Avec 80 destinations cet été, le plan de vol de Lyon Saint-Exupéry reprend des couleurs

Après les montagnes russes, place à une amorce de reprise. Pour la saison estivale, l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry reprend des couleurs et affiche 80 de ses 130 destinations habituelles. C’est avec confiance et détermination que la structure exploitée par Vinci Airport a réouvert ses deux terminaux (2 et 1B) et veut croire en une reprise progressive. Avec également, l’arrivée de nouvelles compagnies et dessertes, amenées par Volotea, Air Sénégal et Corsair dès cette année.

8 mn

Malgré une année 2020 marquée par une réduction de trafic de l'ordre de 70% au sein du secteur aérien, 2021 s'est traduite par une amorce de reprise pour Lyon Saint-Exupéry, avec l’arrivée de nouvelles compagnies comme l'espagnol Volotea, Air Sénégal ou Corsair.
Malgré une année 2020 marquée par une réduction de trafic de l'ordre de 70% au sein du secteur aérien, 2021 s'est traduite par une amorce de reprise pour Lyon Saint-Exupéry, avec l’arrivée de nouvelles compagnies comme l'espagnol Volotea, Air Sénégal ou Corsair. (Crédits : DR)

La reprise est progressive, mais elle est bel et bien là. Cet été, l'aéroport de Lyon offrira non pas 30 destinations comme à l'été dernier, mais 80 des 130 destinations habituellement desservies en temps normal. Pour le 4e aéroport français, qui comptabilisait 12 millions de passagers fin 2019, la saison estivale se présente sous de bons auspices, même si sa direction demeure prudente.

Après l'annonce de la réouverture d'une liaison Lyon-Dubaï par la compagnie Emirates la semaine dernière, la structure gérée par Vinci est sur la ligne de départ et compte bien profiter de l'engouement des Français à s'envoler non loin de chez eux, mais pourquoi pas en Europe.

« Les principales destinations de vacances se trouvent sur le bassin méditerranéen, et notamment en Corse, Portugal, Espagne, Grèce, mais aussi les pays du Maghreb qui ont réouvert comme le Maroc, la Tunisie, ou la Turquie », affiche Tanguy Bertolus, président du directoire de Lyon Aéroports. « On sent qu'après une période comme celle-ci, les gens ont besoin de bouger à nouveau et de voir leurs familles et leurs amis ».

Le retour de certains longs courriers... et d'un projet phare

Du côté des vols long-courriers, l'année 2021 marque la réouverture de la ligne Lyon-La Réunion (via un transit par Marseille), avec la compagnie Corsair qui a démarré ainsi deux vols par semaine depuis la fin juin, tandis qu'elle opérera également une autre liaison vers les DOM-TOM avec la Guadeloupe, à compter de décembre 2021.

« La bonne nouvelle est également la reprise des vols vers Dubaï, avec des taux de remplissage qui sont corrects », indique Tanguy Bertolus, sans pour autant préciser de chiffres à ce stade.

Sans compter que depuis cette année, la compagnie espagnole Volotea aura fini par concrétiser l'installation d'une base à Lyon, en domiciliant un avion sur son tarmac. Elle proposera ainsi 28 destinations, dont plusieurs nouvelles liaisons directes au départ de Lyon tel que Santorin, Bari, etc.

Au total, Volotea proposera six destinations en France au départ de Lyon (Ajaccio, Bastia, Biarritz, Caen, Figari et Nantes) et 22 liaisons internationales (Alicante, Athènes, Bari, Bilbao, Cagliari, Corfou, Dubrovnik, Faro, Fuerteventura, Grande Canarie, Héraklion, Lanzarote, Malaga, Palerme, Palma de Majorque, Prague, Santorin, Sétif, Split, Tenerife, Valence et Venise).

Lire aussi 7 mnEn attendant la reprise, Vinci veut faire de Lyon son premier aéroport « zéro émission nette » d'ici 2026

« Tout comme EasyJet qui avait basé au départ un ou deux avions à Lyon, pour atteindre enfin un parc de huit appareils, nous espérons un renforcement de la présence de Volotea au fur et à mesure de son implantation », ajoute Tanguy Bertolus. La compagnie espagnole, qui entretenait des liens avec le concessionnaire Vinci Airports depuis plusieurs années, aura finalement concrétisé son projet de s'installer à Lyon, malgré quelques mois de retard en raison de la pandémie.

Ce n'est malheureusement pas le cas d'un autre projet un temps évoqué avant la crise avec la compagnie Qatar Airways, et actuellement toujours en stand-by.

L'aéroport de Lyon Saint-Exupéry compte également une nouvelle prise avec Air Sénégal, qui a commencé à opérer une liaison avec Dakar à la fin mars dernier, à raison de trois vols par semaine. « Il s'agit d'un vol qui marche bien, tandis que nous avons d'autres compagnies qui augmentent leur offre à destination de la Turquie ».

Le Canada cependant toujours à l'arrêt

A contrario, difficile encore de prédire l'évolution des contraintes sanitaires à venir sur d'autres vols longs courriers.

C'est par exemple le cas pour le Canada, où les rotations opérées par les deux compagnies Air Transat et Air Canada au départ de Lyon sont pour l'heure toujours stoppées, même si Vinci Airports affiche sa volonté de pouvoir rouvrir ces lignes et se tient à l'affût d'un allègement des contraintes sanitaires.

