Municipales 2020 : Eric Piolle, le leader d’une nouvelle vague verte ?

 |  | 875 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
Malgré un nouveau record d’abstention, les écologistes conservent leur symbole à Grenoble, où le second tour confirme la réélection du maire sortant EELV Eric Piolle. Une occasion, pour l’élu, de lancer son réseau de "communes humanistes" et de se poser comme le chef de file d’une nouvelle génération verte en cours de construction, et dont il pourrait bien ravir la première place.

Epaulé par un large rassemblement de la gauche (LFI, PCF, dissidents PS, Nouvelle Donne) et de citoyens (Ades, Ensemble !, Génération.s, etc), la liste Grenoble en Commun du maire sortant  EELV Eric Piolle savoure sa seconde victoire.

Celui qui représentait jusqu'ici un symbole, en tant que premier maire écologiste d'une ville de plus de 100.000 habitants, vient de renouveler l'expérience ce dimanche haut la main.

Lire aussi : Municipales 2020 : Grenoble, un symbole d'EELV en ballottage

Et ce, alors qu'il affrontait, dans une quadrangulaire, l'ex-maire divers droite condamné pour corruption Alain Carignon, la candidate LREM Emilie Chalas et le socialiste Olivier Noblecourt.

Le maire EELV rempile ainsi haut la main avec plus de  53,14% des voix, contre 23,44% pour l'ex-maire divers droite Alain Carignon, qui arriverait ainsi en seconde position, suivi de la députée LREM Emilie Chalas  (12,50%), et du divers gauche Olivier Noblecourt (10,93%).

Avec, cependant, une autre donnée essentielle de cette élection, qui demeure une abstention très forte qui s'élevait, d'après les derniers résultats communiqués par la Préfecture de l'Isère, à un seuil historique de 64,17% (contre 57,75 % lors du premier tour en mars, mené en pleine crise sanitaire).

Eric Piolle, le chef de file

Après avoir passé une grande partie de la soirée immergé parmi des sympathisants réunis sur la place Grenette en centre de Grenoble, le maire EELV nouvellement rééelu a pris la parole à l'issue de cette soirée, vers 23h45, afin de remercier ses soutiens, mais également de mettre en perspective le rôle de la ville à l'aube de la vague écologiste que connaît la France ce dimanche soir.

"Il s'agit d'un temps important car c'est à la fois le fruit de 6 ans de travail, de 9 mois de campagne, ainsi que de décennies d'engagement de militants écologistes qui nous ont précédés", a déclaré Eric Piolle.

Le maire grenoblois, qui avait été élevé depuis son élection en 2014 au rang du symbole, s'est dit "fier d'inspirer ce soir un peu partout à travers la France" :

"Grenoble est une promesse et ce soir, on le sent. Ici, au cœur des Alpes nous sommes infatigables et prenons les défis les uns après les autres, tels que la justice sociale, le climat ou la démocratie. Ici, on regarde l'espoir dans les yeux et ici personne ne décide à notre place".

Un discours durant lequel l'élu s'est positionné, à plusieurs reprises, comme l'un des leaders de la vague écologiste.

"Nous avons ouvert la voir et je suis très heureux de dire que nous pourrons travailler prochainement avec Marseille, Nancy, Lyon, Besançon, Strasbourg, Tours, Poitiers ou encore Bordeaux. Que ce soit sur la Canebière ou sur les marches de la cathédrale de Strasbourg, il existe la même envie de transition".

Une bataille plus large à venir

Avec des références à peine voilées à l'imaginaire de l'appel du 18 juin, le maire de Grenoble a notamment lancé un appel solennel "à tous ceux qui sont prêts à amplifier les transitions pour changer de cap", réitérant notamment son vœu que "la convention pour le climat soit validé par un référendum pour un changement de cap majeur".

Ou encore, sur sa volonté de faire disparaître la publicité des rues, ou bien "d'en finir avec la France moche et les parkings qui défigurent la ville et les périphéries".

L'élu isérois a également profité de son discours pour annoncer officiellement une initiative, qui était depuis quelques heures sur toutes les lèvres à travers son entourage : à savoir, la création d'un réseau de communes humanistes favorisant la transition.

