Le groupe ligérien Kidiliz se fait croquer par le chinois Semir

Le chinois Semir va racheter Kidiliz Group, ex-Zannier, leader européen de la mode enfantine. Une opération qui lui permettra de se rapprocher sérieusement du numéro 1 mondial, l’Américain Carters.
(Crédits : DR)

Le Ligérien Kidiliz Group, ex-Zannier, annonce ce matin être entré en négociations exclusives pour un rachat par le groupe chinois Semir. A plus de 70 ans, Roger Zannier franchit donc le pas de la cession du groupe qu'il avait fondé au début des années 60.

Le Chinois reprend l'intégralité du capital de Kidiliz, moins de six mois après la signature d'un accord d'importance entre Kidiliz et un autre chinois, Kaola Netease, géant du e-commerce, pour la distribution de six de ses marques.

Créé en 1996, Semir est un poids-lourd de l'habillement en Chine connu notamment pour ses marques propres Semir et Balabala (plus de 8 000 magasins). Il est également distributeur de la marque coréenne it Michaa (prêt-à-porter féminin haut-de-gamme), de la marque allemande Marc'O'Polo et a signé un accord de licence avec le groupe américain The Children Place.

Il a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires d'1,6 milliard d'euros, dont 25% en ligne, pour une valorisation boursière de 3,9 milliards d'euros. Il compte 3 000 collaborateurs.

Numéro 2 mondial de la mode enfantine

En s'unissant, Semir et Kidiliz (3 500 salariés ; 427 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2017, 15 marques dont Absorba, Catiminia, Z, 3 Pommes..) vont former le numéro 2 mondial de la mode enfantine.

Avec un chiffre d'affaires total de 2 milliards d'euros, ce nouvel ensemble sera néanmoins encore loin des 3,4 milliards de dollars de l'Américain Carters.

Cette acquisition permettra à Semir d'étendre ses tentacules hors de Chine.

"Nos atouts sont très complémentaires ; des synergies existent dans les domaines de l'accès aux marchés et des approvisionnements au niveau mondial", assure son président, Sam Qiu, dans un communiqué.

"Le développement à l'international de Kidiliz Group a toujours été un point majeur de notre stratégie long terme. Nous partageons avec le groupe Semir, qui nous apporte les moyens nécessaires pour consolider notre croissance en Europe et amplifier notre présence en Chine, une forte ambition de développement", se réjouit Rémy Baume, directeur général depuis 2013 de Kidiliz Group.

Il est prévu que Rémy Baume et ses équipes conservent leurs prérogatives.

Depuis son arrivée à la tête du groupe ligérien, Rémy Baume s'était attelé à réorienter l'entreprise en la recentrant sur la mode enfantine. IKKS, I-Code et One Step avaient ainsi été écartées du groupe en 2014, lui faisant perdre du même coup près de la moitié de son chiffre d'affaires. Une réorientation stratégique qui s'était accompagnée d'un plan social de 220 emplois.

Depuis, le groupe concentrait ses efforts sur l'international. Avec en emblème, son nouveau nom, Kidiliz, sonnant beaucoup mieux à l'étranger que Zannier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/05/2018 à 18:29
Signaler
c est enfin la fin d'un groupe déjà inexistant pour ne plus embaucher que des stagiaires- donc moins chers et moins compétents - et des CDD très courts !!!!! on va enfin réaliser le nombre de salariés inefficaces (voyages, hotels, salons) qui ne fai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.