"L’année 2020 a démontré plus que jamais la force de la décentralisation bancaire" (Crédit Agricole Centre-Est)

 |  | 2302 mots
Lecture 12 min.
Nous avons mis sur pause près de 100 millions d'euros de crédits l'an dernier, et 80 % de ces clients ont été capables de remettre ensuite en marche leurs tableaux d'amortissements en fin d'année, confirme le dg du Crédit Agricole Centre-Est, Raphaël Appert.
"Nous avons mis sur pause près de 100 millions d'euros de crédits l'an dernier, et 80 % de ces clients ont été capables de remettre ensuite en marche leurs tableaux d'amortissements en fin d'année", confirme le dg du Crédit Agricole Centre-Est, Raphaël Appert. (Crédits : DR)
GRAND ENTRETIEN. En pleine période de clôture des résultats annuels au sein du tissu bancaire -le réseau Crédit Agricole décryptera lui-même ses résultats le 11 février-, le Crédit Agricole Centre-Est (3.000 collaborateurs) amorce une nouvelle année avec des résultats qu’il estime solides. Selon son directeur général, Raphaël Appert, la crise aurait conforté le modèle de la banque coopérative en régions. Il en profite également pour revenir sur certains sujets clés (plan de transformation de ses agences, rénovation de son siège en cours, accompagnement des jeunes et des PGE, etc) avec une conviction : il faudra aider davantage les jeunes.

LA TRIBUNE AURA - Vous venez de clôturer vos résultats annuels, en parallèle à ceux de l'ensemble du réseau Crédit Agricole qui doivent encore être annoncés le 11 février prochain, après une année 2020 marquée par la pandémie : quels enseignements en tirez-vous pour le modèle de banque coopérative que vous défendez ?

RAPHAEL APPERT - Le modèle de proximité que défend le Crédit Agricole est attractif. La première démonstration en est la progression du nombre de nos clients, qui sont désormais 1,265 millions, dont 50.000 nouveaux clients qui nous ont rejoints l'an dernier. Nous sommes présents sur six départements, dont trois que nous partageons avec la caisse régionale Sud Rhône-Alpes.

Nous avons près de 300 agences qui font l'objet d'un plan de transformation et de rénovation, aujourd'hui engagé depuis cinq ans à plus de 60%, pour un montant de 100 millions d'euros.

Cette enveloppe nous permet de nous transformer pour répondre à l'attente de nos clients, afin de traiter l'ensemble de leurs besoins désormais physiques et digitaux, mais également, d'en faire des espaces plus collaboratifs pour nos équipes.

Nous comptons près de 3.000 collaborateurs, dont les deux tiers sont en contact direct avec nos clients dans nos agences et centres d'affaires, ce qui est aussi une particularité.

Comment avez-vous géré vos ressources humaines sur une telle période, marquée au sein du tissu économique par les mesures de chômage partiel ?

L'an dernier, nous avons poursuivi notre politique d'embauches. Notre turn-over naturel est très faible, mais nous continuons d'embaucher près de 200 personnes par an. Il s'agit d'un élément de vitalité très important de notre caisse régionale.

Durant cette période, nous avons également maintenu nos engagements en recrutant 35 stagiaires en 2020, ce qui constitue un élément important au sein de la période actuelle, où les jeunes ont du mal à trouver des entreprises qui les accueillent. C'est la même chose avec l'alternance, où nous avons continué d'embaucher 115 jeunes cette année.

Car il est aussi important d'assurer le renouvellement de nos équipes et d'offrir des possibilités aux jeunes sous différents aspects.

Comment s'est traduit le dispositif du PGE au sein de votre caisse régionale ?

Ce sont près d'un milliard d'euros de PGE qui ont été attribués (950 millions d'euros très exactement) à 8.000 entreprises du territoire, l'an dernier, par le Crédit Agricole Centre-Est.

Il était important pour nous que les professionnels de proximité ainsi que nos clients agriculteurs, puissent bénéficier de ces mesures, tout autant que des PME et grandes entreprises. C'est d'ailleurs là où l'on voit l'importance et l'intérêt...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :