OL Vallée  : malgré le Covid-19, le projet à 4 millions de visiteurs par an garde son cap

 |  | 1133 mots
Lecture 6 min.
Pensée autour du Groupama Stadium, l'OL Vallée comprend un hôtel, un pôle médicale, deux immeubles de bureaux et pôle de loisirs de 23 250 m2, avec l'ambition de créer une zone de flux pour correspondre avec le stade, selon Jean-Michel Aulas.
Pensée autour du Groupama Stadium, "l'OL Vallée" comprend un hôtel, un pôle médicale, deux immeubles de bureaux et pôle de loisirs de 23 250 m2, avec l'ambition de "créer une zone de flux pour correspondre avec le stade", selon Jean-Michel Aulas. (Crédits : Groupama Stadium)
Avec la crise sanitaire, les finances de l’OL Groupe se sont creusées en 2020, avec des pertes estimées à 111 millions d’euros, conduisant le club à proposer à ses joueurs de convertir 5 et 25 % de leur traitement en actions. Malgré tout, le groupe tient la barre de son programme d’investissements et mise toujours sur une ouverture dès que possible de l’OL Vallée, son grand projet d’aménagement autour du Groupama Stadium à quatre millions de visiteurs par année. Sur les rails depuis 2016, ce "village" divise aujourd’hui au sein même des élus de la majorité métropolitaine.

Crise sanitaire oblige, l'OL Groupe vient d'enregistrer son "premier niveau déficitaire depuis la mise en exploitation du stade en janvier 2016." Le 17 février dernier, Jean-Michel Aulas, PDG de l'OL Groupe et Thierry Sauvage, directeur général, ont présenté les résultats financiers du semestre. Certains indicateurs sont au rouge, mais les dirigeants restent confiants.

Au total, le groupe estime ses pertes à 111 millions d'euros par rapport à l'an passé. Outre la baisse des activités à cause de la crise actuelle, l'absence de coupe d'Europe et la "défaillance" du diffuseur Médiapro ont creusé encore un peu plus les finances du groupe.

Baisser les salaires des joueurs pour remonter la pente ?

L'an dernier, les produits des activités du club étaient de 197,2 millions d'euros. Cette année, ils sont de 123,3 millions, soit une baisse de 37 %. Faute - entre autres - d'évènements publics, entre décembre 2019 et décembre 2020, la presque totalité des produits des activités du groupe on chuté. La billetteries a par exemple baissé de 91 %, et les droits TV et marketing de 43 %. Seul voyant au vert, les partenariats ont augmenté de 5 %.

En décembre 2020, l'excédent brut d'exploitation était négatif de 9,3 millions, en recul de -71,2 millions par rapporta au 31 décembre 2019, où il était de 61,8 millions d'euros.

"La pandémie qui se prolonge implique pour l'OL de consommer ses fonds propres", ont admis les dirigeants. Les capitaux propres qui s'élevaient à 179 millions d'euros en décembre 2020 contre 230,1 millions d'euros au 30 juin 2020. Le groupe a également souscrit deux prêts garantis par l'État d'un total de 169 millions d'euros.

Ultime effort : Jean-Michel Aulas a évoqué la possibilité de baisser les revenus des joueurs les plus aisés. Ceux qui gagnent plus de 50.000 euros par mois pourraient connaître une baisse de 25 % de leurs salaires. Encore faut-il qu'ils acceptent.

En contrepartie, les joueurs concernés pourraient acquérir des actions du groupe : un accord vient d'être trouvé et vise à leur permettre de convertir 5 et 25 % de leur traitement « actions d'OL groupe » à partir du mois de février. Et ce, sur une période qui pourrait durer jusqu'à juin prochain, a précisé la la direction.

L'entreprise OL, c'est aussi quelques 500 salariés, majoritairement en télétravail. Le groupe a déjà effectué huit millions d'euros d'économie sur la masse salarial fixe ce dernier semestre, mais « il n'y aura pas d'action négative vis à vis des effectifs », assure Thierry Sauvage.

Au niveau national, les autres clubs se trouvent dans des situations similaires. A cause de la crise, le Paris Saint-Germain a estimé son manque à gagner à 200 millions d'euros, et l'Olympique de Marseille à 50 millions d'euros.

