Descours & Cabaud : 2020, l'année de la résilience... avec l'eau et le jardin dans le viseur

Après une année de crise sanitaire ayant perturbé les échanges internationaux, le spécialiste lyonnais du négoce en fournitures pour l'industrie et le bâtiment, Descours & Cabaud clôture certes, une année 2020 en léger repli, mais limite la chute. Il souhaite poursuivre la structuration de ses trois enseignes clés (Dexis, Prolians et Hydralians) et compte sur le développement de sa pépite Hydralians, destinée aux métiers de l’eau et du jardin, en croissance malgré la pandémie.

6 mn

Descours & Cabaud devrait encore s'appuyer sur le dynamisme de son enseigne Hydralians, considérée comme une « pépite qui monte », et qui a notamment développé une solution de « jardin connecté » associant des technologies IoT applicables à différents domaines de la gestion de l'eau et du paysage (+80% au premier semestre 2021)
Descours & Cabaud devrait encore s'appuyer sur le dynamisme de son enseigne Hydralians, considérée comme une « pépite qui monte », et qui a notamment développé une solution de « jardin connecté » associant des technologies IoT applicables à différents domaines de la gestion de l'eau et du paysage (+80% au premier semestre 2021) (Crédits : D&C)

Après une légère progression de +3% enregistrée l'année précédente, le cru 2020 aura été, sans surprise, un peu moins prometteur pour le groupe de négoce lyonnais.

Lors son unique conférence de presse annuelle, le négociant en fournitures pour l'industrie et le bâtiment Descours & Cabaud aura en effet présenté un chiffre d'affaires de 3,7 milliards d'euros. Soit un repli de -5% seule­ment (3,9 milliards en 2019), assorti toutefois d'un résul­tat courant avant impôt (presque stable) de 143 millions d'euros.

Le lyonnais aura ainsi réussi à limiter fortement sa chute, dans un contexte de pandémie mondiale ayant affecté l'ensemble des places de marchés mondiales. Avec selon le président du directoire, « une capa­cité de rési­lience éprouvée, prin­ci­pa­le­ment due à la décen­tra­li­sa­tion du groupe », pour un acteur qui se veut désormais deux fois centenaire (239 ans exactement) depuis sa création en 1782.

Avec une part des ventes réalisées hors de France qui atteint tout de même un nouveau record à 36% en 2020, notamment grâce à une stratégie d'acquisitions offensive et à un siège lyonnais rénové récemment, qui ne comprend que 3% des 14.000 salariés du groupe.

Une crise, trois enseignes qui dessinent leur propre chemin

Chacune de ses enseignes aura également réagi différemment à cette crise sanitaire : Descours & Cabaud aura par exemple pu répondre notamment à la demande croissante en matière d'équipements de protection individuelle, l'un de ses métiers historiques de sa marque Dexis, dont le bon niveau de stocks lui aura permis d'enregistrer une croissance de +17% sur ce segment.

De son côté, son enseigne Hydralians, spécialisée dans les métiers de l'eau et du paysage, a poursuivi le chemin de sa croissance (+7,1%), avec une structuration désormais par activité qui se décompose en une gamme de piscines et d'arrosage, d'irrigation agricole, d'assainissement et de traitement des eaux, et de canalisations pour les eaux pluviales.

Elle en aura d'ailleurs profité pour ouvrir cette année de nouveaux points de vente à Nîmes, Roanne, Paris et Pavillon-sous-Bois et lancer une marque propre (Flowdians) destinée aux professionnels des métiers de l'eau, avec de de nouveaux produits pour la piscine (+66% de chiffre d'affaires entre janvier et mai 2021).

« L'enseigne Hydralians a bénéficié d'une tendance des citadins à migrer vers des zones rurales, portée par l'essor du télétravail, qui a entraîné une demande croissante d'aménagements paysagers », note le groupe.

D'un autre côté, portrait plus mitigé pour son enseigne Prolians, dédiée au secteur de la construction, qui a quant à elle enregistré une baisse de -9,9% en France au cours des douze derniers mois en raison du Covid, tout en pouvant compter plus globalement sur un rebond de +13% au niveau européen.

