A Lyon, ville et métropole s'organisent pour un reconfinement plus "doux"

 |  | 1159 mots
Lecture 6 min.
Grégory Doucet s'est engagé à tenir un point presse chaque semaine en visioconférence afin de faire un point d'étape sur la gestion de la crise sanitaire.
Grégory Doucet s'est engagé à tenir un point presse chaque semaine en visioconférence afin de faire un point d'étape sur la gestion de la crise sanitaire. (Crédits : DR)
Deux jours après l’annonce d’un reconfinement, les élus locaux s’organisent. À Lyon, le maire EELV Grégory Doucet a tenu ce vendredi après-midi un point presse, dans lequel il est revenu sur les premiers mesures de ce nouveau confinement. Avec, au programme, le maintien annoncé de l’ouverture des parcs et jardins, mais également lors de la tarification du stationnement, ou encore la mise en place d’une plateforme de solidarité entre les habitants… La question des commerces de proximité non-alimentaires demeure cependant en suspens, comme dans plusieurs villes.

Depuis ce matin, Lyon est à nouveau confinée. Une occasion pour le maire EELV, Grégory Doucet, de revenir sur l'organisation des quatre semaines à venir. Avec, tout d'abord, le constat que les différentes mesures prises jusqu'ici n'ont pas permis d'endiguer l'épidémie. « Nous avons vu le taux d'incidence continue à croître sur la métropole de Lyon, il atteint désormais 864 cas pour 100.000 habitants, ce qui crée une tension considérable sur les services hospitaliers », constate l'élu, qui est également président du conseil de surveillance des Hospices Civils Lyonnais (HCL), en première ligne face à cette nouvelle vague.

« Nous avons souvent entendu parler du 'monde d'après' : or, il me semble aujourd'hui essentiel que cette expression ne soit plus la promesse d'un monde qui vient, mais de nouvelles pratiques au sein du monde d'aujourd'hui ». Selon le maire écologiste, ce « monde d'aujourd'hui » se doit ainsi de faire la part belle à de « nouvelles pratiques de solidarité et de coopération ». Pour cela, il a rappelé que la ville de Lyon lancerait cette semaine, à l'image d'autres municipalités comme Grenoble, sa propre plateforme de solidarité et d'échanges, permettant aux citoyens de proposer et de se rendre des services.

Sur le plan sanitaire, le maire EELV a notamment rappelé la mise en place, en collaboration avec la métropole de Lyon, les HCL et l'Agence régionale de Santé (ARS) d'un centre de dépistage Covid-19 à Gerland, qui a déjà permis de réaliser 23.500 tests. Une stratégie qui s'est voulue à l'échelle du territoire, puisque 53 % des personnes testé étaient originaires de la ville de Lyon, contre 30 % pour la métropole, le reste des bénéficiaires étant composé de personnes de passage ou d'étudiants.

Concernant l'organisation des services municipaux, Grégory Doucet a rappelé sa mobilisation pour maintenir les services publics ouverts, « afin d'avoir la vie la plus normale possible » et d'assurer une forme « d'égalité » concernant l'accès aux services publics.

Accessibilité des services publics, parcs et jardins

Ce nouveau reconfinement, qui se veut moins « dur » que le précédent à l'échelle nationale, voit déjà poindre quelques aménagements : « Les écoles resteront ouvertes, ainsi que les garderies du matin et du soir, mais également les crèches et les résidences pour seniors, car on sait désormais à quel point il est fondamental que les personnes au sein des EHPAD puisse continuer à recevoir des visites», a confirmé Grégory Doucet.

Les parcs et les jardins restaurant également accessibles, ainsi que l'accès aux berges du Rhône, tandis qu'une discussion est en cours afin que les bibliothèques municipales puissent obtenir une dérogation pour ouvrir leurs portes aux étudiants.

