Le Rhône fait partie des trois nouveaux départements à être "confinés"

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
Sans surprise, le Rhône fait partie des trois nouveaux départements à être placés, pour quatre semaines, sous le nouveau régime de confinement, déjà introduit la semaine dernière pour 16 autres départements.
Sans surprise, le Rhône fait partie des trois nouveaux départements à être placés, pour quatre semaines, sous le nouveau régime de confinement, déjà introduit la semaine dernière pour 16 autres départements. (Crédits : Reuters)
Sans grande surprise, le Rhône fait partie ce soir des nouveaux départements qui entreront "en mesures de freinage renforcées" dès ce samedi, aux côtés de la Nièvre et de l'Aube, a annoncé Olivier Véran. Sans vraiment prononcer le mot de "confinement", ces trois territoires s'ajoutent aux 16 départements déjà soumis à ce nouveau régime depuis la semaine dernière, tandis que de nouveaux départements auralpins sont placés en "vigilance renforcée".

Dans le Rhône également, on rentre à nouveau dans une troisième forme de "confinement", ou, en d'autres mots, de "mesures de freinage renforcées", pour quatre semaines.

Ce jeudi soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le placement en confinement de trois nouveaux départements (dont la Nièvre, l'Aube et donc le Rhône), aux côtés des 16 départements déjà soumis à ce nouveau régime depuis samedi.

A compter de ce samedi, de nouvelles mesures viendront donc renforcer le couvre-feu existant, et qui comprendront la fermeture de nouveaux commerces, ainsi qu'une interdiction de se déplacer au-delà d'un rayon de 10 kilomètres.

Concrètement, les commerces essentiels resteront ouverts mais de nouvelles fermetures devraient survenir sur d'autres catégories, qui devraient être précisées dans les heures à venir par les services de la Préfecture. A noter que sous ce régime, les écoles et les collèges demeurent ouverts, mais les lycées repassent en demi jauge.

Une hausse du taux d'incidence sur sept jours

Pour justifier cette mesure, le Ministre de la Santé a rappelé que dans ces trois départements, "la pression épidémique atteint des niveaux alarmants, la pression sanitaire se fait fortement sentir sur les hôpitaux et la médecine de ville, et la dynamique est forte".

Dans le Rhône notamment, le taux d'incidence avait grimpé au cours des sept derniers jours pour toucher le cap des 400 cas positifs pour 100.000 habitants ( à 386 cas exactement).

Du côté des HCL, le dernier bilan hebdomadaire fait état d'un taux d'occupation global des services de réanimation de 94,9% (dont 49,7% de malades Covid). Mais l'établissement prévenait déjà ce 23 mars : "compte-tenu du nombre croissant de patients admis et de la pression qui s'accroit en réanimation, l'établissement s'apprête sous quelques heures à ouvrir une quinzaine de nouveaux lits de soins critiques".

24 départements en vigilance renforcée : pour quelles mesures ?

A côté de ces nouvelles mesures, le gouvernement a également choisi de placer de nouveaux départements en "vigilance renforcée", dont plusieurs départements d'Auvergne Rhône-Alpes : soit l'Ain, l'Isère, la Loire, ainsi que les deux Savoie. Là encore, cette mesure devrait entraîner de nouvelles restrictions, comme la fermeture des centres commerciaux de plus de 10 000 mètres carrés, ainsi que la possibilité, pour les préfectures, de limiter les rassemblements ou d'interdire la consommation d'alcool sur la voie publique.

Dans ces territoires, Olivier Véran a promis des moyens supplémentaires, et notamment sur le plan du contact tracing, qui devraient être mis en oeuvre.

(A suivre)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :