Le train à hydrogène sera bien expérimenté sur la ligne Lyon-Clermont Ferrand

 |  | 990 mots
Lecture 5 min.
La commande de trois rames à hydrogène d'ici 2023 a été confirmée par Laurent Wauquiez, qui souhaite faire partie des quatre premières régions à tester cet équipement sur la ligne Clermont-Lyon à horizon 2023.
La commande de trois rames à hydrogène d'ici 2023 a été confirmée par Laurent Wauquiez, qui souhaite faire partie "des quatre premières régions" à tester cet équipement sur la ligne Clermont-Lyon à horizon 2023. (Crédits : Jean Schweitzer/Alstom)
Le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a confirmé la commande de trois rames à hydrogène, qui devraient être livrées en 2023, lors d’une conférence de presse en marge de son assemblée plénière. Avec, comme premier axe d’expérimentation, la ligne Clermont-Lyon, pour un président de Région qui se place également en soutien de deux autres grands projets ferroviaires, le Lyon-Turin et le Lyon-Bordeaux, proposé par Railcoop.

Il souhaite une nouvelle fois se positionner comme une région pilote, cette fois en matière de transport à hydrogène. Le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a confirmé ce mardi matin la commande de trois rames de trains à hydrogène, qui devraient entrer en circulation « dès 2023 », à l'occasion d'une conférence de presse en marge de son assemblée plénière, qui marquait également l'ouverture des négociations avec l'Etat, au cours des mois à venir, du futur plan contrat Etat-Region 2021-2027.

« Nous confirmons notre volonté de commencer cette expérimentation par la ligne Clermont-Lyon car il s'agit pour moi dans symbole très fort, qui unit les deux parties de notre région. Je serai attentif à ce que l'Auvergne ne soit pas oubliée », a indiqué Laurent Wauquiez.

Selon le président LR, la mise en service de ces trois rames à hydrogène d'ici deux ans « constitueront une première en France ». « Nous serons parmi les quatre premières régions françaises à en acheter ». Annoncée en juin 2019 pour une mise en service prévue, à l'origine, pour 2022, la commande de ces trois rames auprès du constructeur Alstom représente un investissement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 11:42 :
Nous serons, ainsi, les premiers à expérimenter les toutes nouvelles pannes de l'hydrogène...il est vrai que les pannes l'Auvergnat connaît?
a écrit le 24/02/2021 à 10:31 :
Cela ne semble pourtant pas bien compliqué que d'électrifier une voie? Mais si cela doit être utile pour une expérimentation....(perso, je crois que tout ce qui bouge, roule, ou cahote n'est pas adapté à l'hydrogène qui présente trop de risques explosifs).
Réponse de le 24/02/2021 à 13:16 :
Si, justement, l'électrification d'une voie ferrée, c'est épouvantablement cher (plusieurs M€ par km). Ça ne peut s'envisager que pour les voies à forte affluence. Quant aux réservoirs d'H2 en composites, la technologie est parfaitement maîtrisée depuis 15 ans et ne pose aucun problème d'adaptation à l'environnement ferroviaire. Ce qu'il faut particulièrement soigner, c'est la protection contre le crash.
a écrit le 24/02/2021 à 9:55 :
Le potentiel de trafic justifierait une électrification, si la consigne n'était pas de faire semblant d'avoir un rail décarboné alors qu'on abandonne tout à la route. Le seul trafic de produits de l'agro-industriel espagnol à destination des pays plus au nord de l'Europe représente autour d'un million de traversées annuelles de l'hexagone par poids lourds le plus souvent détaxés car lettons ou bulgares et ne payant en péages que quelques cacahuètes. Mais pas question de les remettre sur le train!
a écrit le 24/02/2021 à 9:06 :
Le problème c'est que le rendement global de la chaîne ( fabrication hydrogène et génération de l'électricité par pile à combustible) n'est que de 25%. On y perd donc 75 % de l'électricité que l'on a dépensé pour fabriquer l'hydrogène.
a écrit le 24/02/2021 à 8:31 :
Tant qu'à faire il aurait été bien plus productif et intelligent de créer une autre ligne de voie ferrée pour l'occasion non ?
Réponse de le 24/02/2021 à 13:48 :
C'est pour pouvoir circuler partout, même là ou il n'y a pas de caténaires et remplacer les rames diesel polluantes, quel rapport avec créer une nouvelle ligne de A à Z ?

PS vous allez encore me taxer de multipseudos et me signaler ? Allez y. C'est votre spécialité on dirait.
a écrit le 23/02/2021 à 19:03 :
Vive la micheline, elle nous sortira de "quelques ornières", mais il ne faut pas fantasmer sur l'hydrogène!
Réponse de le 24/02/2021 à 10:55 :
Originaire du Sud Est avant mon depart pour le monde, je prenais la Micheline entre Nice gare et le village dans le haut pays. Quel bonheur c'etait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :