Conversion vers l'électrique : Phoenix Mobility se prépare à monter en puissance

La jeune pousse grenobloise Phoenix Mobility, spécialisée dans la conception de kits de conversion électriques pour les véhicules thermiques, vient de déménager à Saint-Martin-d’Hères pour s’installer dans un plus grand atelier. Elle se prépare à une forte montée en puissance de ses activités, compte-tenu de l’homologation à venir de son kit de conversion, consécutif à un arrêté ouvrant la voie au rétrofit depuis le début d’année.

5 mn

Phoenix Mobility développe des kits de conversion pour les moteurs thermiques dont la durabilité des cycles serait de 30 à 40% supérieure à une batterie classique.
Phoenix Mobility développe des kits de conversion pour les moteurs thermiques dont la durabilité des cycles serait de 30 à 40% supérieure à une batterie classique. (Crédits : DR)

Covid-19 ou pas, c'est une véritable explosion de la demande qu'anticipe la jeune pousse Phoenix mobility pour "le monde d'après". L'un de ses cinq cofondateurs, Antoine Desferet, parle même d'un environnement plus que jamais propice à l'éclosion du rétrofit. Car à la suite à la publication d'un arrêté au Journal Officiel autorisant le rétrofit d'un véhicule (sans ré-homologuation nécessaire par le constructeur) depuis le 3 avril dernier, les bons signes s'accumulent pour l'industrie.

"Les demandes de devis sur notre site se multiplient", confirme Antoine Desferet, qui comptabilise à ce jour près de 15 000 demandes émanant des particuliers et collectivités.

La jeune société, créée en juin 2018 par plusieurs anciens étudiants de l'INP Ense3 de Grenoble, attend d'une semaine à l'autre l'homologation de son premier kit de conversion auprès du Centre National de Réception des Véhicules (CNRV), l'autorité française désignée chargée de délivrer les homologations européennes des véhicules. Et vient également de boucler sa première levée de 600 000 euros auprès de business angels et family office, avec l'objectif d'atteindre au total les 2,5 millions d'euros d'ici fin 2020 en vue d'accélérer ses développements.

"Notre besoin total de liquidités s'élève à 5 millions d'euros, dont 2,5 millions d'euros de financements non dilutif. Nous recherchons à la fois du financement, mais aussi de l'expertise ainsi qu'une relation pérenne avec nos investisseurs potentiels", reprend le co-fondateur.

Des aides pour booster l'éclosion du marché

Depuis quelques mois, les clients de Phoenix Mobility peuvent désormais bénéficier d'une nouvelle subvention accordée par Grenoble Alpes Metropole depuis mars dernier et qui inclue, dans le champ des véhicules propres, le rétrofit.

"Grenoble est la première collectivité à proposer ce type d'aide, qui peut atteindre 4000 à 6000 euros par véhicule", résume Antoine Desferet.

Une subvention destinée aux professionnels souhaitant investir dans la conversion ou l'achat d'un véhicule utilitaire propre, et pouvant aller jusqu'à 40% du coût du véhicule.

Ce coup de pouce s'avère d'autant plus utile qu'il peut être cumulé avec les aides de l'Etat, pouvant atteindre elles-mêmes jusqu'à 5000 euros pour les professionnels. Car le principal obstacle de ce marché résidait jusqu'ici dans les prix à la conversion, actuellement situés entre 15 000 et 30 000 euros (hors aides) pour les véhicules utilitaires, en fonction de leur taille.

Un tarif qui pourrait donc chuter de près de 10 000 euros pour les professionnels, grâce aux aides actuelles.

"Il s'agit d'un environnement très propice qui incite les gens à changer de modèle et à convertir leur véhicule, en rendant la mobilité propre accessible. D'autant plus que dans cette offre, le prix comprend l'achat la batterie, qui n'est pas en location contrairement à d'autres formules", souligne le co-fondateur de Phoenix mobility.

Des discussions seraient déjà en cours des partenaires en vue de proposer, en parallèle, une offre de leasing de véhicules, visant à échelonner l'investissement initial sous forme de loyers. "Nous avons également toujours en tête l'objectif de réduction des coûts de production", glisse Antoine Desferet, qui espère encore à terme faire descendre la facture des professionnels de 5000 à 10 000 € supplémentaires.

Une montée en puissance rapide

Spécialisée dans la conception de batteries de nouvelle génération en lithium fer phosphate, un développement réalisé en partenariat avec le Laboratoire de Génie Electrique de Grenoble (G2Elab) de Grenoble INP, Phoenix Mobility se prépare déjà à passer à l'échelle supérieure.

Après la transformation de sept premiers véhicules, elle ambitionne de passer la barre des 1000 conversions cette année, pour atteindre des cibles encore plus ambitieuses de 100 000 conversions d'ici 2024 et même d'un million à compter de 2025. Elle vient pour cela de s'installer dans un atelier de 300 m² situé à Saint-Martin-d'Hères avec ses 12 salariés, et projette déjà d'installer une future unité industrielle d'assemblage de ses kits de rétrofit d'ici la fin de l'année sur le bassin grenoblois.

Pour l'heure, la jeune pousse se prépare en sécurisant l'approvisionnement de ses matières premières, produites pour 80 % en Europe, mais aussi en nouant des partenariats avec des garages, qui seront chargés d'installer eux-mêmes ses kits aux quatre coins de l'hexagone.

"Plus d'une centaine de garagistes nous ont déjà contactés à travers la France. Nous sommes en train de vérifier leur candidature et d'établir des contrats avec eux afin de formaliser nos partenariatsL'idéal serait d'atteindre une cible de 500 garages partenaires en vue de couvrir l'Hexagone", confie Antoine Desferet.

Le choix du BtoB pour grandir

Du côté de l'offre commerciale, la société vient de convertir un utilitaire pour le compte de la Ville de Grenoble, et devrait lancer courant juillet une offre destinée aux collectivités. Celle-ci comprendra dans un premier temps la conversion de trois types de véhicules utilitaires (Renault Master, Kangoo et Trafic), avant d'adresser d'autres modèles de véhicules utilitaires.

Avec une idée : standardiser la technologie ainsi que les manipulations nécessaires au procédé d'installation, afin de monter plus rapidement en volume. Car la société voit grand et espère se poser rapidement comme un acteur majeur de ce marché, en ciblant, à terme, la conversion de 1 % des 39 millions de véhicules qui circulent en France.

"Nous nous positionnons comme les seuls acteurs à maîtriser à ce jour l'intégralité de la chaîne de valeur du kit de conversion, en étant en contact direct avec les fournisseurs afin de réaliser nous-mêmes l'assemblage", indique le co-fondateur.

Un marché dont l'ampleur demeure néanmoins incertaine puisque d'après des estimations de l'AIRe (association des acteurs de l'industrie du rétrofit électrique), l'hypothèse haute pourrait se traduire par une transformation de 1% du parc automobile français d'ici 2025. Ce qui conduirait à la conversion de près de 400 000 voitures converties pour 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.