Pour rebondir et continuer à exporter, le fabricant de skis Dynastar réinvestit en France

C'est un pari de relance, dans un secteur reconnu comme l'un des plus sinistrés par la crise sanitaire. A l'issue d'une saison blanche enregistrée par les stations de sports d'hiver, le fabricant de skis haut de gamme Dynastar, propriété du groupe Rossignol, compte rebondir en relocalisant, au pied du Mont-Blanc, sa production de skis haut de gamme jusqu'ici partie en Espagne, avec l'aide d'une enveloppe de la Région.

3 mn

Pour sa relance, Dynastar nourrit une ambition : ramener une production de 10.000 paires de ski de compétition, actuellement fabriquées en Espagne, sur le site haut-savoyard de Sallanches.
Pour sa relance, Dynastar nourrit une ambition : ramener une production de 10.000 paires de ski de compétition, actuellement fabriquées en Espagne, sur le site haut-savoyard de Sallanches. (Crédits : DR)

On pourrait imaginer que la sinistrose a envahi les fabricants de matériel de ski avec la pandémie de Covid-19 et la fermeture des stations de sports d'hiver. Mais ce serait résumer trop vite.

Après une saison blanche au sein des stations de ski, le fabricant haut-savoyard Dynastar, et son actionnaire, le groupe Rossignol (détenu lui-même par le suédois Altor Equity Partners depuis 2013), ont vu leurs ventes dans l'Hexagone être divisées par trois, concède Vincent Wauters, le nouveau directeur général de Rossignol, nommé en décembre dernier.

Bien que cette chute soit à envisager sur deux années consécutives, étant donné que les loueurs et les magasins de matériel de ski ne renouvelleront pas leurs stocks à l'issue d'un hiver complètement atone, la partie est loin d'être terminée pour autant.

Un pic à venir, alimenté par un fort engouement

Car ce serait oublier que le groupe Rossignol, fondé en 1907, réalise 80% de son chiffre d'affaires hors de France.

Après une forte baisse des commandes en début de saison -la chute a atteint -25% pour le marché situé aux États-Unis, par exemple - les demandes de réassorts provenant de stations en activité ont, au contraire, fait rebondir les ventes mondiales du groupe français.

Alors que la France fait partie des trois seuls pays à avoir mis à l'arrêt complètement sa saison de ski, "d'autres places importantes du ski mondial, comme l'Amérique du nord, la Scandinavie, la Suisse et l'Autriche ont continué à faire tourner leurs remontées mécaniques", rappelle Vincent Wauters.

De quoi dénoircir un peu le tableau global qui s'ouvre pour la saison prochaine au sein des équipementiers du ski, même s'il demeure nuancé :

« Le carnet de commandes de l'hiver prochain se situe pour l'instant à un pic historique, affirme Vincent Wauters. On observe les mêmes tendances au Canada et en Scandinavie, ainsi qu'un engouement très fort pour les nouvelles pratiques de sports d'hiver comme le ski de fond et le ski de randonnée. »

Pour autant en France, c'est plutôt la morosité qui domine le marché. Numéro deux à l'échelle de l'Hexagone, la marque haut de gamme Dynastar, créée en 1963 lors de la fusion des skis Starflex et Dynamic et propriété de Rossignol depuis 1967, a donc choisi d'être créative pour rebondir le plus rapidement possible.

Un pari pour rebondir sur le marché français

Rossignol s'apprête donc à développer son site de production de Sallanches (Haute-Savoie), l'un de ses trois sites de production en France. Soit « là où a été créée la marque en 1963, face au Mont Blanc et à côté de Chamonix », précise son nouveau dg.

Le 8 avril dernier, une visite du président LR Laurent Wauquiez a confirmé l'octroi d'une enveloppe de soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, venue apporter 1,2 millions d'euros sur trois ans au groupe.

Objectif : ramener une production de 10.000 paires de ski de compétition, actuellement fabriquées en Espagne, sur le site haut-savoyard, tandis que le site de Sallanches se transformera pour devenir un site destiné aux petites séries, en se tournant plutôt vers le haut de gamme.

« Nous voulons faire de Sallanches un lieu d'excellence de savoir-faire technique, où nous pourrons démontrer toutes les compétences déployées pour fabriquer les skis de course les plus performants », assure M. Wauters.

Pour faire cette démonstration, Rossignol va ouvrir le site de production aux athlètes, afin d'en faire un lieu de finalisation technique des paires de ski de compétition. Le groupe compte aussi transformer ce lieu en un outil commercial, accueillant également le grand public, qui sera invité à venir voir la production de skis utilisés dans les grandes compétitions internationales.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.