Immobilier d'entreprise : pour leurs nouveaux locaux, ils ont osé !

 |  | 485 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Au-delà des cadres traditionnels de l’immobilier d’entreprise, certains ont décidé de casser les codes. Premier volet avec PwC. Le géant de l'audit et du conseil se décloisonne au Grand Hôtel-Dieu de Lyon où il occupe, depuis l’année dernière, plus de 3 000 mètres carrés.

"C'est indéniable, il y a un "effet waouh" quand on entre ici. Au début, les collaborateurs nous disaient qu'ils se croyaient chez Google !"

Cela fait près d'un an et demi que PwC a abandonné ses locaux vieillissants du VIe arrondissement de Lyon pour s'installer dans le Grand Hôtel-Dieu, et Nicolas Brunetaud, le responsable régional du cabinet d'audit et de conseil, a toujours autant d'enthousiasme à faire la visite de ce "lieu atypique et emblématique de l'histoire de
Lyon".

D'autant que le groupe a profité de ce déménagement dans l'ancien hôpital lyonnais, dessiné au xviiie siècle par l'architecte Soufflot - qui accueillait des patients jusqu'en 2010 avant sa reconversion en boutiques, bureaux et hôtel de luxe -, pour déployer son projet Workplace of the Future présenté comme une "transformation culturelle" du cabinet.

Transformer les contraintes en opportunités

Il y a, d'abord, le bâtiment, majestueux. Les 240 collaborateurs de PwC se partageront
désormais trois étages sur une surface totale de 3100 mètres carrés avec vues sur les quais du Rhône, la basilique de Fourvière, le Dôme ou encore les cours intérieures du Grand Hôtel-Dieu avec sa nouvelle verrière. Puis, il y a les espaces de travail, ultra-design, agencés selon un maître-mot : le « décloisonnement», avec la suppression des bureaux fermés nominatifs désormais remplacés par du flex office pour tous.

"Plus personne, y compris moi, n'a de place attribuée. Les collaborateurs sont libres de s'installer où ils veulent en fonction de leur humeur ou de leurs besoins. Nous passons d'un aménagement traditionnel à une variété d'espaces. Nous avons cherché à sublimer l'architecture si singulière du site. L'objectif a été de transformer les contraintes architecturales en opportunités pour favoriser les échanges pour plus d'idéation et de créativité", expose Nicolas Brunetaud.

Avec, au choix, des alcôves intimes pour s'isoler, des bulles pour téléphoner sans déranger ses voisins, des mezzanines transformées en coin salon pour les échanges informels, des espaces de réunion fermés pour le travail collaboratif...

Des nouveaux bureaux, récompensés par le prix du meilleur environnement de travail au
palmarès des Trophées Arseg 2018, entraînant véritablement une nouvelle façon de travailler :

"Les collaborateurs des différents départements sont davantage amenés à se rencontrer dans les espaces partagés. Cela génère naturellement plus d'interactions et donc plus de collaborations", rapporte Nicolas Brunetaud.

Le directeur régional note également un changement de posture radical de la part du management dont le statut ne se mesure plus à la taille du bureau :

"Le décloisonnement est également hiérarchique, et cela change les rapports."

Enfin, Nicolas Brunetaud constate que les clients se déplacent beaucoup plus volontiers dans les locaux de PwC depuis le déménagement au Grand Hôtel-Dieu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :