ACS Biotech : une solution innovante pour soigner l'arthrose

La startup ACS Biotech développe une solution innovante pour réparer les lésions du cartilage. Après une phase de tests in vitro, elle s'apprête à lancer la seconde étape de tests auprès des animaux, et de l'humain. Dans ce cadre, ACS Biotech prépare une levée de fonds. La commercialisation est prévue pour 2020.
Pascale Hazot a fondé ACS Biotech en 2013.
Pascale Hazot a fondé ACS Biotech en 2013. (Crédits : ACS Biotech)

Réparer définitivement les lésions du cartilage, ce sera normalement possible...en 2020. C'est du moins le projet qu'ambitionne de réaliser la startup lyonnaise ACS Biotech. Alors que des tests in vitro ont déjà été réalisés, la jeune pousse lance une levée de fonds qui devrait se terminer à la rentrée 2016.

"Son montant se situera entre 1 et 3 millions d'euros", avance Pascale Hazot, fondatrice de la startup.

L'objectif : passer au stade supérieur et réaliser des tests précliniques sur les animaux, la chèvre en l'occurrence, ainsi que des essais cliniques sur l'Homme.

170 000 millions de personnes

Ce passage aux tests sur l'Homme "signifie que la matrice hydrogel en 3D à base de chitosan que nous avons mis au point a montré une bonne viabilité des cellules lors des tests in-vitro, et la reconstruction d'un tissu cartilagineux articulaire prêt à être implanté", souligne cette docteure en chimie matériaux polymères.

En d'autres termes, cette innovation brevetée dans le cadre d'un programme de recherche avec le CNRS permet de réparer les défauts cartilagineux, que ce soit du fait d'une pratique courante d'un sport, ou liés au vieillissement. Seule condition : il doit rester un peu de cartilage pour permettre une bonne intégration de la greffe. Aussi, l'arthrose ne peut être guérie seulement si elle est débutante.

"Pour l'heure, il n'existe pas de solutions qui permettent de réparer le cartilage, elles sont plutôt palliatives ou pour les cas les plus avancés cela passe par la mise en place de prothèse, notamment au niveau des genoux", souligne Pascale Hazot.

Ce serait donc une première mondiale. Par ailleurs, la solution développée par ACS Biotech reste peu invasive : "même si une opération est nécessaire, l'ouverture est limitée, la durée de l'anesthésie plus courte, tout comme le temps de rééducation".

ACS Biotech

Leurs principaux clients seront donc les hôpitaux et cliniques, français mais aussi internationaux. "Le marché de l'arthrose offre un réel potentiel : plus de 170 millions de personnes sont touchées, et on compte 2 millions de lésions du genou par an", souligne Pascale Hazot. De fait, si pour l'heure elle ne souhaite pas fournir d'objectifs de croissance chiffrés, elle s'attend à une rapide augmentation des perspectives de commercialisation.

Seconde levée de fonds

Fondée en 2013, à partir d'un budget de 260 000 euros (fonds propres et soutiens financiers, notamment de la BPI et la BP2L), la société incubée à l'emlyon et membre de Lyonbiopôle, compte aujourd'hui cinq salariés. Un effectif qui devrait croitre au cours de l'année avec l'embauche de deux personnes. En outre, une seconde levée de fonds devrait être organisée à compter de 2018.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/04/2018 à 8:25
Signaler
Bonjour, vivement 2020 alors car beaucoup de monde en souffrent ; j'espère être encore valide pour essayer cette injection . Bon courage .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.