Hôtel, déménagement... : Thierry Mandon rebat les cartes de la Cité du Design

Aux manettes de la Cité du Design depuis septembre dernier, Thierry Mandon entend bien mener la mission pour laquelle il a été mandaté : asseoir les positions de l’établissement stéphanois dans le paysage du design français. Pour cela, il doit rebattre les cartes. Au programme : un déménagement, un hôtel design, une remise à plat managériale et de nouveaux outils commerciaux.

3 mn

(Crédits : Air-sol productions)

Il est en place depuis quatre mois et a déjà établi un plan de bataille particulièrement ambitieux. Thierry Mandon, nouveau directeur de la Cité du Design et ex Secrétaire d'Etat, entend bien rebattre les cartes. Au premier lieu desquelles, les cartes immobilières.

"Dans un quartier créatif, il doit y avoir de la vie. Ce n'est pas suffisamment le cas ici. Après 19h, tout est fermé ! Il faut absolument créer de l'animation pour développer le potentiel créatif de ce quartier", claque-t-il.

Et il a déjà une idée bien précise pour y parvenir : créer une résidence d'artistes et un hôtel d'une trentaine de chambres.

"Il ne s'agit pas d'un hôtel standard, mais bien d'un hôtel design où les visiteurs poursuivront leur expérience design. Les deux espaces seront séparés ou entremêlés, je ne sais pas encore exactement", précise-t-il.

Un hôtel design

"Le projet ne sera évidemment pas porté par la Cité, nous cherchons donc des investisseurs privés. Qu'ils n'aient pas d'inquiétude, ces 30 chambres afficheront complet la plupart du temps, nous avons en permanence des visiteurs !", promet-il.

Thierry Mandon a déjà entamé les discussions avec l'Epase pour trouver l'espace adéquat à proximité immédiate de la Cité, sur le site de la Manufacture - celui-ci dispose encore de nombreux bâtiments vides.

Parmi les possibilités envisagées par le nouveau directeur, une installation de cet hôtel dans le bâtiment accueillant actuellement les équipes de la Cité, juste en face de celle-ci.

Un déménagement pour une meilleure cohésion

"Nos locaux actuels ne sont absolument pas adaptés à un travail collaboratif. Les gens sont répartis à tous les niveaux, c'est n'importe quoi. Nous prônons toute la journée le travail collaboratif et nous ne sommes pas capables de le faire nous-mêmes. Il y a une vraie réflexion immobilière à mener".

Thierry Mandon envisage donc un déménagement dans un autre bâtiment, sur le site de la Manufacture.

"Je sais que c'est ambitieux mais j'aimerais que ce projet aboutisse d'ici 24 mois".

D'ici là, il compte bien mener une petite révolution managériale à la Cité, talon d'Achille depuis très longtemps de l'établissement stéphanois.

Lire aussi : Nouveau couac à la Cité du Design, la directrice générale démissionne

"La Biennale qui démarrera en mars, mobilise pour l'instant tout notre temps. Mais dès qu'elle sera terminée, je compte utiliser l'enthousiasme collectif créé par la réussite de la manifestation pour remobiliser les équipes autour de projets collectifs. Les amener à travailler de nouveau ensemble".

Repenser l'organisation de la Biennale

Il veut également repenser sérieusement l'organisation de la Biennale, dès cette Biennale 2019 terminée.

"Au vu de l'ampleur de cet événement, il n'est plus possible de faire tourner la Cité et la Biennale avec les mêmes équipes. Les salariés permanents ne peuvent pas arrêter, pendant plusieurs mois, toutes leurs activités pour se consacrer à la Biennale. Les entreprises, le public, ont besoin de nous toute l'année, y compris pendant la préparation de la Biennale. La Cité ne peut pas se développer dans ces conditions", martèle-t-il.

En parallèle de ces projets de réorganisation managériale et immobilière, Thierry Mandon avance sur son espace de « Mini Villete » de 150 m² destiné aux écoles ainsi que sur la création de la filiale commerciale de la Cité. Le fonctionnement de cette dernière a été validé il y a quelques jours par l'EPCC stéphanois.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 19/01/2019 à 3:26
Signaler
Il faut dire que ce n'est pas Dubaï ni Singapoure. Et encore moins borbeau et Paris. Je pense qu'il faudrait miser sur l'esthétique. Ce lieu manque de lumière pour qu'on s'y sente en sécurité. C'est pas compliqué: mettre des structures gigachouette d...

à écrit le 18/01/2019 à 9:23
Signaler
Pourquoi ne pas envisager un GIE ? Objectif ... - fédérer autour du design - mobiliser des capitaux - mettre en commun des moyens ... pour accroître la puissance et la notoriété de la cité et up grader l’efficacité de chacun.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.