"Il s'agira d'un réseau de maires progressistes comme Anne Hidalgo, issus de l'arc humaniste (...) Grenoble assumera son rôle, et nous allons peser les réformes qui abîment le pays et le gouvernement", a ajouté Eric Piolle.

Une concurrence qui se profile

Considéré jusqu'ici comme l'une des principales têtes de pont de la vague verte qui secoue le France, Eric Piolle n'avait pas hésité à enchaîner les visites, au cours des dernières semaines, en soutien aux têtes de liste EELV de plusieurs grandes villes : Jeanne Barseghian à Strasbourg, Michèle Rubirola à Marseille, allant même jusqu'à rendre visite au candidat communiste Nicolas Koukas à Arles.

A l'inverse, on n'aura pas vu, dans les rangs des soutiens d'Eric Piolle, massés ce soir sur la place Grenette - ni même lors de ces municipales -, l'eurodéputé Yannick Jadot faire escale à Grenoble. Et pour cause : d'après des bruits de couloirs désormais étalés sur la place publique, les deux hommes ne partageraient plus la même vision de la cause écologiste. Ou plutôt, des moyens de parvenir à une échéance : les présidentielles de 2022.

Ce dimanche, l'eurodéputé a simplement salué, au regard des résultats enregistrés par sa formation politique, "une espérance autour d'un beau projet écologiste" lors des élections municipales. "Ce qui a gagné ce soir, c'est la volonté d'une écologie concrète, d'une écologie en action". Reste à savoir quel sera le futur candidat naturel de cette incarnation post-municipales.

__

>> Cliquez ci-dessous pour découvrir le résultat de votre ville :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2020 à 14:43 :
Au moment de sa première élection, Piolle avait dit qu'il ne ferait qu'un mandat. Piolle, où sont les promesses ?
a écrit le 29/06/2020 à 14:13 :
Apparemment, les électeurs estiment qu'il a fait son job. Mais pour la vague verte, bien malin qui sait l'apprécier: fort taux d'abstention notamment chez les personnes à risques (covid, principalement des personnes âgées), distorsion sur les motivations (les écolos se mobilisent), inversion dans les alliances, le PS+EELV devenant souvent EELV+PS (déliquescence du PS), et situation particulière (Paris avec l'affaire Griveaux, Lyon avec l'affaire du "cave qui se rebiffe et ne veut pas partir en retraite", , et la situation Marseillaise avec une passation de pouvoir "à l'ancienne" façon mafia.. Qui peut y retrouver ses petits. Enfin, notons que les français ont une avis très dur sur M.Jadot (un taux de confiance nul tout simplement).. Donc, non l'hirondelle qui s'est envolée suite à des conditions climatiques extrêmes ne suffit pas à annoncer le retour du printemps..qui a cependant lieu chaque année..
a écrit le 29/06/2020 à 14:01 :
vous avez remarque?
ceux qui ont plante les centres villes avec des mesures qui depassent l'entendement ont exige que l'etat prenne ses responsabilite pour redynamiser les centres villes
ca derange personne, des gens qui ont des doubles discours a la con et accusent systematiquement les autres d'etre coupables des consequences de leurs actes?
on devrait coller aux elus francais la responsabilite sur leur patrimoine propre de ce qui ne tourne pas correctement, comme c'est le cas pour un chef d'entreprise ( volontairement ou via voie juridique, soit dit en passant)
a écrit le 29/06/2020 à 13:55 :
Un personnage qui a surtout su exposer et assumer des avis contraires à son parti, le français aimant les politiciens indépendants c'est dans cette voie là que les nouveaux élus doivent s’engouffrer à savoir mettre les intérêt de leurs citoyens avant ceux de leurs partis et leur crédibilité ne pourra que s'envoler.

Le leader des verts, tellement charismatique que je ne me souviens plus de son nom ne passera jamais le second tour des présidentielles c'est une évidence tout comme Mélenchon parce que des gens bien trop ancrés dans leurs seuls intérêts et dans des logiques seulement partisanes alors que des gars comme Piolle ou Ruffin eux auraient bien plus de chances, renverseraient la table même, mais les élections nationales ayant été privatisées pour la finance il est bien évident que sur ce terrain là on n'en voudra jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :