Culture. La grande mue de la Cité du Design, avec un projet à 60 millions d'euros

Inaugurée en 2009 sur l'ancien site de la Manufacture d'Armes de Saint-Etienne, la Cité du Design a longtemps vivoté, considérée comme trop élitiste par le grand public et peu pragmatique par les entreprises. Une page que le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau veut définitivement tourner, avec une enveloppe de 60 millions d'euros à la clé. L'équipement, dont la direction générale a été confiée à l'ex-secrétaire d'Etat, Thierry Mandon, est appelé à porter la mutation de tout un quartier, en s'appuyant (entre autres) sur les entreprises.

5 mn

En plus de donner plus de poids à son projet artistique et son ambition de demeurer la Capitale française du design face à des rivales comme Nantes et Lille, cette Cité du Design nouvelle génération veut accueillir les services design de grandes entreprises, à l'image du groupe Suez.
En plus de donner plus de poids à son projet artistique et son ambition de demeurer la "Capitale française du design" face à des rivales comme Nantes et Lille, cette "Cité du Design nouvelle génération" veut accueillir les services design de grandes entreprises", à l'image du groupe Suez. (Crédits : Air-sol productions)

60 millions d'euros pour transformer en profondeur la Cité du Design, mais aussi tout le quartier attenant. Soit un espace de 70.000m² accueillant aujourd'hui 300 chercheurs, 2.000 étudiants et 150 startups dans un espace certes intéressant d'un point de vue du patrimoine immobilier (puisque l'ensemble est bâti autour des anciens bâtiments de la manufacture d'armes de Saint-Etienne) mais considéré comme peu animé et finalement peu visité.

Pas à la hauteur en tout cas d'un quartier dit "créatif" où doivent grouiller avec plaisir de multiples acteurs de la vie culturelle et économique. Et c'est bien là, tout l'enjeu du plan Cité du Design 2025, présenté cette semaine par la métropole stéphanoise.

Un plan de marche dont la construction avait été commandée à Thierry Mandon, directeur de la Cité depuis 2018 et ex-secrétaire d'Etat. En janvier 2019, quatre mois seulement après son arrivée, celui-ci confiait déjà à la Tribune : "Dans un quartier créatif, il doit y avoir de la vie. Ce n'est pas suffisamment le cas ici. Il faut absolument créer de l'animation pour développer le potentiel créatif de ce quartier". Un constat partagé par Gaël Perdriau.

"Il s'agit de faire de ce quartier un lieu unique en France et en Europe, référence du croisement des arts, du design et de l'urbain, un véritable outil d'attractivité du territoire".

Les mots du maire LR de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, sont forts. À la hauteur de ses espoirs de voir Saint-Etienne érigée enfin, et sans débat, en "Capitale française du design".

Un statut autoproclamé depuis des années, mais contesté et remis régulièrement en cause par les velléités en la matière d'autres métropoles françaises, Nantes et Lille notamment, malgré son label unique de ville française créative design Unesco.

Créer une destination design

"Après tout ce qui a déjà été porté et mis en place, ce projet est un pas majeur, une nouvelle page qui s'ouvre. Il sera désormais difficile pour une autre métropole de nous surpasser", estime ainsi Marc Chassaubéné, adjoint au maire en charge des Affaires Culturelles et vice-Président de Saint-Étienne Métropole en charge du Design et du Numérique.

Pour mener à bien ce projet immobilier et stratégique d'envergure, la métropole va créer une société d'économie mixte qui devrait, d'ici ce printemps, devenir propriétaire de l'ensemble des murs appartenant aujourd'hui à l'EPASE (Etablissement Public d'Aménagement de Saint-Etienne).

"Notre objectif est de transformer en profondeur ce quartier et la Cité pour en faire une destination à part entière. Pour les Stéphanois mais aussi pour les Français et les Européens", poursuit Marc Chassaubéné. En synthèse, l'idée est de retrouver toute l'année sur place au moins une part de l'animation XXL présente à l'occasion des Biennales stéphanoises du Design.

"Depuis le début du premier mandat, un certain nombre d'actions ont déjà été menées dans ce sens avec, récemment, l'ouverture de la cabane du Design pour les enfants. A présent, nous allons passer la seconde !". Avec trois priorités : les entreprises, le grand public et les étudiants.

Créer une "destination design"

En parallèle de la biennale (230.000 visiteurs sur sa dernière édition) qui durera désormais quatre mois au lieu d'un seul, les expositions temporaires seront multipliées. En direction des spécialistes comme du grand public.

A l'horizon 2023, s'installera également sur un espace de 1.000m² au cœur de ce quartier, une galerie nationale du design qui devrait accueillir des collections prestigieuses issues du Musée d'Art Moderne mais aussi des collections prêtées par le Mobilier National et le Centre National des Arts Plastiques.

"Il s'agit là de trois des cinq plus grandes collections d'œuvres design en France", assure l'adjoint à la culture. Toujours dans cette optique de multiplier les occasions de venir à la Cité, une grande halle événementielle sera créée en 2024 pour accueillir des événements toute l'année.

"Nous avons commencé, nous allons poursuivre le travail pour faire disparaitre le fossé qui s'est créé entre les Stéphanois et la Cité. Et donner des raisons, toute l'année, aux Français comme aux étrangers de venir sur place". Le bâtiment de la Platine va être réaménagé pour mieux s'ouvrir vers l'extérieur et la ville. Une grande rue centrale et animée sera ainsi créée et des aménagements paysagers seront mis en place.

L'ensemble sera associé à un pôle d'activités avec l'implantation d'espaces récréatifs et l'installation d'un "concept hôtel" type Mama Shelter, agrémenté de cafés, de restaurants (dont la Fabuleuse Cantine) et de concept stores.

"Deux groupes ont déjà confirmé leur intérêt pour l'implantation d'un hôtel en lien avec le design", confie Marc Chassaubéné. "Ce quartier créatif doit désormais devenir un lieu de vie. Différent de ce qu'on peut trouver plus classiquement ailleurs". Enfin, un tiers lieu socio-culturel est annoncé pour 2026.

Renforcer l'offre entreprises et le pôle étudiants

Le projet "Cité Design 2025" prévoit par ailleurs un doublement de la surface de l'Ecole Nationale d'Art et de Design. Enfin, dernier axe du projet : le renforcement de l'offre en direction des entreprises.

Après la création en 2020 de la filiale Cité Services dédiée aux services aux entreprises (1 million d'euros de chiffre d'affaires sur la première année d'activité), la Cité devrait accueillir un centre de ressources régional au service des entreprises, "un centre d'innovation par le design" cofinancé par la Région, avec notamment une matériauthèque renforcée et la création de laboratoires d'usages.

"Nous avons pour ambition d'accueillir dans ce quartier créatif les services design de grandes entreprises, de devenir le lieu de référence incontestable". The place design to be en quelque sorte... Selon le vice-président de Saint-Etienne Métropole, le groupe Suez a déjà validé l'implantation sur place de son pôle design.

L'ensemble devrait être prêt pour 2025, année de Biennale décalée pour cause de travaux. En attendant, la prochaine biennale aura lieu au printemps 2022.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.