Un temps évoquée comme un projet phare, la desserte des États-Unis avec la ville de New York n'est par conséquent plus de l'ordre des priorités pour l'instant... « Pour autant, il s'agit d'enjeux ponctuels : on sent bien qu'à moyen et long terme, il existe une vraie volonté de s'implanter à Lyon, sur un marché où les opportunités sont fortes », veut croire Tanguy Bertolus.

La structure gérée par Vinci Airports table cependant sur un taux d'activité annuel équivalent à seulement 50% de son volume habituel pour 2021 et sait déjà que la reprise du trafic ne se fera que progressivement.

« Pour l'heure, nos deux terminaux sont ouverts (2 et 1B) afin d'accueillir ses voyageurs dans les meilleures conditions possibles et nous allons voir comment se poursuit l'évolution de l'activité. Notre principal mot d'ordre sera l'agilité et notre capacité d'adaptation aux montagnes russes que l'on peut connaître », ajoute le président du directoire de Lyon Saint-Exupéry.

Lire aussi 6 mnA l'aéroport de Lyon, Vinci teste un parcours 100% biométrique "à la française"

D'autant plus que cette reprise sera associée à de nouvelles exigences et dispositions entourant le pass sanitaire, déjà intégré depuis quelques semaines au sein des processus :

« Il s'agit surtout d'une étape de vérification supplémentaire, au sein des procédures et du parcours classique du voyageur. Bien que tout cela soit encore nouveau et demande un peu d'adaptation, les choses se passent très bien à ce stade, d'autant plus que les outils mobiles facilitent cette partie », ajoute Tanguy Bertolus.

La vaccination, point central pour l'aérien également

L'arrivée du pass sanitaire européen devrait selon lui permettre d'observer une cohérence globale à l'échelle de l'UE, tandis que des discussions bilatérales entre la France et d'autres partenaires pourraient également contribuer à élargir progressivement le périmètre des voyageurs. « Nous suivons ce sujet de très près, mais les nouvelles évoluent vite. En attendant, nous avons mis en place un centre de tests PCR et antigéniques à l'aéroport afin de faciliter les voyages de nos clients ».

En parallèle, l'aéroport de Lyon a engagé des plans de réduction de ses dépenses internes (détails et montants non communiqués), ainsi que plusieurs accords-cadres avec les représentants de son personnel, dès l'été dernier, en vue de limiter ses dépenses.

« Nous n'avons reçu aucune aide, hormis le dispositif de chômage partiel qui se poursuit. Aujourd'hui, près de 60 % de nos effectifs sont de retour sur le terrain », précise Tanguy Bertolus.

L'aéroport, qui constitue l'une des têtes de ponts du réseau de Vinci Airport à l'échelle nationale, avait ainsi signé plusieurs accords avec les représentants du personnel afin de traverser cette période de turbulences.

Avec en premier lieu, un accord de rupture conventionnelle collective assortie de départs volontaires pour les salariés qui le souhaitaient, suivi d'un accord-cadre sur le recours au chômage partiel de longue durée, ainsi qu'un troisième volet comprenant la réinternalisation de certaines missions jusqu'ici assurées par des sous-traitants (accueil, sécurité, maintenance, etc) afin d'assurer du travail à ses équipes.

« Nous avons choisi d'avoir une réponse sociale très positive car malgré la chute d'activité depuis de 70 % qui affecter notre secteur, nous n'avons mené aucun départ contraint au sein de l'entreprise », affiche le président de l'aéroport.

Un accord "dans la moyenne nationale"

Pour Pierre Guy Cosimi, secrétaire général du Syndicat National du transport Aérien CFDT, majoritaire à Lyon Saint-Exupéry, « il faut reconnaître que l'ensemble du processus de négociations s'est relativement bien passé ». Il évoque, à l'issue des discussions menées avec la direction l'été dernier, la survenue de départs uniquement « volontaires » d'une quarantaine de salariés (sur les 420 emplois directs de l'aéroport, ndlr), avec pour certains, de bonnes conditions de portage s'échelonnant jusqu'à 24 mois.

En matière de volumes, « l'aéroport de Lyon a été dans la moyenne des accords qui ont été négociés à l'échelle nationale au sein du réseau Vinci et plus largement des aéroports français », ajoute le représentant CFDT, relevant par ailleurs la conclusion d'accords permettant de rémunérer les salariés occupant de nouvelles fonctions internalisées sur le coefficient le plus élevé de leur métier.

« Cet épisode du Covid nous aura amené à repenser plus largement le secteur aérien, et l'on voit désormais que se profile un autre enjeu au cours des prochains mois, qui est de savoir comment gérer les risques psychosociaux résultant non pas du travail, mais du télétravail et de la peur de revenir, pour certains salariés, sur leur lieu d'exercice », ajoute Pierre Guy Cosimi.

Contacté, la CFE-CGC n'a pas donné suite à notre demande.

Les comptes annuels de la structure pour l'exercice 2020 n'ont quant à eux pas encore été publiés à ce stade, mais devraient l'être très prochainement à la suite d'une assemblée générale, prévue courant juillet.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.