L'OL Vallée, prête pour la reprise

Malgré la situation, le groupe ne revoit pas ses ambitions à la baisse. "La position de l'OL c'est de continuer les programmes d'investissements structurels et de croissance", a soutenu Jean-Michel Aulas.

L'OL Vallée fait notamment partie de ses grands programmes. Ce projet d'aménagement autour du Groupama Stadium, lancé en 2016 et réalisé par Vinci, comprend un hôtel trois étoiles, un pôle médicale, deux immeubles de bureaux et pôle de loisirs de 23 250 m2 avec 17 enseignes (bowling, surf park, escape game, bar, restaurants ...).

Ce projet, aussi surnommé "OL City", a pour ambition de "créer une zone de flux pour correspondre avec le stade", selon Jean-Michel Aulas.

"La prochaine étape, c'est la finalisation des équipements et l'inauguration du centre de loisirs dès que possible. On travaille déjà sur un plan marketing", a affirmé Thierry Sauvage. L'ouverture du centre de loisirs, prévue en février, a en effet été repoussée à cause de la gestion de la crise sanitaire.

"Nous avons beaucoup d'espoir et d'envie par rapport à cette reprise. Les investissements ont été supporté dans une période de crise parce que la situation de l'OL reste structurellement forte. On a encaissé le choc et on sera parmi les premiers acteurs à être prêts pour la relance", a ajouté le PDG du groupe.

Desservie depuis début février par la nouvelle ligne 7 de tram, l'OL Vallée aspire à accueillir environ quatre millions de visiteurs par an d'ici 2024, selon l'OL Groupe, ou 2.500 par jour selon Vinci. D'après le groupe lyonnais, ce projet "devrait générer au total plus de 2.000 emplois" dans la construction et "2.250 emplois en phase d'exploitation".

L'OL Vallée va aussi accueillir deux autres structures notables : d'abord, la All In Tennis Academy, un centre de formation et d'entraînement de tennis créé par Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga qui devrait ouvrir en septembre 2022.

Une salle Arena, d'une capacité de 16.000 personnes, que le PDG du groupe voit déjà comme "la plus belle salle de province", devrait aussi sortir de terre fin 2023. Cette salle représente un investissement de 141 millions d'euros pour le groupe et devrait être réalisé par Vinci.

Un projet controversé

Le projet de salle Arena ne fait toutefois pas l'unanimité chez les élus majoritaires de la Métropole et les riverains de l'OL Vallée. Il a suscité des levées de boucliers lors du conseil métropolitain du 15 décembre dernier, accusé de mercantiliser le sport et la culture, en plus d'être "à côté" des enjeux environnementaux et sociétaux actuels.

Après une première phase de concertation préalable, menée avec les habitants entre le 15 juillet et 15 octobre 2020, la question d'entériner ce projet ou pas au sein du PLU-H (Plan local de l'urbanisme et de l'habitat) a ainsi dû être soumise au vote, à la mi-décembre. Et à cette occasion, le président EELV du Grand Lyon, Bruno Bernard, ne s'est pas montré franchement opposé à ce sujet, alors qu'une partie du groupe EELV au sein de la majorité le voyait comme un désastre écologique et social.

La délibération a tout de même été validée à 104 voix sur 146, avec 27 abstentions, 12 voix contre et 3 non-participations. Sur les 58 écologistes métropolitains, 27 se sont abstenus ou opposés. Au sein de la majorité, la dissension sur ce projet est donc bel et bien visible. Le maire de Lyon, Grégory Doucet et son vice-président chargé des mobilités, Fabien Bagnon avaient notamment voté pour la poursuite du projet, engrangé lors de la précédente mandature. Alors que l'adjointe au sport, Julie Nublat-Faure, s'est quant à elle exprimée contre, l'OL Vallée allant à l'encontre de sa vision du sport.

Côté riverains, des associations et collectifs comme Agir pour l'environnement jonageois ou Montout - environnement et cadre de vie se sont montés également en opposition à ce projet, demandant des projets durables, sociaux, "répondant réellement aux besoins des habitants."

En attendant, la balle est encore dans le camp du groupe OL pour faire évoluer son projet. Une enquête publique est prévue au premier semestre 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :