La Ligne Vertuose : l’économie circulaire au service de l’inclusion sociale

A Lyon, plusieurs entrepreneurs se sont fédérés pour lancer un projet solidaire, la Ligne Vertuose. Des jeunes en difficulté fabriquent du mobilier design à partir de chutes de bois. Le fruit de leur travail est commercialisé et permet de financer leurs formations.

3 mn

(Crédits : DR)

La démarche vient d'être reconnue "Innovation sociétale" par la Bpi. Elle est portée par cinq entreprises lyonnaises : le cabinet de design Ergon'homme, l'électricien Bettin, le menuisier AAG, le spécialiste de l'équipement de magasins Oletal et ATA (aluminium). Ensemble, ils ont créé l'association "La Ligne Vertuose", un projet mêlant économie circulaire et insertion sociale.

Le principe : faire fabriquer du mobilier design à des jeunes en déshérence, à partir de chutes de bois inutilisables. En échange de leur travail, ces menuisiers temporaires bénéficient de subventions pour financer leurs formations ou un permis de conduire par exemple.

Du mobilier premium et design

"Je suis designer de métier. La ligne Vertuose est partie d'une question toute simple posée à un menuisier avec lequel je travaillais. Je me suis intéressé à ses chutes. Non seulement il n'en faisait rien mais en plus cela lui coûtait de l'argent de s'en débarrasser !", raconte Guillaume Bourdon, dirigeant d'Ergon'homme.

Grâce notamment à son réseau au sein du CJD, le designer a monté une petite équipe d'entrepreneurs et s'est rapproché de deux associations : le Prado (association régionale de protection de l'enfance et de la jeunesse) et le GREP (Groupe pour l'emploi des probationnaires). A la charge de ces structures d'identifier les jeunes ou adultes. "En fonction de leurs demandes de formations, ou autres, pour se remettre en selle, nous établissons le nombre d'heures de travail correspondant. Cela leur permet de prendre conscience que leur travail a de la valeur et qu'ils sont acteurs de leur réussite".

Au sein de la menuiserie, avec l'aide de tuteurs, ils créent ainsi leur mobilier avec les chutes du moment, selon les plans définis par le designer.

"Ils peuvent faire des tables, des tables basses, des étagères. Chacun mobilier est unique puisque fabriqué selon les chutes disponibles. Cela donne des ensembles colorés, originaux et des jeunes valorisés," poursuit-il.

Le mobilier est ensuite vendu via Oletal ou grâce au réseau des cinq entrepreneurs solidaires. Ils ont par exemple décroché une commande de 37 têtes de lit pour l'hôtel de Simplon à Lyon. 60% de la marge est reversée aux associations partenaires pour financer spécifiquement le travailleur accompagné. Le reste permet d'entretenir les machines et de faire tourner l'association.

"Nous avons imaginé un système équilibré afin de maintenir et de pérenniser cette activité", détaille-t-il.

150 jeunes par an

Après deux années de tâtonnements et mise en route, La Ligne Vertuose veut désormais passer la seconde et professionnaliser son activité, notamment en établissant une stratégie commerciale solide. D'ici à la fin de l'année, un site e-commerce devrait notamment être lancé.

Une quarantaine de jeunes Lyonnais a déjà été épaulée depuis le lancement. En vitesse de croisière, ils devraient être plus de 150 à sortir la tête de l'eau chaque année grâce à l'initiative de ces entrepreneurs.

Soutenus par la fondation Emergences, ils réfléchissent désormais à essaimer ailleurs en France.

"Grâce à la labellisation BPI, nous sommes crédibles et bien accueillis partout. Lorsque notre modèle sera bien établi, nous partirons en recherche d'autres menuisiers et associations à travers la France", conclut-il.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 24/09/2018 à 17:47
Signaler
Bonjour, Je suis abonné et pourtant l'accès m'est refusé ? Cordialement

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.