Agriculture : comment le Sommet de l'élevage favorise la coopération agricole France Afrique

Le marché de la viande va exploser en Afrique dans les prochaines années. Le développement de l'élevage en Afrique de l'Ouest doit faire face à de nombreuses contraintes. Elles pourraient trouver des solutions à travers une coopération Nord Sud avec des partenaires techniques et financiers internationaux œuvrant dans le secteur. Les partenaires potentiels se sont retrouvés au Sommet de l'élevage.

4 mn

(Crédits : DR)

Pour la première fois en 28 ans, les pays de l'Afrique de l'Ouest (Sénégal, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Cameroun...) étaient invités d'honneur du Sommet de l'élevage.

Lire aussi : Sommet de l'élevage : toujours plus d'exposants à Clermont-Ferrand

Les délégations officielles de ces pays étaient accueillies avec un programme spécifique.

"La demande en produits carnés devrait exploser dans les prochaines années. Nous sommes un grand pays d'élevage. Nous ne travaillons cependant pas à la même échelle qu'ici", commentait Elhadj Abbadé Abouba, ministre de l'agriculture du Niger.

L'économie des pays d'Afrique de l'Ouest repose essentiellement sur le secteur rural qui occupe plus de 80% de la population active. L'agriculture et l'élevage constituent actuellement environ 50% du PIB global de la région et procurent 52,50% des emplois. Mais le développement du secteur fait face à de nombreuses contraintes qui pourraient trouver des solutions à travers une coopération Nord Sud avec des partenaires techniques et financiers internationaux œuvrant dans le secteur.

"La présence de l'Afrique de l'Ouest au Sommet de l'élevage visait avant avant tout un objectif de partenariat. Nous venons nous inspirer de votre expérience. Nos pays offrent de belles opportunités d'investissement", confirme le ministre de l'Agriculture du Niger.

Partenaires techniques et financiers internationaux

En partenariat avec Interbev, des visites d'élevages spécifiques pour les délégations africaines présentes leur ont permis de découvrir la filière locale. La semaine suivante, une session de formation en élevage laitier à Poisy (74) était également proposée aux délégations d'Afrique de l'Ouest.

"De quoi leur permettre une découverte complète de l'excellence française en matière d'élevage", se félicite Roger Blanc, président-fondateur du Sommet.

L'élevage contribue en moyenne à hauteur de 36% au PIB agricole des pays sahéliens contre une moyenne de 15% pour les pays côtiers.

"L'importance sociale et économique de la filière bétail-viande, retient l'attention des autorités comme filière porteuse et occupe une place de choix dans les politiques et stratégies de développement ; la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a inscrit l'élevage parmi les cinq filières prioritaires de la région", explique Sommanogo Koutou, ministre de l'agriculture du Burkina Faso, venu avec une délégation de trente personnes.

Bien qu'elle ne soit pas certifiée, "l'Afrique de l'Ouest offre de belles perspectives d'agriculture et d'élevage biologique" rappelait le ministre de l'Agriculture du Niger. Au titre des préoccupations des décideurs africains, la production de lait local et sa valorisation et consommation sur place était aussi d'actualité.

Le marché local est envahi de lait venu d'autres continents, dégraissé et enrichit en huile de palme dont le faible coût concurrence gravement la production de lait locale. Quelques rares firmes laitières occidentales expérimentent récemment la collecte du lait local. L'essor de la consommation de lait assure un marché prometteur.

Enfin les analystes estiment que la demande de produits carnés en Afrique de l'Ouest va augmenter de 250 % à l'horizon 2020 dans un contexte social marqué par une demande très dynamique liée à la croissance démographique, à l'urbanisation galopante, à l'amélioration du pouvoir d'achat des populations ainsi qu'à l'émergence d'une classe moyenne de plus en plus exigeante en produits de qualité.

La présence de l'Afrique de l'Ouest au Sommet pourrait permettre de trouver des solutions à certaines contraintes à travers une coopération avec des partenaires techniques et financiers internationaux.

Inspiré du Sommet de l'élevage de Clermont-Ferrand, un Salon de l'élevage du Burkina Faso s'est tenu en 2018 et le prochain se déroulera du 25 au 29 novembre 2020.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.