Bien que les structures recevant du public demeureront closes, les théâtres et salles de spectacles pourront continuer à accueillir des professionnels en création ou en répétition. A noter que contrairement au premier confinement, le stationnement municipal demeurera cette fois payant sur la voie lyonnaise. « Nous considérons que dans cette nouvelle vague, beaucoup de gens continueront à se déplacer pour travailler ou emmener leurs enfants à l'école, ce qui ne nécessitent pas les mêmes mesures qu'au printemps », a confirmé l'élu, arguant que 60% des places étaient en moyenne occupées par des non-résidents.

La délicate question des commerces

Du côté des commerces, les marchés lyonnais (qu'ils soient couverts ou ouverts) pourront également continuer à recevoir des clients en suivant le protocole sanitaire, voire même élargir leur surface si cela est nécessaire. Le maire de Lyon a par ailleurs annoncé la mise en place d'un « dispositif anti-gaspillage » à l'échelle de la ville, permettant de redistribuer les denrées périssables des restaurateurs fermés au bénéfice des plus démunis, à travers des dons réalisés aux banques alimentaires.

Questionné sur la délicate question de l'ouverture des commerces de proximité non-alimentaires (tels que les librairies) face à de grandes enseignes et hypermarchés demeurant ouverts, l'élu écologiste a déclaré : « Qu'il puisse y avoir une distorsion de concurrence en défaveur du commerce de proximité ne me va pas du tout. Au contraire, nous devrions avoir des politiques à destination du petit commerce, qui n'a pas nécessairement les moyens de faire du commerce en ligne ou des dispositifs de 'click and collect', comme on le voit au sein des grandes chaînes ».

Et d'ajouter : « Cette question nous préoccupe largement, notamment à l'approche des fêtes de fin d'année, car on sait très bien que beaucoup de gens voudront faire leurs courses de Noël, de plus dans une période où ils pourraient même avoir davantage de temps pour eux ».

Alors que d'autres villes comme la commune de Fresnay-sur-Sarthe (Pays de la Loire) ont d'ores et déjà pris ce vendredi un arrêté autorisant ces commerces à rester ouverts « jusqu'à ce que la liberté de concurrence soit rétablie », le maire de Lyon s'est montré cependant prudent à ce sujet.

Bien qu'il affirme avoir fait remonter ce sujet en préfecture, « pas plus tard qu'hier », il se déclare en attente de la réponse des autorités avant d'aller plus loin, et ne compte pas prendre à son tour un tel arrêté à ce stade.

La métropole rencontre les acteurs économiques

Contactée, la préfecture du Rhône n'avait pas encore répondu à nos sollicitations à ce sujet au moment d'écrire ces lignes.

Du côté de la métropole de Lyon, le président EELV Bruno Bernard a justement rencontré les acteurs économiques du territoire (Medef Lyon-Rhône, CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne, CMA du Rhône, CPME Auvergne-Rhône-Alpes, Union des Entreprises de Proximité en AuRA) pas plus tard que ce vendredi matin.

« Cette rencontre a permis d'échanger sur les difficultés économiques rencontrées depuis de nombreuses semaines par les commerçants, artisans et petites entreprises du territoire et de l'aggravation de la situation qu'ils vont subir avec la fermeture des commerces définis comme 'non-essentiels' ainsi que des lieux recevant du public comme les bars et les restaurants », a affirmé Bruno Bernard, par voie de communiqué.

Alors que la métropole de Lyon -conduite jusqu'à juin dernier par l'ex-président LaRem David Kimelfeld- avait débloqué, lors de la première vague, une enveloppe de 100 millions d'euros pour soutenir entreprises du territoire (comprenant notamment un abondement de 1.000 euros au fonds de solidarité pour chaque TPE bénéficiaire), le nouvel exécutif de Bruno Bernard devrait faire de nouvelles annonces d'ici peu, en vue de préciser les outils d'accompagnement économiques dédiés à cette seconde vague.

La métropole de Lyon précise d'ores et déjà que la plateforme d'assistance aux entreprises CARE (Collectif pour l'Assistance au Redémarrage des entreprises), créée lors du premier confinement et pilotée par la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne, se poursuivra et sera même « redynamisée ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :