Budget : la Métropole de Lyon se dote d'un PPI axé sur la "relance écologique"

 |  | 1624 mots
Lecture 9 min.
La nouvelle programmation pluriannuelle votée par la majorité écologiste de la métropole de Lyon, chiffrée à 3,6 milliards d'euros sur les six prochaines années, s'inscrit dans un contexte sanitaire encore fragilisé, qui se traduit par une hausse de l'endettement de la collectivité.
La nouvelle programmation pluriannuelle votée par la majorité écologiste de la métropole de Lyon, chiffrée à 3,6 milliards d'euros sur les six prochaines années, s'inscrit dans un contexte sanitaire encore fragilisé, qui se traduit par une hausse de l'endettement de la collectivité. (Crédits : ML)
Décryptage. Ce lundi, l’exécutif écologiste conduit par Bruno Bernard a soumis au vote son plan pluriannuel d’investissements (PPI) à l’échelle du mandat. Adopté par la majorité de gauche, ce PPI doit traduire les grandes lignes de la nouvelle équipe EELV aux commandes, qui ne cache pas sa volonté de repenser le fonctionnement de la métropole. L’opposition dénonce quant à elle manque d’ambition sur ce budget, ainsi qu’un flou sur la nature des projets qui seront soutenus par la métropole au cours des six années à venir.

C'était une étape attendue dans l'installation de la nouvelle équipe écologiste à la tête de la métropole de Lyon. Ce lundi, l'équipe conduite par le président EELV Bruno Bernard a dressé les grandes lignes de son budget 2021-2026, qui doit comprendre à la fois les principaux investissements, mais également les recettes prévues à l'échelle de ce mandat pour atteindre l'objectif fixé par cette nouvelle majorité : à savoir « la relance écologique et solidaire ». Et ce, en pleine période de pandémie, à l'aube d'un possible 3e reconfinement...

« Nous sommes, je le crois, la première grande métropole du pays à voter notre budget et notre PPI, il s'agit d'un choix de relance économique du territoire car nous avons besoin que l'activité reprenne. Dès 2021, ce sont 650 millions d'euros d'investissements qui seront réalisés sur notre territoire, alors qu'en début de mandat précédent, on était plutôt à 400 millions », a introduit Bruno Bernard.

Cette nouvelle programmation pluriannuelle, chiffrée à 3,6 milliards d'euros sur les six prochaines années (dont 1,8 milliard d'euros d'investissements), doit permettre à la nouvelle municipalité écologiste de traduire en actes ses ambitions selon trois axes affichés : à savoir des investissements dans le domaine de la transition écologique, des solidarités, mais également des 59 communes qui la composent. Avec, parmi les premiers postes d'investissement, l'urbanisme (944 millions), le domaine des déplacements et mobilité (579 millions d'euros), l'habitat (518 millions), l'environnement, l'énergie et l'agriculture (517 millions) et le développement économique, l'insertion et la recherche (392 millions).

Avec, à la clé, des dépenses de fonctionnement qui grimpent de +3,6% par rapport au budget 2020 (tous budgets confondus) et de +4,6% pour le seul budget principal. Une situation qui s'expliquerait, selon l'exécutif, principalement par la hausse du nombre d'allocataires du RSA (+7%) suite à la crise sanitaire actuelle, qui fait grimper la facture pour la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :