Saint-Etienne se rêve en capitale de l’ingénierie de surface

Pendant deux jours, Saint-Etienne va devenir la capitale de l’ingénierie de surface à l'occasion de la première Biennale de la Manufacture des surfaces, les 2 et 3 octobre prochains. L'occasion pour l'écosystème stéphanois d'affirmer son savoir-faire en la matière, reconnu par l'implantation de l’Ecole universitaire de recherche, Manutech Sleight.

3 mn

(Crédits : DR)

Avec la première édition de sa biennale "Manufacture des surfaces", Saint-Etienne entend bien asseoir son leadership national en matière d'ingénierie des surfaces. Cet événement professionnel se tiendra les 2 et 3 octobre prochain à la Cité du Design.

Plus de 300 personnes sont attendues pour ces deux jours de conférences scientifiques et techniques sur la thématique du traitement de surface : enjeux, texturation des surfaces par laser femtoseconde, fonctionnalisation des surfaces....

Porté par le pôle de compétitivité Viameca, l'événement est largement soutenu par la Métropole et la Région.

"Le salon Manufacture des surfaces s'inscrit dans la volonté de franchir une nouvelle étape dans la lisibilité de nos savoir-faire et notre politique locale de soutien à l'industrie, en installant un événement récurrent tous les deux ans, rendez-vous incontournable des communautés scientifiques, pédagogiques et économiques du domaine", décrypte Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne.

Un écosystème local

"Je ne suis pas originaire d'ici, je peux donc le dire d'autant plus librement : je crois que l'écosystème du traitement de surface présent à Saint-Etienne est assez unique en France. Nous avons ici toute la partie amont avec une université et des grandes écoles pionnières sur ces questions, un industriel mondialement reconnu dans ce domaine et, entre les deux, la plateforme Manutech pour faire l'interface entre la science et l'industrie", confirme Jean-Marc Poirson, directeur général de HEF, poids-lourd international du traitement de surface et implanté historiquement dans la région stéphanoise.

Manutech est un GIE rassemblant les acteurs de la recherche publique et de l'industrie autour d'un Equipex permettant d'explorer et d'exploiter les nouvelles possibilités offertes par les lasers femtosecondes. Ces derniers permettent de créer des texturations à la surface de tous les matériaux avec une précision micrométrique. "Avec cet événement de la Biennale de la Manufacture des surfaces, l'idée est de montrer à tous les compétences du territoire sur ce sujet", poursuit Jean-Marc Poirson.

Reconnaissance du commissariat à l'industrie

La qualité de l'écosystème stéphanois en la matière a d'ailleurs été validé il y a quelques mois par le commissariat à l'industrie. L'Université Jean Monnet, via l'Université de Lyon, a décroché l'attribution d'une École universitaire de recherche dans le cadre d'un appel à projet du programme d'Investissement d'Avenir 3 (PIA3).

Sur 120 projets présentés, 29 ont été retenus sur toute la France. L'EUR r est la seule à s'être positionnée sur ce sujet spécifique du traitement de surface. La première promotion vient de démarrer, l'école sera lancée officiellement pendant la Biennale.

Ces nouvelles Écoles Universitaires de recherche vont s'inspirer du modèle de fonctionnement des Graduate School à l'anglo-saxonne, intégrant pleinement la recherche dans le parcours de formation.

Les étudiants de Manutech Sleight suivront un parcours spécifique dans le domaine de l'ingénierie lumière - surface grâce à des briques proposées par 13 partenaires privés et publics implantés à Lyon et Saint-Etienne : Université Jean Monnet, Insa, CNRS, Institut d'optiques, Mines Saint-Etienne, Enise, Ecole Centrale, HEF, Keranova...

Grâce à ce consortium, les étudiants se forgeront une expertise sur les domaines de l'optique photonique, des sciences des matériaux, de la mécanique, de l'imagerie, de l'informatique et de la bio-ingéniérie. Au-delà de la formation, l'école ambitionne de devenir une référence internationale dans le domaine scientifique.

Sur 10 ans, l'ANR apportera 6,3 millions d'euros de financement, pour un budget total prévisionnel de 143 millions d'euros.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.