L'industrie, une spécificité du Nouveau Rhône

Malgré la crise qu'a pu connaître le secteur des textiles, l'industrie, tant traditionnelle que moderne, reste une des spécificités du Nouveau Rhône. Avec cependant des disparités importantes entre les territoires qui le composent.
(Crédits : © Yves Herman / Reuters)

"Le département garde son caractère productif et industriel", engage Serge Maury, co-auteur d'une étude de l'Insee sur l'économie et l'emploi dans le Rhône hors-métropole, publiée en février 2016.

Afin d'établir ce diagnostic, l'Insee s'est notamment associé au département du Rhône, amputé depuis le 1er janvier 2015 d'une grande partie de son territoire, suite à la création de la métropole de Lyon.

20 % des emplois sont industriels

Pour comprendre la configuration de la structure économique du département, toujours à forte dominance industrielle, trois éléments sont à prendre en considération.

La répartition des emplois, d'abord. Au total, le Rhône compte 160 000 emplois salariés et non salariés. Or, l'industrie représente 20 % des emplois, contre 16 % par rapport à la zone de référence, composée de territoires aux profils similaires, retenue par l'Insee. 35 établissements industriels comptent plus de 250 salariés.

Deuxième élément, l'économie productive, qui comprend l'agriculture, l'industrie et le tertiaire productif, reste la plus affirmée. Cet emploi productif représente 44 % des emplois dans le Rhône. S'il n'est pas majoritaire, il reste dynamique et "résiste", selon Serge Maury.

Dernier critère, l'indice de spécificité. Selon les chiffres de l'Insee, la part de l'emploi dans la fabrication de textile est par exemple deux fois plus importante dans le Rhône que dans la zone de référence. "Parmi les plus fortes spécialisations, on ne trouve que des secteurs liés à l'industrie", continue Serge Maury. Avec en haut du tableau la fabrication de textiles, les industries manufacturières, les transports et l'entreposage.

Disparité des territoires

Cependant, si sur l'ensemble du département, l'industrie reste largement développée, des disparités existent. Sur le territoire allant du Haut-Beaujolais au Chamousset-en-Lyonnais, en passant par l'ouest rhodanien, l'emploi industriel représente plus de 24 % des emplois.

Une industrie essentiellement manufacturière. On compte aussi bien des industries traditionnelles, comme le textile ou l'alimentaire, qu'une industrie plus moderne, avec la fabrication d'équipements électriques dans le secteur de Chamousset-en-Lyonnais. Ce territoire a également pour particularité une forte présence de l'agriculture (entre 12 et 15 % de l'emploi).

Du côté du pays de l'Ozon, de la vallée du Garon et de l'est lyonnais, la prédominance industrielle est forte, puisqu'elle représente 22 % des emplois. Tandis que l'agriculture est pratiquement absente. À l'inverse, au centre du département, le poids de l'agriculture varie de 9  % à 15 %.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.