Avec surtout, une reprise du marché de la rénovation qui aura permis de tirer de nouveau la demande en France à compter du second semestre 2020. Le groupe note par ailleurs qu'« au premier semestre 2021, l'enseigne Prolians bénéficie d'une tendance positive du marché de la construction et d'une inflation qui se confirme pour les produits métallurgiques ».

Le résultat d'une stratégie d'acquisitions offensive jusqu'ici

Il faut aussi dire qu'une année avant l'apparition du Covid, Descours & Cabaud poursuivrait encore une stratégie d'acquisition offensive, en intégrant pas moins de 25 nouvelles sociétés, dont une implantation au Portugal (via le rachat de Sintimex), et une autre en Floride (avec l'acquisition de Profast). Et si l'on remontre aux cinq dernières années, le groupe aura même complété pas moins de 50 acquisitions.

Cette stratégie aura eu pour effet de consolider et équilibrer ses positions sur la scène mondiale, pour un groupe qui dénombre désormais 720 points de vente dans 14 pays, et un réseau de 18 plateformes logistiques, en France comme à l'international, pour chacune de ses enseignes. Et de bénéficier, par la même occasion d'une forte reprise des marchés internationaux dès le second semestre 2020.

Toujours dans cette optique, Descours & Cabaud aura d'ailleurs investi près de 100 millions d'euros sur trois ans en vue de redessiner le maillage logis­tique de son réseau, par métiers, à travers notamment son enseigne Prolians dédiée à la construc­tion, désormais en mesure de proposer trois fois plus de références qu'auparavant. Avec l'intégration également d'un nouveau CRM, mais aussi d'un service de "click and collect", lui apportant une hausse des commandes de +76% entre janvier et mai 2021.

Résultat ? Le négociant aura réussi à doubler le volume d'affaires de sa branche de négoce, dédiée au marché des professionnels à l'international, passant ainsi de 17% à 36% de son chiffre d'af­faires sur la période 2015 et 2020.

« Il faut oser l'op­ti­misme, nous allons conti­nuer dans notre dyna­mique de trans­for­ma­tion. Nous avons un démar­rage posi­tif sur le premier semestre de 2021 », a annoncé devant la presse Philippe Masson­neau.

Les objectifs pour 2021 : du « green » et de la relocalisation

Prochain objectif ? Renforcer la visibilité et la structuration de ses trois enseignes clés (Dexis, Prolians et Hydralians), tout en développant encore davantage ses marques propres, dans plusieurs domaines, dont les équipements de protection individuelle (EPI), qui représentent déjà 15% à 20% des ventes.

 Descours & Cabaud devra également faire face à un redémarrage de l'activité jugé « bon voire très bon » en ce début d'année, même si l'inflation des prix des matières premières, et notamment de l'acier, couplé à de forte tensions sur les chaînes d'approvisionnement suscitant des délais de 3 à 6 mois, pourraient venir perturber la reprise.

De même que le manque de main d'œuvre, car à l'image d'autres secteurs, les activités du négociant lyonnais pâtissent d'un manque de candidats, estimé à 150 personnes en France.

Cependant, le groupe devrait encore s'appuyer sur le dynamisme de son enseigne Hydralians, considérée comme une « pépite qui monte », et qui a notamment développé une solution de « jardin connecté » associant des technologies IoT applicables à différents domaines de la gestion de l'eau et du paysage (comme la piscine, l'éclairage ou l'arrosage), enregistrant un bond de +80% de chiffre d'affaires au cours du premier semestre 2021.

Même chose avec son offre de solutions d'économie d'énergie pour les stations de pompage, qui représentent à l'origine 10% de la consommation électrique mondiale. Une nouvelle offre intégrant des gammes de produits de haute performance, des prestations de pause et paramétrage ont permis au groupe de doubler son volume d'affaires sur ce segment au cours des six derniers mois.

Par ailleurs, le négociant lyonnais envisagerait également désormais, à la lumière de la crise sanitaire, une réorientation stratégique, vis-à-vis de ses fournisseurs asiatiques notamment :

« On envisage un désengagement progressif de Chine et d'Asie sur certaines lignes de produits, avec un recentrage sur le périmètre européen, mais ça ne se fera pas d'un claquement de doigts », avait expliqué lors d'une présentation à la presse le directeur du développement, Alain Morvand. Glissant que toutefois, il s'agissait encore « d'une décision à mettre en œuvre ».

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.