Comment les 4 milliards de l'Ademe peuvent booster la transition écologique en AuRA

 |  | 1230 mots
Lecture 6 min.
Les 120 millions d'euros d'aide à la décarbonation de l'industrie, 16 projets ont d'ores et déjà été retenus au niveau national dont celui porté par le GIE Osiris, qui assure depuis 1999 la fourniture d'énergie des industriels installés sur la plateforme chimique des Roches-Roussillon (38).
Les 120 millions d'euros d'aide à la décarbonation de l'industrie, 16 projets ont d'ores et déjà été retenus au niveau national dont celui porté par le GIE Osiris, qui assure depuis 1999 la fourniture d'énergie des industriels installés sur la plateforme chimique des Roches-Roussillon (38). (Crédits : DR)
L'Ademe Auvergne Rhône-Alpes s'est mise en ordre de marche pour capitaliser sur France Relance. En effet, dans le cadre de ce plan, le gouvernement a confié un budget national d'intervention de 4 milliards d'euros à l'Ademe. Objectif : accélérer la transition énergétique des entreprises et des territoires. Dans la région, l'Ademe a déjà accompagné 61 entreprises en la matière, en allant du soutien à l'ESS, à la décarbonation de l'industrie.

L'Ademe Auvergne-Rhône-Alpes est en pleine effervescence. Pour faire face à l'afflux de travail, elle va recruter trois personnes supplémentaires qui viendront épauler son équipe de 32 salariés permanents. Et pour cause : l'Agence régionale de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, entend bien attirer vers les entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes le maximum de fonds issus du plan France Relance.

30 milliards d'euros vont être investis par l'Etat, via ce plan, pour la transition écologique. Dans cette perspective, le gouvernement a confié un budget d'intervention de 4 milliards d'euros à l'Ademe pour 2021/2022, le double de son champs habituel.

Ces fonds ne sont pas fléchés et répartis par territoire. La politique du "premier arrivé, premier servi" en vigueur sur tous les pans de France Relance (et clairement assumé par le ministre de l'Economie) est là aussi appliquée.

Néanmoins, "jusqu'ici les équilibres territoriaux sont globalement respectés", assure Jérôme d'Assigny, directeur de l'Ademe Auvergne-Rhône-Alpes. "Pour chaque vague de nouvelles labellisations, je vise une proportion de 12% environ pour Auvergne-Rhône-Alpes. Pour l'instant, nous tenons cet objectif ", sourit-il.

Déjà 61 entreprises financées dans le cadre de France Relance

"Dans le cadre du plan France Relance, nous avons déjà accompagné 61 entreprises de la région, pour un montant de 13 millions d'euros", dévoile à La Tribune Jérôme d'Assigny.

Avec un focus non...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2021 à 9:48 :
Il faudrait déjà définir "la transition écologique", car cela ne veut rien dire! Quand on utilise de la monnaie c'est que l'on a l'intention de construire un nouvelle rente!
a écrit le 11/02/2021 à 23:41 :
L'ADEME ... une incurie constante depuis 20 ans. Et nous leur confions 4 milliards d'euros (de nos impôts) ?!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :