Après I-Robot, « le robot de forme humaine le plus avancé au monde » était au CES… et il est britannique

INNOVATION. S’il ne fallait retenir qu’une image de cette édition si particulière du CES 2022, ce serait très certainement celle-ci : avec la première démonstration grand public de son robot humanoïde très expressif, le britannique Engineered Arts a attiré un très grand nombre de visiteurs mais aussi de médias venus du monde entier, venus voir interagir « Ameca ». Avec, pour ses développeurs, un objectif : proposer rien de moins qu’un nouveau standard et imaginaire de ce que sera le robot humanoïde de demain.

5 mn

En plus de parler et de bouger de manière fluide, le robot humanoïde Ameca présenté pour la première fois au CES est en effet l'un des premiers à combiner plusieurs éléments de gestuelle et d'expression du visage qui le rendent particulièrement réaliste, tout en analysant les paroles et la posture de ses interlocuteurs.
En plus de parler et de bouger de manière fluide, le robot humanoïde Ameca présenté pour la première fois au CES est en effet l'un des premiers à combiner plusieurs éléments de gestuelle et d'expression du visage qui le rendent particulièrement réaliste, tout en analysant les paroles et la posture de ses interlocuteurs. (Crédits : DR/ML)

Ce vendredi encore, l'engouement ne cessait de gonfler encore dans les rangs des allées de l'Eureka Park, l'un des deux centres névralgiques du salon Consumer Show Electronic (CES), qui se tenait à Las Vegas du 3 au 7 janvier. Car dans ce grand rendez-vous de la Tech, où les technologies dernier cri et notamment la robotisation ainsi que l'intelligence artificielle sont devenues des tendances fortes, un produit a fait sensation : le robot britannique Ameca.

Développé par une équipe d'ingénieurs issus de l'entreprise Engineered Arts depuis 2005, ce robot humanoïde est donc le résultat d'une quinzaine d'années de recherches, combinant ingénierie mécanique, électrique, mais aussi logiciels et électronique...

Robot Ameca Live

(Une vidéo à lire ici)

Car comme le rappelle son product manager, Marcus Hold, ce robot d'un nouveau genre par son ultra réalisme, et notamment la fluidité de ses mouvements et des expressions faciales, ambitionne de faire passer le monde des robots à un autre stade.

« Nous faisions déjà des robots humanoïdes depuis 2005, pour différents marchés comme l'industrie de l'entertainement mais aussi du monde des sciences, afin de pouvoir améliorer les outils existants ». D'ailleurs, l'un de ses robots se trouve déjà au Cowney Design Center de Pittsburgh, au sein de la plus grande exposition de robots au monde, où il accueille et informe les visiteurs.

« Durant les 6 dernières années, notre équipe de 28 salariés s'est concentrée sur le développement de robots qui nous ressemblent : avec l'idée de reproduire par exemple les visages de personnages historiques ou célèbres, comme d'anciens présidents ou des célébrités, afin de les scanner et les imprimer en 3D pour reproduire le plus précisément possible le ton de leur peau, leur texture, leurs cheveux », explique Marcus Hold. Vient ensuite l'étape d'apposer ce « clone » sur un visage et un corps mécanique. « De cette manière, on peut en quelque sorte faire revivre n'importe quel personnage ».

Après la science-fiction, définir le visage du robot humanoïde de demain

Mais la compagnie cherchait surtout, dans ses travaux, à créer non pas un « copier-coller » d'un personnage existant, mais plutôt, une nouvelle version de ce qui pourrait devenir demain le visage des robots humanoïdes, déjà présents dans l'imaginaire de la science-fiction... Et ce, avec plus de réalisme dans ses mouvements et ses expressions, mais aussi avec le parti pris assumé de vouloir proposer « ni un homme ni une femme, mais un robot de genre neutre ».

Le robot Ameca, qui a été lancé juste avant Noël dans une vidéo ayant déjà fait plus de 26 millions de vues à l'échelle mondiale, est donc né de cette ambition. Présenté pour la première fois au grand public au CES, son succès a été immédiat. En l'espace de quelques jours, Marcus Hold a reçu "des centaines et des centaines" de visiteurs et de marques d'intérêts, son robot faisant la tournée des chaines de télévision mondiales.

Ce vendredi encore, la présentatrice de Fox News était venue elle-même converser avec le robot.

Robot Ameca CES 2022

« Nous voulions, avec Ameca, travailler à quoi ressemblerait un robot de demain qui soit international, c'est-à-dire, qui ne représente pas l'imaginaire d'un seul pays... Et je crois qu'avec lui, nous avons réussi à capter l'imagination des gens. Et pour cela, nous avions besoin qu'il puisse reproduire la gestuelle humaine que nous utilisons, mais aussi la reconnaître, grâce à des caméras HD placées dans ses deux yeux, qui lui permettre de processer ce qu'il voit ».

Car en plus de parler et de bouger de manière fluide, le robot humanoïde Ameca est en effet l'un des premiers à combiner plusieurs éléments de gestuelle et d'expression du visage qui le rendent particulièrement réaliste, tout en analysant les paroles et la posture de ses interlocuteurs.

Bien que ce robot ne marche pas "encore", il a placé la barre particulièrement haute dans son objectif de réalisme. « Notre robot est développé avec une plateforme combinant intelligence robotique et intelligence artificielle afin de pouvoir interagir avec des humains », résume Marcus Hold.

130 modèles de robots déjà vendus, et 26 millions de vues pour cette nouvelle version

Résultat ? La compagnie britannique a déjà vendu près de 130 versions de ses différents modèles de robots à travers le monde, tandis que depuis le lancement d'Ameca à Noël, elle en a commercialisé 4 de plus.

Et ce, pour un prix qui ne demeure pas anodin puisque chacun de ces exemplaires coûtera entre 80.000 et 250.000 dollars pièces, en fonction de l'éventail d'émotions et de gestes souhaités... Il est d'ailleurs possible de n'acheter que le corps ou le visage de celui qui se veut comme un « game changer » de son industrie.

« Nos acheteurs sont principalement des développeurs, des chercheurs et des spécialistes de l'IA qui souhaitent trouver des moyens d'interaction plus réalistes, et leur permettent de passer à un niveau supérieur ». La compagnie travaille également avec l'industrie du divertissement depuis quelques années, car « il s'agit d'un produit qui attire nécessairement l'attention », ajoute Marcus Hold.

L'un de ses ingénieurs, Morgan Roe, estimait à la presse qu'il faudra cependant « encore au moins 10 ans avant qu'un robot comme Ameca marche parmi nous » comme un robot dit « de service ».

D'ailleurs, la Toile et notamment les internautes de Twitter se sont enflammés dernièrement autour d'une vidéo partagée par plusieurs médias, en comparant ce nouveau robot, qui se définit comme « le robot de forme humaine le plus avancé au monde », aux androïdes comme Sonny, dans le film I, Robot, réalisé par Alex Proyas avec Will Smith et Alan Tudyk. Une chose est sure : il ne laisse pas indifférent.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 10/01/2022 à 6:22
Signaler
Je trouve qu'il a une bonne tête à claques.

à écrit le 10/01/2022 à 5:43
Signaler
Mettre autant d'ingenierie dans un bazar aussi monstrueux...

à écrit le 09/01/2022 à 11:43
Signaler
Nous sommes encore si loin d'une intelligence artificielle. Le robot à forme humaine n'a pas d'intérêt si ce n'est celui de duper les gens.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.