assurances etc NDLR) , nous sommes leaders. C'est un marché que nous avons créé. Notre métier est de faire rencontrer l'offre et la demande de données de manière sécurisée, tout en s'assurant du respect de la réglementation", explicite Fabrice Tocco.

Renforcer son leadership

Le dirigeant annonce déjà une prochaine levée de fonds, plus ambitieuse que les deux précédentes mais dont l'horizon exact n'est pas encore fixé.

"Nous sommes déjà leader de cette technologie mais tout bouge très vite sur ce marché. Il gagne très rapidement en maturité. Nous allons donc continuer à investir dans notre produit pour rester sur la première marche. Il s'agira alors de toucher des marchés plus lointains pour accélérer notre croissance", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :