La philosophie a-t-elle sa place dans l'entreprise ?

C’est un cycle de trois conférences qui met en miroir de façon inédite « philosophie et management ». Proposée par Acteurs de l’Economie et l’IAE Lyon, la première interrogeait le 14 novembre : la philosophie peut-elle sauver l’entreprise ?
(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)

Idéalement, il serait bien que philosophes et managers se parlent plus, la philosophie étant l'art de poser les questions, introduire le doute, cerner la subjectivité. « La philosophie n'a jamais sauvé personne », tranche Bruno Roche agrégé de philosophie et responsable du département « entreprise » au Collège Supérieur, « elle s'intéresse peu aux structures, aux dispositifs mais en revanche elle peut s'interroger sur les dispositions prises, c'est toute la question du sens ».

Epopée collective

Jean-Philippe Demael, directeur général du groupe Somfy, spécialiste de la gestion intelligente des ouvertures de la maison (on dit aussi domotique, maison intelligente) et leader mondial incontesté avec 60% de parts de marché, place justement cette question du sens au centre de sa pratique de dirigeant. Ce n'est pas un hasard. Car cet homme qui pilote un groupe pesant un milliard d'euros de chiffre d'affaire et 8000 personnes dans le monde, a failli devenir philosophe et se nourrit toujours de cette sensibilité comme de poésie, d'art. Alors pour ses troupes il veut du rêve partagé, de l'épopée collective.

« Je veux que chaque personne en arrivant le matin ait la conviction de participer à une utopie que seule son entreprise peut lui apporter. Il doit être persuadé qu'au delà des parts de marché gagnées, elle contribue à rendre le monde meilleur. Les jeunes générations sont particulièrement sensibles à l'image de leur entreprise, ont besoin d'en être fières ». Cette ambition exigeante s'inscrit dans le projet d'entreprise et se valide via des enquêtes mesurant le degré de motivation et d'adhésion des salariés. « Nous avons des taux de 98%, le scepticisme sur cette nécessité du sens vient du top management, eux ils parlent prix, produits... »

Philosophie et entreprise

Jean-Philippe Demael, directeur général du groupe Somfy.

Manipulation ?

Bruno Roche confirme ce besoin « anthropologique » de sens pour les jeunes générations, cette attente d'épopée collective mais en philosophe averti, il introduit immédiatement le doute et interroge le dirigeant de Somfy : « vous me parlez de relations visant le sens mais n'est-il pas question surtout de pouvoir ? Et cette façon d'entrainer au rêve, ne serait-ce pas surtout pour mieux faire gober la réalité ? » Jean-Philippe Demael est bien conscient de cette ambiguïté, s'interroge sur les risques de manipulation, sait qu'il faut « du vrai sens et non de la communication » et tranche avec lucidité : « je suis à l'aise avec l'ambiguïté, tant mieux si au final cette dimension rêve est bonne pour l'entreprise, bonne pour sa cohésion sociale, son attractivité ».

Dialogue riche et fluide

Le dialogue fut riche et fluide entre le manager et le philosophe d'autant que ce dernier est par ailleurs coach de dirigeants. Tandis que le public n'en perdait pas une miette, manifestant son intérêt par des questions nombreuses, des applaudissements. Jean-Philippe Demael a défendu le « vivre ensemble », Bruno Roche a parlé de la valeur morale du « bien » précieuse dans le processus du travail car elle introduit la reconnaissance de l'individu. Selon la philosophe Hannah Arendt, c'est ce qui fait toute la différence entre « travail » et « œuvre ».

Philosophie et entreprise

Bruno Roche agrégé de philosophie et responsable du département « entreprise » au Collège Supérieur.

Ancrage

Le philosophe est celui qui pose des questions, Bruno Roche insiste : « la philosophie donne des questions, pas des réponses, j'interroge un dirigeant : pourquoi faites vous de la RSE ? A quoi sert cette Charte des valeurs que vous affichez partout ? La philosophie apporte de l'ancrage à l'entreprise alors que celle-ci recherche avant tout de l'efficacité, de l'efficience fonctionnelle. Pour ce faire, elle a de plus en plus recours à des sociologues et des psychologues ». Dommage, semble penser le philosophe déplorant que sa discipline soit trop écartée du monde du travail.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/11/2014 à 9:31
Signaler
Je suis dirigeant d’une entreprise de conseil,… Si les chiffres rythment la vie de nos entreprises, une entreprise sans les Hommes n’est rien. L’Intelligence dans la gouvernance fait la différence, aptitude à réfléchir à comprendre et établir des li...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.