Jean-Baptiste Yvon (dg d'Axandus) : "50 % de nos startups ont industrialisé leur produit"

Jean-Baptiste Yvon qui dirige l'accélération industriel Axandus lancé en 2014 par l'industriel EFI Automotive basé à Beynost, dans l'Ain, dresse un premier bilan de trois ans d'existence. Quarante startups ont été, ou sont, accompagnées dans l'industrialisation et accès au marché de leurs produits. La moitié vole de ses propres ailes.

3 mn

(Crédits : DR)

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Axandus se présente comme le premier accélérateur industriel privé actif. Pourquoi le groupe EFI Automotiv a t-il décidé d'une telle initiative en 2014 ?

JEAN-BAPTISTE YVON. EFI Automotive, équipementier automobile de premier rang, est une ETI familiale* qui cherche à se renouveler. C'est une façon d'être en contact avec des startups extérieures. Il n'y a pas forcément une volonté de retour sur investissement. Avec certaines d'entre elles, nous ressentons le besoin de lier des partenariats, comme avec des industriels bien installés (Somfy, etc.).

Combien de startups avez vous accompagnées au cours de ces trois premières années ? Sur quels critères les choisissez vous ?

Nous avons accompagné 40 startups. Nous nous concentrons sur celles qui correspondent à notre cœur de métier et ce que nous savons faire, des systèmes électroniques, mécatroniques dont la taille ne dépasse pas celle d'une boite à chaussures.

Nous nous adressons à des projets dont la preuve de concept a été démontrée. Des projets qui ne sont plus en incubation et qui ont effectué leur tour de table d'amorçage. Elles ont un premier client cible et doivent résoudre des problèmes liés au service après vente. Elles dépensent du cash pour les résoudre et nous les aidons dans cette phase d'industrialisation et d'accès au marché. De l'idée à la production, il a été observé un besoin moyen de financement de l'ordre de cinq millions d'euros et nous pouvons leur en faire économiser un.

Comment les accompagnez vous ?

Tout d'abord nous avons validé une méthode d'entretien téléphonique pour sélectionner rapidement, pour ne pas perdre de temps, les projets que nous allons accompagner. C'est environ 10 % des demandes que nous recevons. Un espace a été attribué à Axandus au sein du site de Beynost. L'équipe mise à la disposition de l'accélérateur se compose de 4 cadres détachés de EFI,  un designer expérimenté, un industriel, un acheteur et moi-même pour la partie business développement.

Nous leur donnons accès aux moyens du groupe. Nous leur facturons les prestations. C'est un budget de 1 million d'euros qui sera à l'équilibre cette année. Cette activité n'a pas été filialisée, c'est une division.

Combien des sociétés accompagnées volent aujourd'hui de leurs propres ailes ?

Au terme de ces trois ans nous constatons que 50 % ont industrialisé leur produit en série. Nous accueillons en résidence la ligne de fabrication de Primo 1D, une startup grenobloise qui incorpore des puces RFID dans des fibres textiles et plastiques car cette technologie nous intéresse. Notre vocation n'est pas d'héberger les startups ni de prendre des participations. Même si EFI a constitué, en 2015, une co-entreprise avec Brochier Technologies pour développer de nouvelles solutions de lumière dans l'automobile.

L'accélérateur a essaimé en septembre dernier dans le Grand Ouest où vous avez noué un partenariat avec Sercel, une autre ETI industrielle (leader mondial des équipements destinés à l'imagerie du sous-sol) sise à Carquefou, près de Nantes. Comment cela s'est passé ? Envisagez vous d'autres extensions ?

Sercel est venu nous voir pour présenter son projet. Ensemble nous avons convenu de l'intérêt de capitaliser sur le nom Axandus pour constituer une communauté, un réseau. Nous avons déjà commencé à mettre en commun nos expertises et nos savoir faire. Nos deux sites sont très complémentaires pour accueillir des startups et concrétiser les projets industriels en France. On se dit que dans l'Est ou en Allemagne existent également de belles ETI.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.